Comment Pêcher avec une Nymphe par Gilles Aubert

     Contrairement à la croyance populaire, il est souvent plus profitable d'attacher une nymphe au bas de ligne, c'est-à-dire une imitation d'un insecte vivant dans l'eau, plutôt qu'une sèche, une artificielle représentant cet insecte à l'état adulte que l'on aperçoit sur l'eau, dans les arbustes près de la rive ou survolant les plans d'eau.

Comment pêcher avec une nymphe
     Malheureusement, plusieurs moucheurs ne pêchent pas avec des imitations de nymphes, car ils ignorent que la truite se gave de cette nourriture assez facile à attraper, ou ils ne savent pas comment présenter adéquatement l'artificielle. D'ailleurs, la technique est différente si vous pêchez en rivière ou en lac.

     Il s'agit donc, lorsque vous pêchez dans une rivière où il y a du courant (rapide ou non), d'effectuer un lancer vers l'amont ou perpendiculairement au sens du courant et de laisser dériver la mouche le plus librement possible. Pour obtenir une dérive naturelle de la mouche, il faut souvent, pendant la dérive, amender la soie, c'est-à-dire la reporter vers l'amont. L'imitation se déplacera soit dans le film de l'eau (nymphe non plombée) ou plus en profondeur (si plombée). Je dois admettre qu'il n'est pas facile de percevoir l'attaque de la truite. Pour vous aider, placez un bout de laine fluorescente ou un indicateur de touche (strike indicator) sur votre bas de ligne, près de votre soie. Dès que vous remarquerez que le bas de ligne est entraîné, ferrez délicatement.

     Dans un lac, compte tenu de l'absence de courant, je n'utilise pas la même approche. Dès que le lancer est effectué à l'endroit désiré, j'abaisse la canne près de la surface de l'eau et je récupère la soie par saccades, un pied (0,3 m) à la fois, entrecoupées par de légères pauses. Il est très important d'avoir un bas de ligne très long (entre 12 et 15 pi - 3,7 et 4,6 m). Lorsque vous sentez une touche, ne ferrez pas rapidement, levez tout simplement votre canne à la verticale.

     Quant aux modèles à utiliser, il n'est pas nécessaire d'utiliser une mouche qui imite parfaitement le véritable insecte. Les points à considérer sont surtout la grosseur et la couleur.

     Ainsi, dans le cas des éphéméroptères, on utilise principalement des nymphes noires, grises, beiges ou brunes (pâles ou foncées), montées sur des hameçons n° 10, 12, 14 et 16 (surtout 12 et 14). Il est important de se rappeler qu'en début de saison, les mouches sont généralement foncées, et que plus la saison avance, plus elles deviennent pâles.

Références

» Texte & Photo: Gilles Aubert (Mai 1997).
» Magazine Sentier Chasse & Pêche.

Page 3 sur 25