DES IMITATIONS DE MOUCHERONS par Gilles Aubert

     Vous est-il déjà arrivé de voir des poissons gober, à la surface de l'onde, des insectes que vous ne pouviez voir transpercer le film de l'eau... et s'envoler? À plusieurs reprises, j'en suis certain! À la prochaine occasion, et d'autant plus si vous apercevez de minuscules insectes volant tout autour de vous, dites-vous que vous assistez fort probablement à l'émergence d'insectes aquatiques appelés chironomides, la famille de diptères la plus importante de cet ordre pour le pêcheur à la mouche. Présents surtout dans les secteurs d'eau calme, ils émergent à la surface de l'onde durant toute la saison, davantage en après-midi en début de saison, mais surtout tôt le matin et en fin de journée durant la saison estivale.

L'imitation

Imitations de Moucherons
     À mon avis, pour obtenir davantage de succès avec l'imitation de chironomide, il faut qu'elle représente l'insecte au stade de pupe, mais en train de s'extirper de son enveloppe chitineuse. Ce changement se produit lorsqu'il perce le film de l'eau à la surface et ce, quelques instants avant de s'envoler. À cette période de sa vie, l'insecte est une proie facile à attraper, et pour leurrer le poisson, les moucheurs expérimentés utilisent la Griffith's Gnat (corps fait avec des fibres de queue de paon sur lequel est enroulé un hackle grizzly à la façon Palmer).

     Pour imiter ces pupes, servez-vous d'hameçons pour mouches sèches de grosseurs N° 16, 18, 20 et 22. Depuis quelques années, j'attache à mon bas de ligne une autre petite mouche tout aussi facile à confectionner et très productive. Il suffit d'enrouler autour de la hampe de l'hameçon du dubbing de couleur crème ou gris, ou vert pâle ou olive ou noir (selon l'insecte à imiter), de coucher sur ce corps très mince une aile formée de quelques poils de cerf de Virginie et de former une petite tête. Étant donné que le corps est habituellement fait avec de la fourrure de lapin... et l'aile avec des poils de chevreuil, un ami lui a donné le nom de «sauteuse» (voir la photo accompagnant la parure présentée ici).

Équipement et technique

     La mouche étant très petite, vous devez l'attacher à un bas de ligne fuselé très long (12 pi et plus) dont le bout fin aura un diamètre d'une résistance de 2 lb environ. Il est aussi très important que votre bas de ligne soit bien fabriqué, se déroule bien et pose la mouche en douceur. Durant les lancers, il ne faut pas que des nœuds se forment dans le bas de ligne, et il doit s'étendre bien droit. Pour ce faire, utilisez un matériau qui a du corps. Craignez-vous que le diamètre soit trop fin pour récolter de beaux spécimens? Rassurez-vous, car plus le bout fin est long, plus il a la propriété de s'étirer et donc d'absorber le coup lors du ferrage. Et afin de mieux sentir l'attaque du poisson, certaines personnes attachent un indicateur de touche {strike indicator) près du dernier nœud de raccord du bas de ligne. N'oubliez pas de bien graisser la mouche avec de la pâte de silicone pour qu'elle flotte. Et j'applique aussi un produit sur le bout fin pour qu'il ne cale pas. À propos, la soie flottante est de mise et il serait avantageux d'utiliser une canne à action parabolique.

     Lorsque vous péchez en rivière, laissez dériver librement l'imitation de pupe flottante au gré du courant. Et si le poisson la refuse, donnez-lui du mouvement en la récupérant lentement. Faites de même en étang et en lac. Retenez qu'il faut toujours bien présenter l'imitation. Comment faire? Après avoir lancé la mouche dans la direction souhaitée, abaissez la canne à l'horizontale (le scion près de la surface de l'eau), attendez quelques secondes afin que la mouche perce le film de l'eau, et ramenez la soie lentement. Une mise en garde s'impose. Le poisson attaque presque toujours la pupe flottante en douceur. Dès que vous sentez une touche, il suffit de lever délicatement la canne.

Références

» Texte & Photo: Gilles Aubert (Juillet 1996).
» Magazine Sentier Chasse & Pêche.

Page 6 sur 39