LA NYMPHE DE LIBELLULE par Gilles Aubert

     Malheureusement peu connues des pêcheurs à la mouche, les nymphes de libellules (insectes aquatiques de l'ordre des odonates) constituent pourtant une source de nourriture importante pour les poissons présents dans les sections de rivière à eau calme et davantage dans les lacs. Pourquoi s'avèrent-elles un plat de résistance de choix? Parce que plus volumineuses que la plupart des autres insectes subaquatiques et, de surcroît, parce qu'elles vivent quatre ans sous l'eau. Qui plus est, étant carnivores, elles doivent donc souvent s'exposer aux poissons... aussi en chasse. Comme elles émergent habituellement au printemps et au début de l'été, les imitations de ces insectes sont surtout productives à cette période de l'année pour la pêche des truites arc-en-ciel et mouchetée.

La Nymphe de Libellule
     Avec l'expérience, on apprend que ces grosses nymphes sans queue affectionnent les secteurs où la végétation aquatique abonde, de même que le fond des plans d'eau vaseux. Quant à leur forme, leur grosseur et leur couleur, elles peuvent différer d'un endroit à l'autre, certaines étant fouisseuses, d'autres rampantes.

     Toutefois, si vous avez dans votre boîte à mouches des artificielles d'une longueur de 3, 4 et 5 cm (hameçons 2XL et 3XL N° 4, 6, 8) dans les couleurs noir, brun foncé, brun jaunâtre, gris, vert pâle et vert très foncé, vous pourrez faire face à presque toutes les éventualités. Habituellement, les nymphes vivant dans les endroits où l'eau est claire sont plutôt pâles, et celles habitant les eaux foncées ont une robe qui s'y apparente.

     Sachant que ces insectes sont capables de déplacements rapides, aussi bien en «nageant» qu'en rampant au fond, deux modèles s'imposent pour les imiter. L'un devrait avoir un corps allongé et l'autre une apparence plutôt trapue. Pourquoi? Des familles ont des formes plutôt oblongues, d'autres plus courtes et larges, mais lorsqu'elles se meuvent rapidement, elles s'allongent toutes.

     Étant donné qu'il faut présenter l'artificielle près du fond du plan d'eau ou à travers les plantes aquatiques, la plupart des mouches vendues ont un corps en chenille avec des enroulements de plomb autour de la hampe de l'hameçon. Malheureusement, à cause de la pesanteur, elles attrapent souvent par la pointe des détritus qui les rendent inopérantes. Évitez cet excès de poids sur la hampe autant que possible. Confectionnez plutôt le corps, sans lestage, avec des poils de cerf de Virginie ou de caribou teints de la couleur souhaitée et taillés selon la forme désirée. Laissez toujours un écart important entre la hampe et la pointe. 

     Et, pour donner une meilleure allure à l'artificielle, j'aime bien enrouler sur tout le corps fait de poils taillés du dubbing de fourrure ou du mohair teints. À tout le moins, servez-vous de crayons marqueurs indélébiles pour obtenir la couleur souhaitée. L'insecte ayant des yeux proéminents, nouez aussi sur la hampe, près de l'œillet, des yeux plombés ou non. Attachez quelques fibres d'une plume de queue de faisan de chaque côté du corps, enroulez de nouveau des poils de cervidé pour former la tête et taillez-les. N'oubliez pas de former un élytre, soit avec des fibres de paon, soit avec une section d'une queue de dinde. Et, pour que la pointe de l'hameçon accroche le moins de débris possible, fixez sous la hampe et près de l'œillet quelques poils d'orignal, dont la longueur dépasse à peine la courbure sous la pointe.

     Quant à la technique de pêche, elle est fort simple, mais demande de l'attention et de la concentration. Selon la hauteur de la colonne d'eau, utilisez une soie flottante, à bout calant ou entièrement calante. L'artificielle déposée à l'endroit désiré, attendez qu'elle descende au fond ou à travers la végétation aquatique. La canne abaissée, la pointe près de la surface de l'onde, ramenez lentement la soie de quelques centimètres, faites une pause... et ainsi de suite. Habituellement, le poisson gobe délicatement l'artificielle, aussi faut-il ferrer immédiatement dès que vous sentez une certaine résistance. Si cette technique ne donne pas de résultats, et ce, davantage en eau peu profonde, récupérez la soie rapidement, par saccades.

     Bonne pêche.

Références

» Texte & Photo: Gilles Aubert (Mai 1996).
» Magazine Sentier Chasse & Pêche.

Page 4 sur 15