La Truite Mouchetée du Québec par Claude H. Bernard

Une approche systématique de la pêche à la mouche en lac

    Un certains nombre de règles de base régissent le comportement des poissons en lac. Notre mouchetée n'échappe pas à ces règles; en voici quelques unes qui s'imposent d'emblée.

La Truite Mouchetée du Québec par Claude H. Bernard
     1) L'eau d'un lac bouge peu. Le poisson doit donc se déplacer pour trouver sa nourriture. Le pêcheur doit donc repérer les voies de déplacement. Les structures sont un élément déterminant lors de déplacements car lorsque le poisson est en chasse il se retrouve en bordure de nombreux éléments présents en lac: herbiers de surface et submergés, billots immergés, structures rocheuses horizontales, en pente ou verticales, blocs de pierre près de la berge
 
     2) La végétation aquatique est dispersée dans un lac selon la profondeur et la clarté de l'eau. Cette végétation a besoin de lumière pour croître. Le degré de pénétration de la lumière dans la colonne d'eau est donc un facteur déterminant de la présence d'herbiers dans un lac. On peut avoir une bonne idée du relief sous-marin en observant bien cette végétation et ses contours.
 
     3) Le restaurant est le site d'alimentation du poisson. Le poisson doit s'y rendre pour se nourrir. Le restaurant est très souvent situé près d'un herbier, point de départ de la chaîne alimentaire. D'autres types de restaurants sont présents dans un lac. Entre autres, le chenal du lac, une pointe de sable ou de roche, les arbres tombés dans l'eau, l'appel d'eau d'un affluent, les abords d'un émissaire, les fonds vaseux près des herbiers, les hauts-fonds, une cabane de castor et les sources d'eau de la nappe phréatique.
 
     4) Les zones de vie d'un lac, en fonction de la répartition des poissons, sont les suivantes:
     - La zone de végétation - littoral; tout endroit du lac où la profondeur du lac n'excède pas la pénétration de la lumière.
     - La zone noire - eau profonde : tout endroit du lac où la profondeur de l'eau excède sa capacité à laisser pénétrer la lumière.
     - La zone centrale - eau de surface du milieu; tout endroit du lac situé loin du littoral ( + ou - 50 mètres) mais pénétré par la lumière.

     5) La nourriture du poisson se trouve en abondance dans la zone de végétation. Le pêcheur doit concentrer ses efforts et son temps dans ce secteur. À l'occasion seulement, la zone noire et centrale seront productives. Le pêcheur devra s'assurer de la présence de nourriture avant de fournir beaucoup de temps dans ces secteurs.
 
     6) Le poisson se nourrit surtout lorsque la marée (son effet) est montante et moins lorsqu'elle est descendante. Consultez les tables des marées pour connaître le moment précis du mouvement des marées dans votre secteur de pêche.
 
     7) La lune a un effet indéniable sur tous les êtres vivants donc sur les poissons aussi. Lors de bonnes conditions atmosphériques par pleine lune, le poisson se nourrit cette journée-là et les 5 jours précédents. Après la pleine lune la pêche est médiocre pour les 7 jours suivants. Lors de bonnes conditions atmosphériques par nouvelle lune, le poisson se nourrit cette journée-là, les 5 jours qui suivent et qui précèdent. En dehors des périodes mentionnées ci-haut, la pêche est plutôt médiocre.
 
     8) Une dernière règle méconnue des pêcheurs et qui aurait tout avantage à être diffusée plus souvent : 90  des poissons occupent 10  du volume d'un lac. Il devient donc impératif de pêcher au bon endroit et au bon moment pour avoir du plaisir et des résultats.

L’animal

     Notre mouchetée (omble de fontaine) est répartie sur tout le territoire du Québec. Elle vit dans tous les plans d'eau à eau froide et bien oxygénée, du plus petit ruisseau au plus grand des lacs. Sa robe est foncée et ses taches sont pâles. L'intensité de la couleur de sa robe varie en fonction de son milieu de vie et du temps de l'année. Ses besoins de base sont une température d'eau de 10 à l5 degrés C., un taux d'oxygène de 5 à 12 ppm., de la nourriture en quantité suffisante, du couvert pour se protéger des prédateurs, de la lumière et un site de frai.
 
     Selon les recherches de l'équipe du Dr. Pierre Magnan de l'UQTR , il a été démontré que deux types de mouchetée peuvent se retrouver dans un même lac: Le type « pélagique» à corps allongé qui vit au large du lac et qui se nourrit principalement de zooplancton.
 
     Le type « de littoral » à corps trapu qui vit près des berges et qui se nourrit d'insectes, de poissons-fourrage, crustacés et tout type de nourriture qui tombe à l'eau.

La nourriture

     Notre mouchetée doit s'adapter à son milieu. Son menu est donc des plus variés. Jusqu'à une longueur de 30 cm, elle se nourrit d'insectes de la zone littorale et au-delà de 30 cm, elle délaisse les petits insectes au profit des poissons-fourrage.
 
     Une multitude d'insectes aquatiques d'ordres des odonates (libellules), des trichoptères (mannes), des diptères (maringouins), des éphéméroptères (éphémères), forment le menu quotidien du poisson.
 
     La mouchetée est une opportuniste et sa survie dépend de cette caractéristique. Les insectes terrestres comme les fourmis et les hannetons sont gobés dès qu'ils tombent à l'eau. Les crustacés, tels la crevette d'eau douce et surtout l'écrevisse en période de mue, c'est à dire au moment où elle fendille sa carapace pour laisser sortir un corps plus gros, est une proie facile pour notre omble vorace. Les sangsues, les mollusques, les petites grenouilles, les salamandres et les mulots complètent ce menu fort diversifié.

La pêche

     Selon les dimensions du lac et la distance des lancers à effectuer, on suggère une canne d'une longueur 8 1/2 à 9 pieds, calibrée avec une soie #7 pour les gros lacs et une soie #5 ou #6 pour les plans d'eau plus petits. Le moulinet doit contenir un minimum de 50 verges de ligne de réserve en plus de la soie. Une bobine de rechange est nécessaire pour permettre l'utilisation de la soie flottante et de la soie calante.
 
     On utilise la soie flottante pour la pêche au lancer en surface ou dans les premiers deux mètres d'eau. À l'occasion, la traîne en surface peut s'avérer efficace, surtout en début de saison. On se sert de la soie calante, à la traîne, sous la surface supérieure, ou pour atteindre la partie plus profonde du lac. Plusieurs types de soies calantes sont disponibles sur le marché. Il est recommandé de visiter une boutique spécialisée en pêche à la mouche pour bien se faire conseiller.

Pour augmenter le succès de pêche en lac

     Au lancer:
      • Varier la vitesse de récupération en ramenant la mouche par saccades.
     • Adapter le type de mouche selon la nourriture à imiter.
     • Laisser le temps à la mouche de caler avant de commencer à récupérer.
     • Modifier le type de soie, la longueur et la résistance du bas de ligne.
 
     A la traîne:
      • Varier régulièrement la vitesse et la direction de l'embarcation. Virer à 90 degrés et ainsi modifier la profondeur de la mouche dans la colonne d'eau.
     • Utiliser la technique du décompte pour présenter la mouche à la profondeur désirée. Supposons que la soie calante plonge de 6 pouces/seconde; pour atteindre une profondeur de 10 pieds, on attend 20 secondes avant de procéder à la récupération.
     • Cette technique s'applique aussi lors du lancer. Une présentation au bon niveau dans la colonne d'eau demande patience et adresse; la pratique apportera ses résultats.

Conseils pour améliorer vos succès de pêche en lac

     • pour capturer des grosses mouchetées on utilise des gros streamers.
     • les mouches de couleur orange donnent l'allure d'un élément de nourriture qui mue.
     • les imitations de sangsues de couleur brune, noire, olive et beige sont à utiliser souvent.
     • les streamers sont la meilleure imitation du poisson-fourrage; on s'en sert souvent.
     • on pêche en bateau en voyant le fond d'un côté et le fond perdu de l'autre.
     • plus l'eau est claire, plus il faut traîner long de ligne et d'avançon.
     • lorsque le soleil est fort, le poisson descend; on pêche donc en profondeur.
Le noeud VIA
     • lorsque les nuages apparaissent, on remonte nos mouches près de la surface.
     • avec un vent sud ou ouest pêchez un streamer en surface, haute pression, bonne pêche.
     • avec un vent nord, une basse pression signifie que la pêche sera moins bonne.
     • observez la nature; les oiseaux sont actifs, les feuilles bougent, c'est le temps de pêcher.
     • toujours s'assurer que les hameçons sont bien affûtés, apporter une pierre à affûter.
     • utilisez la soie complètement calante de densité adaptée aux conditions du moment.
     • attacher une longue ligne de réserve suivi d'un bas de ligne de la longueur de la canne.
     • la résistance suggérée de l'avançon est de 6 lb, réduire peut augmenter les touches.
     • utiliser 2 mouches avec le nœud Via (voir le dessin), celle du haut plus petite que celle de la pointe.
     • en bateau, on pêche de chaque côté; la longueur des soies varient de 30 à 60 pieds.
     • les poissons attaquent souvent quand on change de vitesse, de direction et de profondeur.
     • les grosses mouchetées sont souvent dans 25 pieds d'eau et se déplacent peu; on plonge.
     • on capture les grosses mouchetées loin du bateau; on sort 25 verges de ligne de réserve.

Graciation

     • Remettre à l'eau ou gracier, c'est donner à notre mouchetée la grâce de la vie.
     • Pour ce faire on doit procéder de façon correcte: maîtriser rapidement le poisson à l'aide d'une épuisette.
     • Laisser le poisson dans l'eau le plus longtemps possible durant la manipulation.
     • Décrocher l'hameçon délicatement à l'aide de pinces à long bec. Couper l'avançon si la mouche ne peut être retirée sans blesser le poisson.
     • Réanimer le poisson au besoin et prendre une photo, oui, mais rapidement.

Références

» Texte, photos: Claude H. Bernard (2003).

Page 8 sur 19