Le Saumon Atlantique (2) par Gérard Bilodeau...

Utilisation et Conservation, pourquoi pas?

     Dans le contexte actuel d'exploitation auquel le saumon est soumis, deux conditions sont essentielles pour assurer sa survie: l'éducation et l'aménagement.

Éducation

Utilisation et Conservation, pourquoi pas?
     À court comme à long terme, une des solutions aux problèmes du saumon atlantique paraît être liée fondamentalement à un processus d'éducation populaire.

     Aucune politique visant en effet la survie d'une espèce ne peut être implantée sans un solide programme concomittant d'information et d'éducation dont l'un des objectifs serait d'amener les gens à penser aux ressources animales, en termes de conservation et d'exploitation plutôt qu'uniquement en termes d'exploitation.

     Dans le cas plus spécifique du saumon atlantique, une action éducative, appuyée par un vaste programme de mise en valeur de la ressource, semble le meilleur moyen de parvenir au but visé. C'est ainsi que l'on réussira à former des gens «ferrés», con-naissants les faits saumoniers et désireux de collaborer avec nos gouvernements à l'établissement et à l'application des politiques de gestion.

     À ces actions législatives, viennent se greffer des techniques d'appoint visant à améliorer les habitats existants, à étendre les territoires d'occupation, ou encore à soutenir ou accélérer le développement des populations de saumons.

     Pour atteindre ces buts, on procède à des travaux de consolidations des berges des rivières, au nettoyage des frayères, à la construction de seuils â pour régulariser les débits et à la construction d'épis pour créer des fosses de repos au saumon en migration. On a également recours aux piscicultures gouvernementales de Gaspé, de l'Anse-Pleureuse et de Tadoussac pour fournir les stocks nécessaires aux ensemencements des rivières nouvellement aménagées, ou en déficit de production.

Aménagement

     Faisant suite aux impératifs d'une éducation populaire, la deuxième condition de survie du saumon repose sur les moyens techniques à adopter pour assurer l'épanouissement de cette ressource, parallèlement aux développements des civilisations. En termes généraux, on parlera de ces moyens comme des actions d'aménagement.

     La forme d'aménagement la plus universelle qui soit, apparaît sous le couvert de règlements et de lois édictés par nos gouvernements, concernant le respect de l'habitat du saumon ainsi que le contrôle de son exploitation.

     De plus, on augmente de façon substantielle les capacités des cours d'eau en permettant à leur saumon d'accéder, par des passes migratoires ou d'autres dispositifs mécaniques, à de nouvelles aires de production. C'est le cas notamment des rivières Métis, Matane et Madeleine comme des rivières Sainte-Marguerite, aux Escoumins, au Rocher, Trinité et Moisie.

     Enfin, il faut souligner, à travers tous ces processus d'aménagement, les efforts souscrits par des comités de citoyens qui s'engagent résolument dans des programmes de restauration, comme ceux des rivières du Gouffre, aux Escoumins et Jacques-Cartier. L'importance de ces comités de citoyens, reflet d'une conscience populaire déterminée, réside précisément en ce qu'ils sont l'exemple type du genre d'intervention collective qu'il faut exercer pour, qu'avec nos gouvernements on réussisse à assurer la survie du saumon.

Perspectives d'avenir

     La complexité du cycle vital de ce «migrateur» très recherché de tous les pays dont il fréquente les côtes et les fluctuations parfois imprévisibles de ses stocks, font que sa gestion requiert des interventions politiques nationales et internationales.

     En effet, les perspectives d'un développement équilibré de l'exploitation du saumon atlantique se fondent essentiellement sur la volonté des pays concernés, non seulement d'établir, mais aussi d'appliquer des politiques qui garantissent l'intégrité des habitats et assurent le maintien d'un stock de géniteurs qui permette le renouvellement des populations.

     Aucun des pays impliqués dans l'exploitation du saumon ne désire sa disparition. Aussi d'immenses efforts ont-ils été consentis pour en arriver à négocier et à formuler des ententes qui puissent satisfaire les parties en cause. Le chemin déjà parcouru en ce sens et les possibilités qui se révèlent sur le strict plan des potentiels, de doubler le rendement de nos rivières, nous permet aujourd'hui d'envisager des jours meilleurs pour le saumon.

     Toutefois, dans ce profil d'avenir prometteur, il importe d'adopter d'abord des mesures draconniennes de manière à éviter que les bénéfices d'une saine gestion ne soient amoindris par des gestes inconséquents. C'est d'ailleurs dans cette optique, que les propositions suivantes visent l'engagement collectif des citoyens, la gestion des stocks de saumon, les interventions d'aménagements et la recherche.

Engagement collectif

     Sur le plan de l'engagement collectif, il y aurait lieu:
     - d'implanter un système d'information et d'éducation à la nécessité de conserver nos ressources;
     - d'encourager la formation de comités de citoyens et de stimuler le regroupement des forces.

Gestion des stocks

     Sur le plan de la gestion des stocks il y aurait lieu:
     - d'améliorer la précision de l'évaluation des potentiels salmonicoles de nos rivières;
     - de développer des modèles efficaces de prédiction concernant les retours des saumons en rivières;
     - d'actualiser le concept de gestion par zone, selon les caractéristiques des stocks.

Interventions d'aménagements

     Sur le plan des interventions d'aménagements il y aurait lieu:
     - de contrer les effets néfastes de la pollution;
     - de restaurer toutes les rivières où le saumon est disparu;
     - de rendre de nouvelles rivières accessibles au saumon;
     - d'accroître le potentiel actuel de nos rivières à saumon;
     - d'assurer une compatibilité entre les développements hydroénergétiques et les exigences du saumon, par des aménagements ingénieux;
     - de réserver la pêche commerciale du saumon aux seuls pêcheurs authentiques, dont c'est le principal gagne-pain;
     - de diminuer si nécessaire, les quotas alloués à tous ceux qui, de quelque manière que ce soit, sont habilités à récolter la ressource;
     - d'améliorer la réglementation des pêches côtières de façon à diminuer les prises dites «accidentelles»;
     - de renforcer les mesures judiciaires propres à décourager définitivement le braconnage.

Recherche

     Finalement, sur le plan de la recherche, il y aurait lieu:
     - de développer des techniques nouvelles pour étudier les mécanismes et les voies de migration en mer;
     - de stimuler les efforts de recherche sur les possibilités techniques de développement d'un système de mariculture du saumon adapté aux conditions de nos régions;
     - de raffiner la recherche sur la génétique des stocks;
     - et en dernier lieu de déterminer les voies de recherche qui permettront de mieux saisir l'étendue des exigences du saumon face à l'intégrité de son habitat en rivière.

     La mise en oeuvre de toutes ces mesures, nécessitera de grands efforts de coordination entre les citoyens et les gouvernements, cependant l'enjeu n'en vaut-il pas la chandelle? Car rencontrer les exigences du saumon pour assurer sa survie, n'est-ce pas précisément une façon pour l'humanité d'assurer aussi son «Mieux Vivre»? Le saumon est une école de «Savoir Faire», de «Savoir Être», enfin une école de «Vie».

Références

» Texte & Photos: Gérard Bilodeau, Georges-André Nadeau et Gilles Shooner (Août 1982).
» Magazine Sentier Chasse & Pêche.

Page 3 sur 14