Les Lancers à la Mouche Praticuliers, Étape par Étape par Gérard Bilodeau

     Dans cette série sur le lancer à la mouche, nous vous livrons deux lancers qui devraient faire partie de votre "arsenal", ces derniers étant très pratique lorsque des techniques d'approche particulières sont souhaitables.
Les Lancers à la Mouche Praticuliers

A - Le Lancer Déporté

     C'est un lancer pratique pour faire dériver librement une artificielle lorsque le moucheur se trouve de côté par rapport au poisson. Je l'utilise souvent pour présenter une sèche à un saumon.

Les Lancers à la Mouche Praticuliers
   
Le lancer avant est exécuté; la canne pointe vers le but à atteindre.

Les Lancers à la Mouche Praticuliers
   
Lorsque la canne est parallèle à l'eau...
Les Lancers à la Mouche Praticuliers
   
...elle est déplacée à contre-courant...
Les Lancers à la Mouche Praticuliers
   
...afin que la majeure partie de la soie tombe en amont du pêcheur. Ainsi, la dérive naturelle de la mouche dure plus longtemps.

B - Le Lancer en S

     Ce lancer s'utilise lorsqu'on veut faire dériver librement une artificielle (nymphe, noyée ou sèche) au gré du courant, sans que ce dernier n'affecte le parcours de la mouche par un effet de traînée de la soie. Le moucheur peut alors se situer en amont ou en aval du poisson.

Les Lancers à la Mouche Praticuliers
   
Le lancer débute de la même manière qu'un lancer de base.
Les Lancers à la Mouche Praticuliers
   
...afin de créer des "S" dans la soie.
Les Lancers à la Mouche Praticuliers
   
Si les mouvements de gauche à droite ne sont pas exagérés...
Les Lancers à la Mouche Praticuliers
   
La soie est projetée devant le moucheur; juste avant qu'elle ne soit complètement étendue, et lorsque la canne est parallèle à la surface de l'eau...
Les Lancers à la Mouche Praticuliers
   
...la canne est de gauche à droite...
Les Lancers à la Mouche Praticuliers
   
...toute la soie, sauf le bout avant, devrait être en forme de "S".

Note:

     Le lancer en "S" et le lancer déporté sont surtout utilisés pour la pêche à la mouche en rivière. On sait que dans cette situation, l'artificielle doit sembler dériver librement, comme s'il s'agissait d'un insecte naturel. Si le moucheur utilisait un lancer régulier, le courant entraînerait la soie tendue et causerait à la mouche un effet de traînée qui ruinerait la présentation.

    Le but de ces deux lancers est donc de créer une forme lâche dans la façon dont la soie s'étendra à la surface de l'eau. De cette façon, l'effet d'entraînement du courant agira en premier lieu sur cette forme lâche, permettant à la mouche de dériver plus longtemps de façon "libre" et naturelle, sans avoir l'air d'être retenue.

Référence

» Texte & Photos: Gérard Bilodeau (Mars 1987).
» Magazine Sentier Chasse & Pêche.

Page 8 sur 13