Les Soft-Hackles de Grandes Oubliées par Gilles Aubert

    Est-il vraiment nécessaire d'être un technicien de la pêche à la mouche, un entomologiste averti et un habile monteur pour récolter avec une artificielle, et ce durant toute la saison, des poissons qui se nourrissent d’insectes aquatiques? Non pas, si vous attachez à votre bas de ligne des mouches noyées appelées Soft-Hackles, des artificielles faciles à monter et à utiliser, mais malheureusement peu connues.

Les Soft-Hackles de grandes oubliées
     Que vous péchiez en début de saison, durant la canicule ou en fin de saison, que vous soyez un adepte de la pêche en rivière ou en lac, vous auriez avantage à avoir dans votre boîte à mouches des artificielles nommées Soft-Hackles. Pourquoi? Parce que ces mouches imitent bien la plupart des insectes aquatiques qui dérivent dans le film de l'eau et ceux qui s'approchent de la surface de l'onde avant d'émerger. Fabriquées avec des matériaux peu dispendieux, elles sont aussi faciles à monter. En effet, il suffit de faire un corps très fin, soit avec de la soie floche soit avec du dubbing de fourrure, d'enrouler, près de l'œillet, un ou deux tours d'une plume souple d'un oiseau gélinotte huppée, tétras, perdrix, poule, étourneau, corneille, faisan, tourterelle triste, etc.) et de former une petite fêle. Non pas que l'imitation ressemble parfaitement à la description exacte d'un insecte aquatique mais, habilement présentée par le pêcheur, elle simule la vie... et provoque l'attaque.

     Avec les fibres molles en mouvement qui entourent le corps de l'artificielle, la mouche ne représente-t-elle pas un insecte aquatique vivant? Regardez attentivement un insecte aquatique vivant dans son milieu. Toutes ses composantes vibrent. Au risque de faire de l'anthropomorphisme, se pourrait-il que ces fibres représentent soit les ailes de la nymphe de l'éphémère qui s'extirpe de son enveloppe chitineuse avant de prendre son envol à l'extérieur de l'onde, soit les pattes et les ailes de la pupe de trichoptère (caddis) qui s'approche aussi de la surface avant de s'envoler, ou même l'insecte mature présent dans le film de l'eau ou à la surface? Peu importe à laquelle des écoles de pensée vous adhérez, les Soft-Hackles suscitent l'appétit des poissons. Les pulsations des fibres t'ont la différence. Ça marche, soyez-en assuré! Avec l'expérience, je constate qu'elles sont davantage productives dans les eaux où sont présents les trichoptères.

     Et si vous avez des artificielles de différentes tailles dont le corps est jaune, orange, noir et vert, vous êtes fin prêt à faire face à toutes les éventualités. Et il n'est pas important d'identifier l'insecte présent à la surface du plan d'eau, ni de tenir compte de la date d'émergence des différents insectes au cours de la saison de pêche. Avec ce type d'artificielles, l'imitation d'un insecte aquatique en mouvement devient aussi et souvent plus productive que la reproduction exacte de l'original.

PLUS QUE CENTENAIRE

     Pourquoi n'est-elle pas très populaire parmi les moucheurs? L'artificielle est tellement facile à monter que la plupart des pêcheurs expérimentés n'osent même pas l'utiliser. Plusieurs préfèrent, c'est leur choix, passer plusieurs heures à fabriquer des modèles de mouches très complexes qui ne donnent souvent pas de meilleurs résultats. Pourtant, ce type d'artificielles a fait ses preuves depuis plusieurs siècles. Il y a plus de cent ans, les pêcheurs anglais et écossais utilisaient ces modèles avec succès dans les plans deau de leur pays. Dans son livre intitulé A treatyse of fysshyng with an angle et publié en 1496. Dame Juliana Berners présente une artificielle nommée «Donne Fly», une Soft-Hackle encore utilisée de nos jours.

     On comprend fort mal pourquoi elles ne furent pas connues en Amérique avant 1975, l'année où l'Américain Sylvester Nemes publia son livre intitulé The Soft-Hackled Fly. Même de nos jours, elles ne sont le choix que d'une minorité d'adeptes de la pêche à la mouche. Serait-ce que, par snobisme, les moucheurs du continent américain préfèrent davantage utiliser des mouches sèches? Quoi qu'on en dise, plusieurs refusent encore de se servir de mouches noyées, qui sont pourtant beaucoup plus productives. Au Québec, seuls quelques pêcheurs avertis les connaissent et les utilisent.

DES MODÈLES

     Même si, dans son livre, Nemes suggère 14 modèles, seuls quelques-uns sont nécessaires tout au long de la saison. Ceux qui sont faits d'un corps en soie floche ou en dubbing de fourrure de couleur jaune, orange et vert et d'une collerette en plume souple de gélinotte huppée sont sans aucun doute les plus productifs dans la plupart des conditions de pêche. Ne représentent-ils pas la couleur de la plupart des insectes aquatiques qui émergent durant toute la saison et dans la plupart des plans d'eau?

     Et lors de l'émergence d'un insecte, il n'est pas nécessaire de l'identifier. Portez seulement attention à sa couleur. Ainsi, si l'insecte est très pâle ou plutôt jaune, utilisez un modèle dont le corps est jaune; s'il est plutôt rougâtre ou brun, un corps orange; et s'il est bleu, gris et plutôt foncé, un corps vert sera approprié. J'aime bien aussi celles dont le corps et le hackle sont faits avec les libres d'une plume de corneille. Considérez qu'il serait important d'avoir des mouches de différentes tailles dans les grosseurs N° 12, 14, 16 et même 18 et 20. N’hésitez pas à vous procurer des hameçons fins (à tige plus fine) de qualité, les Tiemco étant mon premier choix.

L'ÉQUIPEMENT

     Pour pêcher avec des Soft-Hackles, il n'est pas nécessaire d'être ultra équipé. Une canne à moucher des plus conventionnelles fait l'affaire. Pour ma part, j'aime bien me servir, en rivière ou en lac. d'une canne en fibres de graphite à action rapide, d'une longueur de 8,1/2pieds (2,6 m) qui propulse une soie à poids décentré vers l'avant (weight forward} N° 6 ou 7. Et pour détecter plus facilement le poisson qui gobe l'artificielle, j'emploie une soie colorée. En rivière, un bas de ligne fuselé de la même longueur que la canne serait un ton compromis. Par contre, en lac, utilisez-en un d'une longueur de plus de 12 pieds (3,7 m). Il faut comprendre que les poissons vivant en lac sont beaucoup plus sélectifs; l'eau n'étant pas en mouvement, ils ont le temps de scruter l'offrande avant de l'attaquer. Cependant, il serait important d'avoir toujours un bout (tippet) d'une longueur d'environ 2 pieds (0,6 m) ayant une résistance de 4, 3 ou 2 lb. tout dépendant de la grosseur de l'artificielle utilisée. Étant donné que l'artificielle circule dans ou près du film de l'eau, il n'est pas opportun d'attacher au bas de ligne un indicateur de touche (strike indicator).

     Et pour plus de succès, il serait avantageux de porter des vêtements qui se marient très bien avec l'environnement.

EN RIVIÈRE

     En rivière, quand je pêche une fosse avec une mouche Soft-Hackle, j'aime la couvrir systématiquement et commencer par la tête. Ne pénétrez pas trop loin dans la rivière, lancez d'abord la mouche près de vous et faites-la dériver de travers dans le sens du courant. Servez-vous du lancer en «S» ou du lancer parachute et lancez, perpendiculairement au sens du courant ou légèrement vers l'amont. Et pour que le leurre soit davantage efficace durant toute sa course, il faut qu'il dérive librement dans le courant. Ainsi, durant la dérive, tout dépendant de la vitesse du courant, corrigez ou amendez la position de la soie sur l'eau, soit en aval soit en amont. Laissez le temps ci la mouche de bien finir sa dérive et faites-la nager au-dessus de tous les repaires susceptibles de contenir du poisson, A propos, les mouches Soft-Hackles sont davantage productives dans moins de 4 pieds (1.2 m). Des pêcheurs chevronnés attachent souvent deux ou trois mouches au bas de ligne, et ils obtiennent du succès.

     Quoique certains pêcheurs aiment garder leur canne assez haute durant la dérive de la mouche, je préfère la tenir parallèle et le plus près possible de la surface de l'eau, ce qui me permet d'amender plus facilement. Lors de la dérive de la mouche, ne pointez pas la canne en sa direction. Dès que la Soft-Hackle tombe à l'eau légèrement en amont ou perpendiculairement au sens du courant, la canne à l'horizontale, je dirige la pointe de la canne vers l'aval en direction de la rive située derrière moi. Et lorsque l'artificielle circule à un angle d'environ 75° et moins au sens du courant, toujours la canne parallèlement à la surface de l'eau, je présente la pointe de la canne en direction de l'amont, lit touche peut avoir lieu à tout instant. Tout en gardant la canne parallèle à l'eau, ferrez instantanément et délicatement, en particulier sur un arrêt insolite pendant la descente. En fin de course de la mouche, pour imaginer l'insecte qui transperce le film de l'eau, levez, maintenant la canne à la verticale.

EN LAC

     Les mouches noyées Soit-Hackles sont aussi très productives en lac. Cependant, pour qu'elles deviennent attractives, il faut leur donner du mouvement, l'illusion de vie... et lancer l'offrande le plus loin possible. Utilisez alors le lancer de distance. De plus, contrairement aux artificielles employées en rivière, celles-ci pourraient être plombées. Apprenez que les nymphes qui habitent les eaux dormantes des lacs et des étangs se déplacent moins rapidement que leurs soeurs visant en rivière, il faut donc donner à l'artificielle une vitesse de récupération plutôt lente.

     La soie et le bas de ligne bien étendus, avec la main gauche (pour un droitier), récupérez la soie d'environ quelques pouces ou centimètres, laites une pause et recommencez le manège. Ne soyez pas impatient. Lors de la récupération de l'artificielle, faites-la, si possible, percer le film de l'eau en agitant légèrement, de haut en bas, le scion de la canne. Tout comme en rivière, gardez votre canne parallèle et le plus près possible de la surface de l'eau mais, dès que vous sentez une touche, levez délicatement la canne (sans coup brusque).

ÉTAPES DE MONTAGE D'UNE MOUCHE SOFT-HACKLE

PARURE
Hameçon : Tiemco, N° 10 à 20.
Fil : Uni 6/0, noir ou selon la couleur du corps utilisé.
Corps : Soie floche ou dubbing de fourrure jaune, orange, vert, noir ou fibres de queue d'un faisan ou fibres d'une plume de corneille.
Collerette : Fibres d'une plume souple d'un oiseau (gélinotte huppée, perdrix, tétras, corneille, faisan, tourterelle triste, poule, étourneau, etc.).
Tête : Fil noir ou selon la couleur du corps utilisé.


1 : Enroulez le fil de montage sur la hampe de l'hameçon jusqu'à la courbure et attachez la soie floche.
2 : formez un corps mince.
3 : Fixez, près de l'œillet, par sa partie la plus large, une petite plume souple d'une gélinotte huppée.
4 : À l'aide d'une pince à hackle, enroulez-la deux tours autour de la hampe, et formez la tête.

CONCLUSION

     Pour pêcher les poissons d'intérêt sportif, notamment l’achigan et les salmonidés qui se nourrissent d'insectes aquatiques, j'aime bien utiliser plusieurs types de mouches. N'est-ce pas l'un des plaisirs de la pêche à la mouche de pouvoir essayer différents modèles selon les circonstances? Toutefois, selon les scientifiques, la pitance quotidienne de ces poissons se compose surtout d'insectes aquatiques immatures (beaucoup de nymphes et de pupes). Ainsi, si on me demandait de ne pêcher qu'avec des mouches noyées, sans aucune hésitation j'attacherais à mon bas de ligne des Soft-Hackles. Ces artificielles simulent si bien la plupart des insectes aquatiques retrouvés près de la surface et ceux qui en émergent que, souvent, le poisson les gobe dès qu'elles tombent à l'eau. Pourquoi croyez-vous qu'elles sont utilisées par des pêcheurs à la mouche expérimentés depuis plusieurs siècles?

Références

» Texte & Photo: Gilles Aubert (1996).
» Magazine Sentier Chasse & Pêche (Annuel de Pêche).

Page 24 sur 36