Mes Mouches à Truite Préférées par Gérard Bilodeau

     La caractéristique majeure de la pêche à la mouche se définit dans la facilité de l'adapter aux situations de tout genre. En effet, dans la plupart des conditions de pêche rencontrées au cours d'une saison, le moucheur tire son épingle du jeu en utilisant un équipement approprié, une technique efficace et des artificielles de circonstance. Malgré les nombreux développements dans le domaine de la pêche à la mouche au cours des dernières années, il reste un point qui alimente encore bon nombre de discussions et qui retient l'intérêt de plusieurs écrivains: le choix de la mouche.

Mouches Préférées (Truites): Gérard Bilodeau
     Au début de ma "carrière" de moucheur de truites mouchetées à la mouche, il y a une quinzaine d'années, je dévorais tout ce qui s'écrivait sur le choix des mouches et leur montage. En débutant qui se respecte, j'étais plus préoccupé à garnir mes boîtes à mouches de ces dizaine d'artificielles décrites dans les livres, qu'à m'interroger sur les préférences alimentaires des truites que je taquinais dans les lacs et rivières des comtés de Bellechasse et Portneuf.

     Aujourd'hui, l'expérience accumulée m'a rendu plus sélectif dans le choix des mouches. Ainsi, en relisant les notes rédigées au cours de mes excursions de pêche, j'ai constaté que certains modèles performaient régulièrement. Bien sûr, le succès d'un patron de mouche peut originer de la fréquence de son utilisation; par ailleurs, il peut tout aussi bien provenir de l'effet que l'artificielle produit chez la truite, cette dernière croyant avoir affaire à un être vivant. Je dois dire que cette dernière possibilité qui me séduit le plus. C'est pourquoi je m'efforce toujours de présenter à la truite une mouche artificielle qui, de par les matériaux utilisés pour sa fabrication ainsi que son mouvement (action) dans l'eau, suggérera une proie facile à capturer.

    En tenant compte de tout ce qui précède, j'ai effectué mon choix des 6 meilleures mouches pour la mouchetée. Vous serez sans doute surpris (agréablement ou désagréablement) de constater que ce sont toutes des mouches noyées. La raison s'explique ainsi: la plupart du temps, la truite mouchetée cueille sa nourriture sous l'eau (larves, nymphes, pupes, crustacés, menés...). Et cela est d'autant plus vrai en ce qui concerne les grosses mouchetées.

     La Perle de la Chaudière, conçue à l'origine pour tromper les grosses truites brunes et arc-en-ciel de la rivière Chaudière, non loin du lac Mégantic, a aussi plusieurs mouchetées a son actif. Elle suggère une nymphe de plécoptère et on l'utilise surtout en rivière, dans les secteurs d'eau rapide. Par contre, Daniel Leboeuf l'a déjà utilisée avec succès en lac. Probablement qu'alors elle reproduisait une nymphe de libellule (Dragonfly).

     La Hendrickson, cette merveilleuse petite nymphe de couleur chocolat, ne laisse pas la truite indifférente, surtout au cours des mois de mai et juin, Je la plombe légèrement et emploie les grosseurs #12 et #14.

     La Gold-Ribbed Hare's Ear de teinte pâle, pour sa part, me sert bien tout au cours de l'été. Elle se monte sur un hameçon #12 et #14, sobrement lesté.

     Je ne peux imaginer un moucheur sans quelques imitations de pupes de phrygane (Caddis), quand on sait que les insectes appartenant à l'ordre des trichoptères sont de loin les plus nombreux. Mon imitation favorite est décrite dans le livre « Caddisflies » de Gary Lafontaine; hameçon: Mustad 94840, #12, #14, #16, légèrement plombé; corps: Une pertie de de dubbing brun mélangée à une partie de sparkle yarn brun. Le corps est ensuite recouvert de fibres de sparkle brun. Tête: Marabou brun.

     J'ai découvert la présence de la crevette d'eau douce pour la première fois dans le lac Vert à St-Damien. Ce petit crustacé habite les lacs et j'ai souvent remarqué des estomacs de truite remplis à craquer de crevettes, surtout au printemps. Dave Whitlock suggère le montage suivant; Hameçon: Mustad 94842 #10, #12, 14, plombé. Antennes: Fibres de plumes de flanc de branchu ou de mallard. Pattes: Hackles de poule ou de perdrix, brun clair. Côtes: Fil d'acier argent ou or (diamètre fin). Corps: Dubbing olive et beige mélangé.

     Et la dernière, mais non la moindre, la Muddler Minnow. A-t-elle besoin d'être présentée?. Chose certaine, la truite résiste rarement à une bonne présentation. Pour pêcher efficacement en profondeur, l'hameçon doit être plombé.

Référence

» Texte et photos: Gérard Bilodeau (1986)
» Magazine Sentier Chasse & Pêche.
Page 30 sur 42