Mouches Phosphorescentes par Gilles Aubert

     Si l'on vous demandait de nommer un organisme animal qui est luminescent dans l'obscurité, il y a fort à parier que seule la luciole serait mentionnée. Pourtant des chercheurs ont découvert que des poissons et même du plancton émettent aussi de la lumière dans la noirceur. Ce phénomène de la photoluminescence ne devrait-il pas être davantage adapté à la pêche à la mouche?

Mouches phosphorescentes
     Il est reconnu que des leurres fabriqués ou recouverts de matériaux phosphorescents sont très efficaces pour la pêche du doré et de l'achigan durant la nuit. Des Anglais et des Australiens adeptes de la pêche de la truite utilisent aussi avec succès des pigments et des vernis phosphorescents (Firefly) dans la confection des artificielles. Toutefois, n'ayant pas l'allure et la légèreté des mouches traditionnelles, elles ne sont pas prisées des puristes de la pêche à la mouche. Or, un Québécois aurait résolu le problème. Jean-Guy Côté, propriétaire des %CO_UNI_PRODUCTS% Inc, vient de mettre sur le marché une laine synthétique composée de brins ayant des filaments phosphorescents et, de surcroît, facile à utiliser : le Uni Glo Yarn.

FLUORESCENTE et PHOSPHORESCENTE

     À prime abord, soulignons qu'il ne faut pas confondre la phosphorescence et la fluorescence. Un matériau est dit fluorescent lorsqu'il émet de la lumière seulement en présence de lumière, tandis qu'un matériau phosphorescent émet de la lumière dans l'obscurité. En plus d'être souple, le Uni Glo Yarn contient un élément phosphorescent qui est intégré au matériau et ne peut disparaître, malgré l'utilisation de la mouche dans l'eau. «Excité» pendant un court instant par un rayon lumineux (l'un des phares allumés de votre véhicule ou le flash d'un appareil photo, par exemple), ce matériau restitue une lumière assez puissante pour être perçue dans l'obscurité par le pêcheur et par le poisson, et ce pendant trois à quatre heures.

Des applications

Produits-Uni
     En plus d'aider le pêcheur à repérer sa mouche dans la pénombre, se pourrait-il que la lumière émise par l'artificielle puisse aussi attirer les poissons? Compte tenu de l'efficacité des leurres phosphorescents, c'est fort probable! Ainsi, il pourrait être avantageux d'attacher à son bas de ligne une mouche dont un ou plusieurs des éléments sont fabriqués de Uni Glo Yarn.

     Le produit peut servir comme composante de seulement certaines parties de la mouche ou être ajouté aux matériaux de montage. On peut donc l'utiliser pour faire la queue, le corps, l'aile, les côtes, le ferret et même en ajouter dans la composition de l'aile, du corps (ex. : dub-bing), du ventre, etc. S'effilochant comme de la laine, on peut également s'en servir pour la confection de petites mouches. Ainsi, à la différence de la matière plastique imprégnée d'un élément phosphorescent, avec le Uni Glo Yarn l'artisan monteur de mouches peut décider de la quantité de phosphorescence à incorporer dans ses artificielles.

     S'il est difficile d'évaluer l'intérêt réel que présentent les mouches phosphorescentes pour les poissons, il est incontestable qu'elles facilitent le choix de l'action à imprégner grâce à leur visibilité exceptionnelle, même quand la lumière est réduite. Le Uni Glo Yarn, actuellement d'un blanc crème, est offert en longueur de 7 verges (6,4 m) enroulée sur une bobine pour moins de 1$. Il se pourrait qu'éventuellement on retrouve sur le marché une gamme de teintes pastel, comme le chartreuse. On peut se procurer ce produit dans les magasins spécialisés pour le montage de mouches. Un essai vous convaincra probablement!

Références

» Texte & Photo: Gilles Aubert (Août 2001).
» Magazine Sentier Chasse & Pêche.

Page 35 sur 42