OUANANICHE EN RIVIERE par Claude Bousquet

     Dès le printemps, plusieurs "mordus" du Québec se précipitent vers les quelques plans d'eau de leur région, dans l'espoir de capturer l'un des poissons les plus combatifs de nos eaux. Ces adeptes de la pêche à la traîne savent-ils cependant qu'il est possible de pêcher ce monstre argenté en rivière, à gué, durant la même période? Vous avouerez avec moi que le combat risque d'être beaucoup plus excitant. Je vous vois déjà en train d'astiquer votre matériel, mais avant de vous lancer dans une nouvelle aventure, il faut évidemment bien comprendre ce poisson un peu spécial, et bien assimiler les techniques qui vous permettront de faire des captures mémorables.

Ouananiche en Riviere
     Les meilleures rivières américaines pour la Ouananiche sont les tributaires du lac Champlain. Les rivières Saranac, Ausable et Boquet accueillent en effet des centaines de spécimens dès le début avril. Les rivières Clyde et Winooski au Vermont sont également propices quoique les résultats y soient en général assez faibles.

     La Ouananiche passera donc avril et mai à se nourrir en rivière avant que la température de l'eau n'atteigne 60° F. et qu'elle doive redescendre dans le lac où elle sera plus à son aise. On n'observe pas ce phénomène sur la Côte-Nord car les rivières y sont beaucoup plus froides.

L'espèce

     Je viens de mentionner que la Ouananiche était un poisson un peu "spécial". Je m'explique. Comme son nom anglais l'indique, le Landlocked Salmon est un saumon d'eau douce. Contradiction dans les termes me direz-vous car le saumon est avant tout un poisson anadrome. Malgré cette particularité, dites-vous bien qu'il s'agit essentiellement du même poisson, en plus costaud. Les nageoires de la Ouananiche sont en effet plus larges que celles du Saumon atlantique, ce qui lui permet souvent de livrer un meilleur combat à taille égale. Le fait que la Ouananiche n'ait pas à subir le choc du passage de l'eau salée à l'eau douce lui permet également d'être prête au combat dès son entrée en rivière au mois d'avril. À part ces quelques détails, il s'agit donc d'un Saumon atlantique qui n'a pas à s'aventurer en mer car il possède tout près de sa rivière natale une source de nourriture abondante. Le cycle de vie est toutefois identique: montaison au printemps, frai à l'automne.

Les rivières

     Comme la plupart des Saumons atlantiques, la Ouananiche se présente donc à l'embouchure de sa rivière natale dès la débâcle. Les dates de montaison peuvent varier de région en région mais en général, on parle d'avril pour les rivières de l'état de New-York ou du Vermont, jusqu'au début de juin pour les rivières de la Côte-Nord.

Les techniques

     Comme tous les genres de pêche, la température joue un rôle déterminant. Vous pouvez commencer à capturer de belles Ouananiches dès que la température de l'eau atteint 40° F.; au dessus de 60° F., équipez-vous d'un down-rigger car la Ouananiche réintègre alors les profondeurs du lac à la recherche de la température idéale de 50 à 55° F. Elle n'en sortira qu'au début de septembre pour la montaison qui mènera au frai du début novembre.

     Lorsque la température de l'eau se situe sous la barre des 40° F. on pêche surtout à la nymphe. Les nymphes de plécoptères ou les Wolly Buggers noirs ou olive font très bien l'affaire. Il s'agit d'une pêche lente qui se fait en profondeur à l'aide d'un soie à bout plongeant.

     Dès que la température de l'eau dépasse le 40° F., le véritable "sport" commence. Les Ouananiches se mettent alors à la poursuite de ménés dont ils se gaveront jusqu'aux éclosions de phryganes et de Hendriksons du mois de mai. Il fut un temps où les gros géniteurs envahissaient les premières fosses des tributaires du lac Champlain dès le début avril. Ces gros spécimens de 7 à 10 livres ne viennent plus que rarement à l'embouchure des rivières au printemps. On y capture plutôt des spécimens d'environ 18 pouces qui se présentent en rivière pour la première fois. Les combats sont toutefois toujours intéressants car ces jeunes poissons ne cessent de sauter dès qu'ils ont senti le fer de l'hameçon. Durant cette période, les mouches les plus efficaces sont évidemment les streamers tels les Grey Ghost, Black Ghost, Magog Smelt ou Mickey Finn, dans les grosseurs 2-4-6. La soie intermédiaire qui vous permet de présenter la mouche à six pouces sous la surface s'avère alors d'une grande efficacité. Oh! En passant, un petit truc... Essayez de créer au bout de votre avançon des "situations de pêche" en ajoutant un dropper. Une Quill Gordon noyée ou un streamer de plus petite taille font très bien l'affaire. Souvent la Ouananiche attaquera la petite mouche avant que votre gros Grey Ghost ne la dévore... C'est un bon truc que les vieux du coin m'ont enseigné.

     Il est également possible de pêcher la Ouananiche à la sèche. Les éclosions de Hendrikson pâles dans la Saranac et de phryganes beiges dans la Ausable sont tout à fait spectaculaires. Je m'en voudrais ici de ne pas vous parler du 23 mai 1993. Depuis quelques jours, la pêche devenait difficile. C'est en général la période où la température de l'eau devient trop élevée et où les Ouananiches retournent au lac. Un guide de la région m'avait toutefois assuré la veille que la rivière regorgeait de poissons mais qu'ils ne mordaient plus. C'était l'indice dont j'avais besoin. J'étais persuadé que les Ouananiches avaient commencé à se nourrir d'insectes. Je n'allais pas être déçu. Le lendemain, alors que je guidais trois novices, nous piquions 31 Ouananiches à la sèche (Caddis #14). Cette journée est passée dans les annales de la région. Vous ne ferez sans doute pas une pêche aussi miraculeuse mais entre 14 et 16 heures, vous pouvez espérer capturer quelques belles pièces à la Hendrikson #14, surtout dans la Saranac à partir du 1er mai. Ces éclosions se terminent en général vers le 20 mai lorsque les achigans montent à leur tour la rivière pour frayer. Lorsqu'on capture son premier achigan, on a en général capturé sa dernière Ouananiche.

     Comme vous pouvez le constater, cette pêche est à la fois variée et formative. C'est en effet en péchant ce poisson merveilleux en rivière que vous pourrez le mieux apprendre les trois techniques de base qui vous permettront de devenir des pêcheurs aguerris. Lorsque les gens me demandent comment j'ai appris à pêcher le Saumon atlantique, je leur dis toujours que c'est en péchant la Ouananiche que je me suis familiarisé avec les techniques qui me permettent d'avoir du succès au Saumon atlantique. Au cours des cinq dernières années, j'ai capturé 90% des mes saumons avec des mouches que j'avais d'abord conçues pour la Ouananiche. Vous me direz que c'est normal puisqu'il s'agit du même poisson. Je suis tout à fait d'accord avec vous mais, n'en déplaise aux saumoniers, une Ouananiche c'est plus costaud.

références

» Texte et photos de Claude Bousquet.
» Atos Mars 1997.

Page 5 sur 6