Une Mouche peu Ordinaire par Robert Veilleux

     L'auteur de ces lignes est un passionné de la pêche à la mouche. Il fait ses propres mouches depuis maintenant une vingtaine d'années et c'est avec une grande fierté et un pincement au coeur qu'il nous lègue ici la façon de monter cette mouche "peu ordinaire".

Une Mouche peu Ordinaire!
     La confection d'une mouche solide imitant parfaitement la nourriture du poisson est considérée comme une grande réussite. Chaque pêcheur rêve d'avoir sa mouche personnelle et encore plus si elle s'avère efficace. Par la suite, attraper le poisson est un plaisir additionnel au grand sport qu'est la pêche à la mouche.

     Il y a plusieurs années, les vieux "moucheurs" nous disaient qu'il était inutile de sortir nos cannes et nos mouches avant le mois de juin. La croyance du temps disait que tant que les insectes n'étaient pas arrivés, les poissons ne prenaient pas la mouche. Aujourd'hui, nous savons tous qu'un bon "streamer" est excellent pour leurrer la plupart des poissons très tôt en saison, voir même en hiver lorsque nous allons pêcher en étang.

     Plus tard, on nous montrait comment attacher deux ou trois mouches après notre hameçon de façon à présenter plusieurs imitations différentes en même temps. Cette façon de faire, bien qu'efficace, nous causait plusieurs problèmes. Je n'ai qu'à penser aux nombreuses soirées où j'ai démêlé ma ligne plus longtemps que je n'ai péché.

     Aujourd'hui, la majorité des pêcheurs à la mouche se servent d'une seule mouche cherchant à obtenir la qualité dans leurs prises plutôt que la quantité. Il faut dire aussi que la pêche à la mouche est sans contredit la technique avec laquelle il est le plus facile de gracier ses prises.

     La mouche que je vous livre dans ces quelques lignes a été expérimentée dans plusieurs régions du Québec et sur plusieurs espèces de poissons. Elle a réussi à leurrer la truite mouchetée, la truite brune, l'achigan et le doré. Je l'utilise surtout avec une ligne "calante", mais je préfère vous laisser tenter vos propres expériences.


1- Enroulez 2 à 3 épaisseurs de fil autour de la hampe de l'hameçon. Prenez soin de couper l'excédent de fil avant de passer à la seconde étape.

2- Prenez une pincée de poils de queue de veau et fixez-la solidement à l'aide du fil de montage.

3- Prenez deux bouts de laine, un blanc et un noir, et enroulez-les en alternance pour former le corps. Assurez-vous de la symétrie du corps de façon à avoir une bonne flotaison. Bien entendu, il vous faut attacher le tout solidement.

4- Découpez une pincée de poils de queue de veau blancs et fixez le tout à l'hameçon en vous assurant que l'aile soit bien centrée.

5- Pour terminer, enroulez un hackle brun autour du corps et finissez la tête en enroulant plusieurs épaisseurs de fil noir.

Références

» Par Robert Veilleux
» Québec Archer Chasse et Pêche, Été 1995.

Page 37 sur 39