Sommaire
  1. Utilisation de Poppers pour la Truite
  2. Les Bass Bugs

Utilisation de Poppers pour la Truite par Jacques Demers

     Pendant que nous aimons prétendre que la truite limite sa diète aux insectes aquatiques principalement les éphémères, elles mangent aussi des créatures moins délicates, telles : des grenouilles, des petits mammifères, des reptiles ainsi que des petits poissons.

     En réalité, la truite n’est pas sélective envers la nourriture comme on le prétend. Elles sont opportunistes et peuvent ingérer n’importe quoi. Certains monteurs passent des heures à leurs étaux pour créer des patrons de toute espèce d’insectes, mais en réalité la truite attaque aussi les cuillères, les Jigs, les Grubs en plastique ainsi que les vers de terre, le blé d'Inde et même les Power Bait.

     Une fois que le pêcheur à la mouche accepte ces faits troublants, un autre monde de possibilité s’offre à lui. Je suis récemment tombé sur un article qui laissera le puriste perplexe. En utilisant des Poppers qui n’ont aucune odeur pour des mariganes, perchaudes et crapets, mais qui sont très attractifs, j’ai pris de la truite. Lancer des Poppers n’est peut-être pas aussi élégant que lancer des mouches classiques, mais ça fonctionne.

Voici quelques exemples

     Les guides de pêche de la région de Shenandeah Valley utilisent souvent des Poppers lorsqu’aucune mouche n’a eu du succès. Le petit Prissy Miss qui a un petit corps en foam noir, ainsi que des pattes en caoutchouc et une queue peu importe, la couleur serait très efficace toute la saison, en ruisseau. Billy Kingsley, ce guide qui travaille à Harrisonburg en Virginie dit ceci : Les Poppers sont efficaces parce qu’ils imitent des grenouilles, des souris et de gros insectes terrestres. Il donne comme explication que durant un été il observa une éclosion de tricos. Des demoiselles noires se gorgeaient de ces petits insectes. Les truites montaient sur les tricos mais de temps à autre une grosse attrapait une demoiselle. Un Popper noir monté sur un hameçon 10 à 12 qui imite une demoiselle prendra de la truite même s’il n’y a aucune activité.
Harry Murray reconnu comme expert pour la pêche à l’achigan, prend de la truite en particulier avec un simple Bug en liège appelé Corker créé par Ron Kommer.

     Harry Robertson, guide de pêche à la truite et saumon au Labrador, en Amérique du Sud, en Alaska et dans l’Ouest américain utilise des Poppers depuis une dizaine d’années pour la grosse truite. Lui et ses clients capturent toutes sortes de truite, Artic char et saumons avec des Poppers conçus pour l’achigan. Il pêche ceux-ci en surface ou en noyé avec une soie calante et un avançon court.

     Matt Supinski , guide bien connu qui se spécialise dans la pêche au steelhead et au saumon dans les Grands Lacs et leurs tributaires, capture constamment des poissons de qualité avec des Poppers flottants ou submergés. Il a la même technique que Robertson, il utilise une soie à bout calant ainsi qu’un avançon calant de manière à placer le Popper au même niveau que le poisson. Pour un lancer plus en profondeur, il utilise des petits plombs sur son avançon. Durant les périodes où la visibilité est réduite et lorsque le steelhead marsouine à la surface du lac Michigan, Surpinski aime pêcher avec des Sliders ou des Cup Faces à l’aide d’une soie flottante ou intermédiaire.

Techniques de pêche

     Les Popper sont désignés pour être pêchés dans les eaux calmes et pour les espèces d’eau chaude. On peut utiliser la même technique pour pêcher la truite en lac ou en réservoir, mais avec des Poppers plus petits. Exemple :(montés sur des hameçons no 10 et 12). Le lancer à l'aveuglette surtout sur les bords fonctionne souvent, mais les chances augmentent lorsque vous pouvez observer une truite qui se manifeste à la surface. Lancez le Popper en avant du rond de gobage et laissez la vague disparaître. Ceux-ci frappent l’eau plus bruyamment qu’une mouche et souvent font peur au poisson. Parfois par contre cette commotion sur l’eau attire le poisson qui attaque immédiatement ou encore il faut attendre que l’eau se calme autour et ensuite on implique une petite secousse de temps à autre.

     Dans les eaux agitées, on l’utilise comme une grosse mouche sèche, c'est-à-dire lancer en amont et laisser descendre librement ou encore le lancer à 45 degrés vers l’aval, récupérer le mou de la soie et donner la chance au Popper de terminer sa course en descente libre. Cette façon de faire est particulièrement efficace lorsque la truite se nourrit près du bord, d’un arbre tombé à l’eau ou aux endroits à faible courant. Ce sont de bonnes cachettes. Lorsque la descente est terminée, on doit ramener par saccades tout en lui faisant faire un petit « pop » avant de le sortir de l’eau pour le prochain lancer. Souvent la truite va attaquer durant la secousse imposée

     Pour pêcher un Popper en noyée, on doit se munir d’un avançon court et d’une soie calante. Ajoutez quelques petits plombs pincés pour une présentation plus profonde. Le Bug doit être présenté au même niveau que le poisson. On doit essayer de varier les lancers et la récupération jusqu’à ce que l’on trouve la bonne combinaison. En utilisant un Popper muni d’un anti-jonc et d’un monofilament solide, on peut lancer très près du bord et même dans les arbustes. C’est une très bonne tactique à utiliser de la fin du printemps jusqu’à l’automne lorsqu’il y a beaucoup d’insectes et que les grosses truites se tiennent à ces endroits et attendent que ces créatures tombent à l’eau.

     En résumé ce qui est important, c’est de fabriquer des petits Poppers qui vont sur des hameçons 10 - 12 (exemple; mustad 9672 , tiemco 102). L’oeil doit être droit sinon je le chauffe et le redresse. Les couleurs : noir, jaune, rouge, vert ainsi que blanc sont très efficaces. J’utilise la même technique qu’avec une sèche, les résultats sont surprenants.

     À vous de vérifier J. Demers

Références

» Texte : Jacques Demers.
» American Angler juillet/août 1999.
» L’Ardillon (SMPM) Septembre 2010.

PrécédentPage 1 sur 2