La Truite de Mer au Saguenay par Jean-François Bourque

« Des Populations de Poissons Uniques dans un Milieu Unique »

    Qu’on l’appelle truite de mer, truite mouchetée, truite bleue ou omble de fontaine, la truite de mer (Salvelinus fontinalis) gagne sans cesse en popularité, particulièrement dans la région du Saguenay. En effet, plusieurs rivières de cette région (rivière Sainte-Marguerite, rivière À Mars, rivière Saint-Jean, rivière Éternité, rivière des Ha Ha et Descente des femmes, rivière Petit-Saguenay) abritent cette espèce et les pêcheurs sont de plus en plus nombreux sur ces rivières à lui consacrer tous leurs efforts.

Ce Que l’On Sait...

     Les différentes études réalisées sur cette espèce, principalement par le Centre interuniversitaire de recherche sur le saumon atlantique (CIRSA), ont permis d’en apprendre beaucoup plus sur le cycle vital et les particularités de la truite de mer du Saguenay. Nous savons désormais que l’espèce boucle l’entièreté de son cycle vital dans la région du Saguenay, contrairement à d’autres espèces anadromes (qui effectue une migration en eau salée et remonte en eau douce pour la reproduction) comme le saumon atlantique. Les migrations de la truite de mer se font vers le fjord du Saguenay, moins salé que le fleuve ou la mer, ce qui peut faciliter son adaptation physiologique et augmente alors ses chances de survie. Le Saguenay, en tant qu’habitat d’alimentation, serait à ce point de vue, unique en son genre.

     Du point de vue des effectifs, le portrait est moins clair. La rivière Sainte-Marguerite contient assurément les plus grandes populations de truites de mer de la région. Certains parlent même d’une véritable pouponnière à truite de mer. Il semble que les rivières Éternité et Saint-Jean soutiennent également une bonne production. Les données pour les autres cours d’eau sont malheureusement incomplètes. Quoi qu’il en soit, le potentiel de la région pour cette ressource est énorme.

Prévenir Plutôt que Guérir

     Conscient de l’intérêt grandissant pour cette espèce, les gestionnaires ont rapidement réalisé qu’une gestion de l’espèce inspirée des principes du développement durable devait rapidement être appliquée. C’est pourquoi en 2004 le plan de mise en valeur de l’omble de fontaine anadrome au Saguenay a été réalisé. Ce plan comporte huit axes stratégiques d’intervention, qui se traduisent dans les faits par la mise en oeuvre de différents projets prioritaires. Parmi eux, l’inventaire-diagnostic des habitats de fraye dans les principales rivières fréquentées par l’omble de fontaine anadrome a été réalisé en 2005 au Saguenay par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF) et Alliance Environnement.

« La mise en valeur de l’espèce dans ces rivières doit passer d’abord et en priorité par l’optimisation des habitats des secteurs accessibles »

L’importance de l’Habitat ?

     Plusieurs interventions peuvent favoriser une augmentation des stocks de poissons : adoption de mesures réglementaires (diminution de la limite de prises, limite de taille, longueur de la saison), ensemencements, aménagement de sites de fraye, etc. Ces différentes mesures ne peuvent cependant pas à elles seules assurer la pérennité de l’espèce. Ce qui est d’abord primordial, c’est que les caractéristiques de l’habitat répondent aux exigences minimales de l’espèce. En d’autres termes, si les caractéristiques physiques des cours d’eau sont inadéquates, l’espèce ne pourra jamais s’établir et croître en nombre. C’est ce que l’on appelle le potentiel d’habitat.

     Il est important de mentionner que le potentiel d’habitat se compose d’une variété de caractéristiques physiques. Les exigences d’habitats varient selon la taille et le stade de développement des truites (juvéniles, adultes) et selon l’utilisation qu’elles font de l’habitat (fraye, alimentation, repos). Cependant, c’est d’abord la disponibilité des habitats de fraye qui constitue le premier facteur faisant en sorte qu’une population pourra ou non exister et persister. La détermination du potentiel d’habitat de fraye d’une espèce de poisson, ici la truite de mer, permet de vérifier s’il existe suffisamment de sites pour que l’espèce puisse se reproduire et assurer ainsi le succès des premiers stades de vie. La détermination du potentiel d’habitat de fraye est donc incontournable dans un contexte de développement durable de cette espèce. « Le Saguenay, en tant qu’habitat d’alimentation pour la truite de mer, serait unique en son genre ».

Méthode Utilisée

     Un bilan-diagnostic des habitats de fraye dans les principaux tributaires du Saguenay, producteurs d’ombles de fontaine anadromes, a été réalisé au cours de l’été et de l’automne 2005. Ce bilan avait comme objectifs principaux d’évaluer la quantité et la qualité des habitats de ces tributaires, leur potentiel d’accueil et les opportunités d’aménagement pour la mise en valeur de l’espèce au Saguenay. Pour y parvenir, nous avons utilisé des données de photo-interprétation (analyse d’images aériennes) validées par des campagnes sur le terrain. Les résultats positifs des analyses de ces photos indiquent que cette technique permet de bien localiser les segments de cours d’eau comportant des habitats potentiels pour la fraye de l’omble de fontaine anadrome.

Potentiel d’Habitats de Fraye des Rivières du Saguenay

     Le tableau ci-dessous présente le résultat des valeurs photo interprétées pour l’ensemble des portions accessibles et inaccessibles des tributaires producteurs d’ombles au Saguenay.

    Superficies d’habitats potentiels pour la fraye de l’omble de fontaine anadrome des secteurs accessibles et inaccessibles des tributaires du Saguenay

Secteurs Accessibles

     La rivière Sainte-Marguerite Principale supporte 81% des superficies d’habitats potentiels accessibles. Ce résultat va de pair avec la croyance populaire qui veut que la majorité des ombles anadromes de la région soit produite par la rivière Sainte-Marguerite. L’importance des habitats potentiels, qui ne sont pas utilisés actuellement pour la fraye, nous permet de croire qu’il y a place à une augmentation de la population. Ce constat, jumelé au renforcement des mesures de gestion en vigueur depuis 2004, devrait favoriser un accroissement de la population à moyen terme.

     La rivière Saint-Jean vient en seconde place avec 6,2% de la quantité régionale des habitats potentiels. Bien que les frayères actives de cette rivière soient peu connues, nous avons suffisamment d’indices permettant de croire que les habitats potentiels accessibles ne sont utilisés que partiellement et qu’il y a place à une augmentation de la population. La rivière Éternité vient ensuite avec 5,5 % des habitats, soit 287 unités d’habitats potentiels. Enfin, les rivières à Mars et Petit-Saguenay sont les plus pauvres en habitats accessibles potentiels pour la fraye. Ces rivières sont d’ailleurs reconnues pour ne produire qu’un faible nombre d’ombles anadromes.

Secteurs Inaccessibles

     Au niveau des secteurs inaccessibles, les rivières St-Jean, Petit-Saguenay, Sainte-Marguerite Nord-Est et à Mars présentent des superficies d’habitats potentiels notables et nettement supérieures à ce qui est observé pour leurs secteurs accessibles. Cependant, il importe de mentionner que la mise en valeur de l’espèce dans ces rivières doit passer d’abord et en priorité par l’optimisation des habitats des secteurs accessibles. En effet, l’introduction de l’omble anadrome dans des secteurs où il n’est pas présent comporte des risques économiques et écologiques qui nécessitent que le sujet soit étudié en profondeur avant de pouvoir considérer ce type d’intervention comme étant valable.

     Le Saguenay est en voie de devenir une destination privilégiée pour la pêche à la truite de mer. Les autorités gouvernementales (MRNF), le milieu régional (Municipalité et ZIP) et l’entreprise privée (Alliance Environnement), travaillent conjointement afin d’instaurer un système de gestion de l’espèce axé sur les principes du développement durable. Ainsi, nous optimisons les chances que la truite de mer soit présente dans les tributaires du Saguenay pour encore plusieurs années. Il est cependant de la responsabilité de tous de veiller à sa protection et à sa mise en valeur....

Remerciements

     Nous remercions la Fondation de la faune du Québec, le Comité ZIP Saguenay, le MDDEFP (direction de la protection de la faune et direction de l’aménagement de la faune du Saguenay-Lac-Saint-Jean) ainsi qu’Alliance Environnement qui, par leur soutien financier, professionnel et technique, ont permis de réaliser le plan de mise en valeur de l’omble de fontaine anadrome au Saguenay. Nous tenons également à remercier les associations gestionnaires de rivières à saumon au Saguenay, soit : l’Association de la rivière Sainte-Marguerite inc., l’Association des pêcheurs sportifs de la Rivière-à-Mars inc., la Corporation de gestion de la rivière Saint-Jean-Saguenay inc. et l’Association de chasse et pêche du Bas-Saguenay inc., pour leur participation soutenue tout au long des activités de ce projet, ainsi que pour leur implication financière. Finalement, un merci spécial au CIRSA pour toutes les informations précieuses qu’ils ont recueillies sur la truite de mer au fil des années.

Références

» Texte Jean-François Bourque et Robert Dumont, Alliance Environnement.
» Texte Marc Valentine, MRNF- Direction de l’aménagement de la faune du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
» FQSA.
Page 5 sur 7