La Mouche Fétiche D'André-A Bellemare

La « André-A »

    Il arrive, dans la vie d’un « moucheux », de trouver une mouche artificielle tellement productive... qu’il a quasiment peur de l’utiliser, de crainte de vider les lacs! Je dois vous avouer que le streamer baptisé « André-A » est l’une de ces mouches-là… Laissez-moi vous raconter brièvement son histoire et ses succès.

Description

     La « André-A » est née... en hiver. Car, c’est le 14 décembre 2002, à Cap-de-la-Madeleine, durant une réunion du Club des 20 (un club privé d’artisans monteurs de mouches à pêche, dont je fais partie depuis des années), que cette mouche a été créée par Jean-Guy Côté, de Sainte-Mélanie (près de Joliette, dans Lanaudière). Pour ceux qui ne le savent pas, Côté est l’un des plus grands fabricants au monde de bobines de fils, de soies floches, de tinsels, de laines et d’autres matériaux du genre utilisés pour monter des mouches à pêche (Uni Products J.G. Côté Inc).

La Miraculeuse « AndréA »!
     Donc, Jean-Guy a inventé la « André-A » pour marquer mon 30e anniversaire comme chroniqueur permanent en chasse et pêche pour le quotidien LE SOLEIL, de Québec. Ce streamer porte une parure composée de coloris chatoyants et très visibles: Côté l’a conçue plus comme une mouche «décorative» que comme une mouche pour pêcher. Mais, durant les mois d’hiver, j’ai décidé de me fabriquer une douzaine de «André-A», en prévision des excursions de pêche de 2003. Je trouvais la mouche belle, et j’étais persuadé qu’elle exciterait les truites.

     Ce printemps-là, je réalisai mon premier voyage de pêche dans la réserve faunique gouvernementale de Mastigouche, gérée par la Société des établissements de plein air du Québec. La réserve est située au nord de Saint-Alexis-des-Monts (Haute-Mauricie). Ce territoire faunique public est réputé pour ses ombles de fontaine (truites mouchetées) de fort belle taille. Pour l’occasion, j’étais accompagné de Robert Ménard, de Boucherville, chroniqueur spécialisé en chasse et pêche pour le « Journal de Montréal »; de Louis Tanguay, de Trois-Rivières, conseiller d’orientation retraité; et de Daniel Lebœuf, directeur général des communications et des relations publiques de la SEPAQ. Nous étions hébergés dans le chalet nº10 du grand lac des Îles, dans le nord de la réserve de Mastigouche, Nous pêchions dans des lacs situés autour du lac des Îles, lacs accessibles à la clientèle de ces chalets-là.

     À trois pêcheurs. pendant trois jours, nous avons récolté une trentaine de truites mouchetées. La presque totalité des poissons ont été pris avec... la «André-A». Ces 30 truites pesaient, au total, 10,8 kg, soit un poids moyen de 360 g par truite (12,7 onces ou trois-quarts de livre par truite!...). Je vous rappelle que la limite de possession est de 7 truites par pêcheur dans la réserve faunique de Mastigouche: nous en avons mangé quelques-unes, après notre première journée de pêche, pour pouvoir continuer de pêcher durant les deuxième et troisième journées de notre séjour. Pendant la dernière partie de notre séjour, nous avons remis plusieurs truites vivantes à l’eau pour être bien certains de ne pas dépasser notre quota... Mais je crois que nous aurions pu facilement prendre des centaines de truites en continuant de pêcher exclusivement avec la « André-A »!

     Les truites gobaient la «André-A» dès qu’elle touchait l’eau, ou bien elles y mordaient quand la mouche était pêchée à la traîne et qu’elle nageait juste sous la surface. Pour être bien certain de l’efficacité exceptionnelle de la «André-A», j’ai fait avec Louis-Tanguay l’expérience d’utiliser d’autres mouches très connues et très productives: Muddler Minnow, Woolly Bugger, L.T. Muddler, L.T. Caddis, Mickey Finn, Royal Coachman Hairwing Streamer, Magog Smelt, Black Nose Dace... mais le grand succès revenait automatiquement lorsque nous attachions de nouveau la « André-A » à nos bas de ligne!

     Louis Tanguay, pilier de la Société mauricienne des pêcheurs à la mouche depuis de nombreuses années, l’un des meilleurs monteurs de mouches toutes catégories au Québec, ancien dirigeant des pêcheurs et chasseurs de la Mauricie, ancien trésorier de la Fédération québécoise de la faune (etc. ..) a été tellement impressionné par l’efficacité de la « André-A » qu’il s’en est fabriqué une douzaine durant l’une des soirées passées dans le chalet de la réserve Mastigouche.

     Il va sans dire que j’ai continué à utiliser la « André-A » — et toujours avec un succès aussi remarquable — durant les excursions de 2003 et de 2004. Je vous assure que ferai de même durant les prochains mois! Cette « André-A » de Jean-Guy Côté est si productive que sa renommée s’est répandue comme une traînée de poudre enflammée. Les autres membres du Club des 20, c’est bien sûr, en ont fait l’heureuse expérience pour la récolte d’autres ombles et truites (truite grise ou touladi, truite moulac, truite arc-en-ciel, truite brune, ouananiche), mais également pour la récolte des achigans et des dorés. Des pêcheurs à la mouche en ont fait des modèles plus gros pour pêcher le brochet. Des saumoniers ont testé avec succès la «André-A» lorsque l’eau des rivières était haute, froide et brouillée à la suite des pluies.

     En octobre 2003, le renommé chroniqueur Paul Marriner, de la Nouvelle-Écosse, a fait part de son étonnement quant à l’efficacité extraordinaire de la « André-A » dans un article publié par la revue « The Canadian Fly Fisher ». Depuis lors, des monteurs de mouches de toutes les provinces et territoires du Canada utilisent la «André-A», qu’ils ont aussi contribué à répandre dans certains États américains.

     À l’intention de monteurs de mouches, je communique ici la parure détaillée de la «André-A» pour leur permettre de s'en fabriquer eux-mêmes, pour leur propre bénéfice et celui de leurs parents et amis «moucheux». Si vous ne montez pas votre propres mouches à pêche, tentez de découvrir quelqu’un qui le fait près de chez vous, et apportez-lui la parure ci-dessous de la « André-A » pour qu’il puisse vous en fabriquer quelques-unes.

Parure

Parure de la « AndréA »
Hameçon: Tiemco n° 200R avec l'oeil droit, ou Mustad Premium 80050BR.
Fil de montage: UNI 6/0 ciré rouge.
Queue: Fibres (noir et orange) d’une plume de la pèlerine d’un faisan doré.
Corps: Laine Orlon, de couleur orange brûlée, deux brins.
Côtes: Hackle de cou de coq «grizzly» en enroulement régulier autour du corps.
Aile: Poils de chèvre capra teints jaune canari, ou poils de queue de chevreuil.
Coiffe: Quatre ou cinq fibres (autour de «l'oeil») d’une plume de queue de paon.
Collerette: Plume de cou de coq «grizzly» montée par la pointe et doublée.
Tête: Fil UNI rouge, vernir la tête.

Références

Texte: André-A Bellemare
Photo de mouche: Jean-Guy Côté.

PrécédentPage 1 sur 7