Les Nymphes; Ou, Quand, Comment

     J'ai reçu récemment une lettre d'un monsieur Alain Darveau, d'Amos, me demandant comment utiliser les nymphes, quand le faire, et si à mon avis elles donnent de bons résultats.

Les Nymphes; Ou, Quand, Comment
     Pour répondre adéquatement à cette question, il me faudrait écrire plusieurs volumes. Je me contenterai d'ébaucher une réponse en replaçant le problème dans son contexte, c'est-à-dire sous la surface de l'eau même!

     Tous les cours d'eau et lacs, habitats de la truite, regorgent d'une vie aquatique faite d'éléments minuscules. Cet ensemble, constitué de ménés, de crevettes et d'insectes, joue un rôle important dans les habitudes gastronomiques des salmonidés. Les scientifiques nous répètent que les nymphes constituent 80% de l'alimentation de la truite, et particulièrement de la brune. Devant ce fait, il est donc possible que le moucheur, qui pêche à l'aide d'imitations de larves ou de nymphes, soit récompensé par de belles captures et ce, indépendamment de l'heure des éclosions majeures. Ces dernières règlent les horaires de sortie des puristes de la sèche.

     Établissons dès maintenant que la plupart des insectes voisinant les rivières ou les lacs, ont à un moment donné vécu sous la surface de ces eaux, victimes possibles des poissons, des insectes chasseurs et de la pollution. Cet insecte ailé est d'abord né d'un oeuf, est devenu larve et, suivant l'espèce, a opté pour se construire une cabane, ou bien a choisi de continuer sa métamorphose et de devenir pupe de moucheron ou nymphe parfaite de perle, éphémère, demoiselle ou libellule.

QUAND DOIT-ON UTILISER LA NYMPHE?

     Les nymphes sont présentes dans l'eau à longueur d'année. Nous pouvons donc nous servir de leurs imitations quand bon nous semble. Vous êtes un moucheur qui ne s'intéresse aucunement à la sèche ou au streamer, et la nymphe est votre mot d'ordre. Cependant, si vous êtes plutôt un moucheur universel aux talents variés, la nymphe ne vous sera utile qu'à des moments très précis: quand il n'y a pas d'activité en surface, quand les nymphes se déplacent en s'agitant sous la surface, quand la truite marsouine en chasse, quand la surface est troublée par les montées subaquatiques (causées par les truites se nourrissant de nymphes) du genre bombette, éventail ou poussée et enfin quand il a le pressentiment que la nymphe est l'artificielle du moment.

COMMENT PÊCHER À LA NYMPHE?

     Le moucheur-nympheur sait que l'eau courante des rapides est l'habitat des nymphes de perlidés (stonefly) et d'éphémères (Iron Fraudator, Stenonema Vicaruim, Fuscum, Canadensis, Ithaca et de l'Isonychia Bicolor), les fosses à débit régulier l'aire des phryganes, des diptères et des éphémères (Paraleptophlebia Adoptive, Ephemerella, Subbaria, Invaria, Rotundu, Dorothea, Attenuata et souvent Isonychia), les eaux calmes le pays des nymphes de libellules, de demoiselles, de certaines pryganes, de diptères et d'éphémères (Ephemera Guttulata et foutes les Ephemerellas).

     Deviennent grosses truites celles qui se cachent et qui se nourrissent en serrant le fond. L'emploi de nymphes plombées avantage le moucheur qui veut explorer les profondeurs en variant ses techniques spécifiques dans la façon de pêcher à la nymphe.

     Le moucheur emploiera une variété de soies, les adaptant aux lacs et rivières profondes (soie calante), aux étangs et rapides (soies flottantes à extrémités calantes "wet-tip") ou pour pêcher durant les montées associées au gobage des nymphes par une truite en chasse (soie flottante). 

     Enfin, il est peut-être de l'école d'Yvan Bédard, et il n'emploiera à longueur d'année que la soie flottante pour pêcher à la nymphe dans n'importe quelle condition.

     Le nympheur averti ne laisse aucune issue aux truites opportunistes qui hantent le fond. Il pêche en tandem, c'est-à-dire avec une artificielle précédant celle de queue d'environ dix-huit pouces. La nymphe de queue sera généralement plus grosse et d'une couleur différente de la première. Péchant dans un lac, le moucheur varie ses méthodes de récupérage. Il ramène l'artificielle par de petits coups, de grands coups, hésitant entre les fausses arrachées, il branle le scion de sa canne, donnant ainsi un semblant de vie à cette petite masse de poils et de plumes.

Saviez-vous que les larves d'insectes se construisent de véritables maisonnettes pour se protéger de leurs ennemis? En voici trois modèles. Les matériaux ont été récupérés à même le fond de l'eau; il s'agit de minuscules bouts de bois, de grains de sable ou de fibres diverses unis par une colle sécrétée par l'insecte. Longues d'environ un pouce, ce sont de petites merveilles. Quand la nymphe arrive à maturité elle en sort, nage jusqu'à la surface de l'eau, déploie ses ailes et s'envole.
     Ses lancers traversent les rivières peu profondes. Il suit le trajet de l'artificielle avec le bout de sa moucheuse, tout en la laissant dériver à la façon d'une naturelle. Au cours de ce trajet, il lui arrive d'animer la nymphe de temps à autre, mais il est alerte lorsqu'elle atteint la fin de sa course et entreprend l'arc de traversée. Dans une rivière profonde, il lance en amont de sa position, pour permettre à l'artificielle d'atteindre la profondeur voulue. Bien plus, il se moquera de ce que je viens d'écrire et il péchera en aval. Enfin, l'important c'est qu'il adapte une variété de techniques aux situations particulières qui se présentent, sans pêcher à l'aveuglette.

     Sur un lac, s'il se retrouve seul, il lui sera possible de pêcher systématiquement tout le tour de l'embarcation avec une longueur donnée de soie. Il commencera cet exercice avec 20 pieds de soie, au deuxième tour il ajoutera 5 pieds, et ainsi de suite. Dans la rivière, chaque lancer suivra la même trajectoire, mais la longueur de soie variera à chaque fois.

QUELLE NYMPHE EMPLOYER?

     Chaque pêcheur a parmi ses nymphes artificielles un nombre assez limité de nymphes qu'il préfère et qui compteront pour la plupart de ses captures à ce type de pêche. Il utilise de petites nymphes dans de petits lacs ou ruisseaux. Il utilise de grosses artificielles dans les grandes étendues d'eau. Les insectes de fond sont généralement colorés pour se marier à leur environnement, et le pêcheur, dans son choix de l'artificielle, considérera aussi la couleur.

     Les perles (stoneflies) s'amorcent sur hameçons Mustad #79580 dans les grosseurs 8-10-12 et 14, les autres nymphes sont montées sur du #3906-B et varient de 8 à 18. Une sélection de nymphes de base compte des perles (stoneflies), des phryganes (caddis), des éphémères, des diptères et quelques suggestives.

Références

» Texte & Photos: Serge J. Vincent (Juin 1976).
» Magazine Québec Chasse & Pêche.