Pour une Mouche de Qualité…

     Une bonne mouche est le produit de l'application appropriée de matériaux de qualité sur un hameçon choisi.

Pour une Mouche de Qualité
     Le moucheur est maintes fois confronté avec le problème du choix de mouches de qualité lorsqu'il visite le magasin d'articles de sport. D'autant plus qu'ici, au Québec, les monteurs professionnels qui pratiquent la pêche à la mouche et qui connaissent les normes d'une mouche de qualité peuvent à peine fournir à la demande des boutiques spécialisées. La demande surpasse de  beaucoup l'offre dans ce domaine. Même, ces monteurs professionnels se voient souvent aux prises avec un manque de matériaux de qualité, surtout en ce qui a trait aux camails dont les hackles servent à garnir les délicates mouches sèches.

     La mouche de qualité doit endurer le fouet des faux lancers, les morsures des truites, les phosphates, les huiles et même certains acides qui souvent embarrassent la surface des eaux de notre province. La mouche que nous recherchons doit donc être le produit de l'application appropriée de matériaux de qualité sur la hampe d'un hameçon choisi.

LA MOUCHE SÈCHE

     L'artificielle représentant un insecte ailé doit être ou sembler être aussi délicate que la naturelle. La queue et les hackles doivent être rigides et dépourvus de duvet. Les composantes, barbes de hackle et hackles, qui rencontrent ces normes ne peuvent provenir que d'un camail de première qualité. Prenons la mouche sèche et établissons les points qui doivent préoccuper le monteur et par surcroît le moucheur:
1— l'hameçon doit être forgé et d'un petit diamètre;
2— la queue de hackles rigides dépourvue de duvet doit être droite et mesurer 2 fois la longueur de l'écart;
3— les hackles doivent être rigides, dépourvus de duvet et mesurer 1½ fois la longueur de l'écart;
4— les ailes doivent mesurer 2 fois la longueur de l'écart, et adopter une position parfaite en V perpendiculairement à l'axe de l'hameçon;
5— le corps doit épouser une forme de fuseau et être constitué de spires serrées en matériau approprié, soit: du pelage de fourrure du polypropylène des tiges de hackles ou de barbes de paon, dégarnies;
6 — la tête doit être discrète, vernie ou cimentée et ne point embarrasser l'oeillet.

Pour une Mouche de Qualité
Comparant cette mouche sèche à celle qui figure sur la photo d'introduction, nous réalisons qu'elle souffre des imperfections suivantes: hameçon pour mouche noyée ; queue pendante et écourtée ; corps en soie floche qui absorbe facilement l'eau : côtes inégalement distancées; collet trop évasé, hackle non approprié ; ailes trop courtes.
     Utilisant ces six points comme repère, l'acheteur peut facilement éviter les artificielles garnies de hackles mous, contenant du duvet, à ailes disproportionnées, à corps mal formés ou garnis de laine, à queues croches, à têtes non vernies et enfin à hameçons forts ou épointés.

LES MOUCHES NOYÉES

     Les mouches noyées sont appelées à être submergées, donc ne nécessitent pas la qualité des matériaux utilisés pour les mouches sèches. La technique de garnissage devient donc primordiale en ce qui concerne les mouches noyées, nymphes et streamers.

     Chez ces trois types d'artificielles, la proportion, la durabilité et la symétrie des  matériaux  sont les facteurs qui nous intéressent. Le meilleur essai à faire subir à une de ces mouches est de lui pincer le corps entre le pouce et l'index et de le faire tourner sur lui-même. Si le corps ne vire pas, c'est que le monteur a pris soin, en cimentant le matériau utilisé, d'habiller la mouche de façon à lui assurer une longue vie. Un corps de chenille, de fourrure, de laine, de soie floche ou de tissu synthétique tournera facilement autour de la hampe de l'hameçon si le monteur n'a pas bien ancré son matériau. Il en est de même dans le cas de la queue. En tirant légèrement sur les barbes, elles céderont si elles ne sont pas fixées solidement.

     Quant aux critères proportion et symétrie, rappelez-vous que chez l'insecte naturel, le thorax est plus gros que l'abdomen qui épouse généralement une forme de fuseau, décroissant en direction de la queue. Voici quelques points qui vous aideront dans le bon choix d'une artificielle à noyer:

Pour une Mouche de Qualité
La mouche noyée, figurant sur la photo de gauche, rencontre les critères d'une mouche de qualité. Celle qui disgracie la photo de droite, se voit condamnée sur les points suivants: corps écorché en barbes de queue de paon de qualité médiocre ; les pattes/gorge sont d'un hackle de première qualité, trop raides; ailes inégales et hétéroclites; tête hideuse et verni absent.
1 — la queue ne doit pas être trop longue. Chez les nymphes, les cerques (queue) doivent être séparées et contenir deux ou trois segments;
2— le fil d'attache ne doit être visible à aucun endroit, sauf dans la construction de la tête;
3— l'abdomen doit être en fuseau et constitué de spires serrées;
4— les côtes (ribbing) doivent être de spires équidistantes;
5— le thorax doit avoir plus d'embonpoint que l'abdomen et mesurer, dans le cas d'une nymphe, le tiers (A) de la longueur de la hampe de l'hameçon;
6— les pattes, formées de hackles, doivent être assez longues;
7— l'élytre doit recouvrir en totalité la partie supérieure du thorax;
8— la tête doit être discrète et en fuseau. Chez le streamer, la tête qui portera des yeux peints doit être proportionnée;

Pour une Mouche de Qualité
L'inesthétique nymphe de droite, dévoile quatre de ses défauts. Comparez avec le modèle de première qualité sur ta photo de gauche : hameçon trop long ; abdomen défiguré et thorax maigrelet; pattes trop courtes (hackle taillé) ; tête difforme qui embarrasse l'oeillet.
9— enfin, la tête doit être nette et protégée par un ciment ou une laque.

     Quelques-uns d'entre vous demeureront sceptiques face à l'attention que je porte à la toilette des artificielles. Je sais que toutes les artificielles ne doivent pas être subordonnées à ces règles si on envisage l'innovation, mais on peut quand même innover en utilisant une technique de montage fondamentale. Les manufacturiers de moulinets, de cannes et de soies innovent chaque jour en nous apportant plus de qualité dans la construction de leurs équipements et dans leur rendement. Alors pourquoi accepterions-nous une qualité moindre dans le garnissage de l'artificielle? Si nous ne pouvons pas accepter nos mouches, pouvons-nous nous attendre à ce que les poissons les acceptent?.
Pour une Mouche de Qualité
Le streamer bien balancé (à gauche) n'a rien à envier à cette pauvre imitation à sa droite. Cette dernière fait les beaux yeux, mais son aile en poils de queue de chevreuil est trop courte, elle a été taillée d'une façon inacceptable ; une faille dans la toilette du corps, à la hauteur de la courbure, dévoile le fil de montage.

Références

» Texte & Photos: Serge J. Vincent (Mars 1977).
» Magazine Québec Chasse & Pêche.

Page 12 sur 16