La Manne des Lacs

     Voici un ordre d'insectes aquatiques dont la littérature halieutique n'a fait que peu de cas, mais qui constitue pourtant une part importante du menu de nos truites; l'auteur nous dit comment en tirer profit.

La Manne des Lacs
     La soirée est douce et le vent est tombé; la surface de la petite baie en face du chalet est lisse comme un miroir. Il y a déjà plusieurs minutes que votre regard erre distraitement sur la surface de l'eau, s'étant à peine attardé à observer la sortie rapide de «petits papillons» aquatiques brisant le miroir de l'onde, perdu que vous êtes dans la contemplation du décor.

     Soudain, en proie à une intense frénésie, des dizaines de truites se précipitent sur cette manne ailée. De miroir qu'elle était, la petite baie se transforme en un liquide bouillonnant. Cette agitation subite vous fait frissonner d'excitation; vous voudriez vous précipiter sur votre canne à mouche, mais vous hésitez: quelle artificielle choisir?

     Que nous soyons moucheurs débutants ou experts, la plupart d'entre nous avons déjà vécu un tel scénario et, plus souvent qu'autrement, connu un succès mitigé dans de telles circonstances. La pêche à la mouche ayant été principalement associée à la sèche imitant un insecte éphémère, votre premier réflexe aura probablement été d'attacher une telle artificielle au bout de votre bas de ligne. Pourtant, ces émergences soudaines et rapides sont bien plus souvent le fait d'insectes de l'ordre des trichoptères (communément appelés phryganes) que celui d'élégants éphémères dérivant à la surface. Si vous n'avez pu déceler la différence, la truite, elle, l'a immédiatement perçue. Pour éviter que ne se reproduisent de telles méprises, il est bon de se familiariser avec les principales familles de trichoptères, leurs imitations, ainsi que les techniques propres à les rendre productives.

Caractéristiques Générales

     Contrairement à l'éphémère, l'insecte de l'ordre des trichoptères possède un cycle de vie complet, puisqu'il comprend les quatre stades de l'oeuf, la larve, la pupe et l'adulte. Après une incubation de quelques semaines, les oeufs éclosent en minuscules larves; à quelques exceptions près, ces larves se construisent un fourreau protecteur autour du corps.

     Quand la larve atteint sa maturité, elle obstrue la sortie de son fourreau, pour former une sorte de cocon à l'intérieur duquel elle se transformera en insecte semi-adulte, nommé pupe. Le moment venu, cette dernière perce l'entrée du cocon et nage vigoureusement vers la surface pour émerger en phrygane adulte. La phrygane typique affiche un corps trapu et opaque, de teinte généralement assez foncée et, au repos, ses ailes s'étendent horizontalement en forme de tente sur le dessus de son corps; au contraire, l'éphémère possède un corps élancé et des ailes plutôt transparentes et délicates, tenues verticalement.

     Le processus d'émergence étant rapide, la phrygane se propulse littéralement hors de l'eau, mais non sans effectuer au préalable une petite danse folâtre sur la surface. Ce patinage et ces sautillements intermittents précédant l'envol sont tout à l'avantage du pêcheur qui doit tenter de reproduire le plus fidèlement possible cette danse erratique, afin d'arriver à tromper son adversaire aquatique. Pour ce faire, la mouche sèche imitant une phrygane doit donc flotter bien haut.

    La phrygane adulte possède une durée de vie beaucoup plus longue que l'éphémère, et elle peut s'accoupler et pondre plusieurs fois. Les pondeuses de certaines familles de trichoptères sautillent à la surface pour y déposer leurs oeufs, alors que d'autres, plus courageuses, plongent vers le fond pour y laisser leur ponte.

Cycle de vie des insectes de l'ordre des tricoptères

Cycle de vie des insectes de l'ordre des tricoptères
1- La femelle dépose ses oeufs à la surface de l'eau.
2- Chez certaines espèces, la femelle plonge direètement dans l'eau pour aller déposer ses oeufs sur les obstacles. submergés.
3- À l'éclosion apparaissent des lmves dont quelques espèces seulement vivent «librement».
4- Chez la plupart des familles, la larve se construit un fourreau de petits cailloux ou de débris végétaux.
5- À l'étape de la pupation, l'insecte s'isole à l'intérieur de son fourreau en obstruant l'ouverture.
6- Au moment de l'émergence, la pupe perce l'ouverture de son fourreau et nage vers la surface.
7- L'insecte s'extirpe de son enveloppe pupale et déploie ses ailes. 8- L'insecte adulte s'envole vers la berge.
9- Contrairement aux éphémères, les insectes trichoptères ne meurent pas immédiatement après la ponte des oeufs, certaines espèces pouvant même pondre à deux ou trois reprises au cours de leur vie adulte.)

Émergence Sporadique

     Dans le cas des éphémères, il est plutôt facile de connaître d'avance les périodes d'émergence des différentes espèces, ces émergences se produisant à peu près à dates fixes d'une année à l'autre, et une même espèce pouvant occuper une bonne partie du territoire québécois. Il en est toutefois autrement des phryganes, dont les émergences se produisent de façon sporadique et à des périodes variables selon les régions.

    D'un autre côté, ce manque de régularité peut représenter un certain avantage pour le pêcheur, puisque des émergences sporadiques risquent d'entretenir un intérêt plus constant de la part de la truite. Le moucheur devrait donc disposer en permanence d'un certain nombre d'imitations générales de phryganes pour être en mesure de tirer parti des occasions qui peuvent se présenter.
Il existe plus d'un millier d'espèces de phryganes en Amérique. Cet ordre d'insectes aquatiques regroupe 18 familles principales, elles-mêmes subdivisées en genres et en espèces. On reconnaît les diverses familles à la forme et aux matériaux utilisés par les larves pour la confection de leur fourreau. Ainsi, le fourreau des espèces habitant des rivières aux eaux rapides sera formé de sable, de gravier ou de petits cailloux, tandis que celles habitant les lacs ont un choix varié de matériaux comprenant différentes pièces de végétation et de bois.

    Le groupe des phryganes de lac compte cinq principales familles et, parmi celles-ci, certains genres intéressent plus particulièrement le pêcheur à la mouche.

Les Limnéphilidés

     Les larves des phryganes de cette famille sont reconnaissables à leur fourreau composé de morceaux de bois de grosseurs variées et formant un ensemble disparate et volumineux. Au stade adulte, trois genres de cette famille s'avèrent d'un intérêt particulier, soit Limnephilus, Platycentropus et Phycnopsyche.

    Les espèces du genre Limnephilus émergent durant la dernière moitié de l'été. Le corps, les pattes et les ailes de ces insectes sont, pour la plupart, de couleur gingembre à brun rougeâtre. Les adultes mesurent entre 15 et 20 mm et on les imite par des artificielles montées sur hameçons n° 6 ou 8.

    Le genre Platycentropus est représenté au Québec par l'espèce radius, une phrygane de bonne dimension (23 mm) qui émerge en juillet et août; l'adulte affiche des couleurs de chocolat et de crème. L'artificielle imitant cet insecte sera montée sur un hameçon n° 4 ou 6, et constituée d'un corps de fourrure brune avec une touche de jaune, d'une aile brune et beige et d'un hackle brun pâle bien fourni pour assurer une bonne flottaison.

    Les espèces du genre Phycnopsyche émergent tôt en soirée, en août et en septembre. Les adultes comportent des teintes de brun et leurs ailes sont marbrées. Leurs imitations présenteront un corps brun, une aile de mottelage brun pâle et un hackle gingembre pâle. Tôt le matin, ou un peu avant les périodes d'émergence, on peut également utiliser une mouche noyée de même coloris.

Les Lépidostomidés

    Cette famille est principalement représentée chez nous par le genre Lepidostoma, celui-ci regroupant plusieurs espèces de tailles variables mais affichant sensiblement les mêmes coloris.

    Parmi ces espèces, dont les périodes d'émergence s'échelonnent sur tout l'été, on remarque la bryanti, qui arrive en juin, et la togatum, qui émerge en grand nombre en août. La larve de cette dernière espèce se reconnaît à son fourreau à quatre côtés, habituellement construit de morceaux d'écorce de tronc de conifère.

    Les imitations du stade adulte de bryanti peuvent se monter sur un hameçon n° 12, et toutes leurs parties seront d'une même teinte de brun. Pour la togatum, on choisira plutôt un hameçon n° 8.

Les Phryganéidés

     Cette famille regroupe dix genres de phryganes de grande dimension, au corps trapu et velu; la coloration des adultes varie du brun jaunâtre au brun foncé. Le fourreau volumineux des larves est construit de végétaux assemblés en forme de spirale.

    Le genre Phryganae est commun au Québec; et particulièrement l'espèce cinera qui émerge à la fin du printemps, vers le crépuscule. L'adulte arbore un corps brun jaunâtre, des ailes mottelées de couleur «tan» à brun moyen, et des pattes brun gingembre.

    La pondeuse plongeant pour déposer ses oeufs au fond de l'eau, on prendra donc soin de monter une artificielle à plumes souples pour imiter ce stade. À défaut d'une telle artificielle, on pourrait y substituer une Muddler Minnow n° 4, avec corps de tinsel de couleur or et aile de poils de chevreuil brunâtres.

Les Hélicopsychidés

     Cette famille comprend principalement le genre Helicopsyche, des phryganes émergeant du printemps jusqu'à l'automne. Les larves de ces insectes de petite dimension construisent un fourreau typique de phryganes de rivière, soit une enveloppe de forme ovale constituée de gravier fin. En lac, on retrouve ces larves près des décharges des rivières à courant modéré, ainsi que dans les secteurs aux eaux fortement agitées et, conséquent, très oxygénées en rivière.

    L'espèce borealis, qui nous intéresse plus particulièrement, arbore un corps et des pattes gris pâle, et des ailes gris brun. La femelle plonge vers le fond pour y déposer sa ponte et on peut l'imiter par une mouche noyée typique ou à plumes souples, de couleur «Blue Dun». Pour suggérer l'adulte en émergence, l'artificielle devrait être montée sur un hameçon n° 16, dans un style mouche sèche sans hackle.

Les Leptocériclés

    Cette famille compte deux genres importants au Québec, soit le Mytacides et le Nectopsyche. Les larves de ces trichoptères de grosseur moyenne construisent un fourreau en forme de tube, constitué de sable ou de gravier fin, et garni de trois ou quatre morceaux de bois agissant comme stabilisateurs. La femelle adulte pond également ses oeufs au fond de l'eau.

     Le genre Mytacides comprend l'espèce sepulchralis, une phrygane de couleur noire qui émerge et pond ses oeufs le même jour. Une Elk Caddis noire, de grosseur n° 14 ou 16, imite bien cet insecte; on pourra aussi utiliser une mouche à plumes souples possédant un corps de fourrure noire et un hackle de perdrix anglaise.

    Le genre Nectopsyche comprend l'espèce exquisita, un trichoptère blanc d'une longueur de 15 mm qui émerge au milieu de l'été; ce sont ces petits papillons blancs qui pullulent en soirée et que plusieurs appellent des «mannes». L'abondance de cet insecte et l'activité qu'il suscite ont rendu l'utilisation de la White Miller populaire, une mouche noyée traditionnelle qui a connu ses heures de gloire sur nos lacs. On utilisera cette artificielle lors de la ponte, alors que pour les périodes d'émergence, on optera pour une sèche n° 14 ou 16 de couleur blanche.

Mot de la Fin

     Plusieurs styles de montage peuvent s'adapter à l'imitation d'insectes de l'ordre des trichoptères. Pour les besoins de la cause, j'en ai retenu cinq de catégorie sèche et deux de catégorie noyée, celles-ci s'avérant de conception simple et se révélant d'une grande polyvalence d'utilisation (voir aparté).

    Le monde des insectes en est un relativement complexe mais combien fascinant, d'autant plus qu'il permet d'accéder à un autre monde non moins passionnant, celui des poissons; d'ailleurs, tout bon pêcheur à la mouche n'est-il pas un peu entomologiste dans l'âme?
La connaissance des principales espèces suscitant la convoitise de dame truite, alliée à une observation patiente de leur comportement, vous permettront d'effectuer un choix judicieux d'imitations et une présentation adéquate le moment venu. Et lors de la prochaine belle soirée, lorsque la surface de votre lac sera soudainement remuée par des dizaines de truites voraces, peut-être alors ne serez-vous plus aussi désemparé...

QUELQUES MONTAGES D'IMITATIONS DE PHRYGANES

Mouche sèche à ailes en plumes (style Brown Caddis, Phrygane à ailes mottelées)
Hameçon: à mouche sèche, grosseur variable;
Fil: Uni 8/0, couleur variable;
Corps: dubbing de fourrre, couleur variable;
Ailes: sections de plumes d'aile de canard, ou de queue de dinde ou de faisan à collier;
Hackle: rigide, enroulé en collerette, couleur variable.

Mouche sèche à aile en poils (style Chuck Caddis)
Corps: dubbing de fourrure, couleur variable;
Aile: pincée de poils de marmotte attachée en position plus ou moins horizontale sur le corps;
Hackle: rigide, enroulé en collerette, couleur variable.

Mouche sèche sans ailes (style Vermont Caddis, Hare's Ear Caddis)
Corps: dubbing grossier de fourrure de masque de lièvre;
Hackle: un brun et un grizzly enroulés en collerette.

Mouche noyée typique
Hameçon: à mouche noyée, grosseur variable;
Fil: uni 6/0, couleur variable;
Queue: pincée de fibres molles de hackle;
Corps: dubbing de fourrure, ou enroulage de soie floche;
Côtes: lamé métallique plat enroulé en spirales sur le corps;
Hackle: à fibres molles, enroulé en collerette et quelque peu rabattu vers l'arrière;
Ailes: sections mariées de plumes d'ailes de canard, ou de queue de faisan ou de dinde ..

Mouche noyée à plumes souples
Corps: dubbing de fourrure, ou enroulage de soie floche;
Côtes: lamé métallique plat enroulé en spirales sur le corps;
Hackle: plume souple de cou de perdrix enroulée en collerette éparse.
Mouche sèche à hackle de corps (style Henryville Special)
Corps: soie floche enroulée sur la hampe, couleur variable;
Hackle de corps: hackle grizzly enroulé en spirales sur la longueur du corps, fibres du dessus du corps taillées;
Sous-aile: section de plume de flanc de canard. branchu, attachée horizontalement sur le dessus du corps;
Ailes: sections mariées de plume d'aile de canard malard;
Hackle: rigide, enroulé en collerette, couleur brune.
Mouche sèche sans hackle (style Elk Caddis)
Corps: dubbing de fourrure de rat musqué;
Aile: pincée de poils de corps de chevreuil attachée horizontalement sur le corps et descendant latéralement de chaque côté.

Références

» Texte & Photos: Jacques Juneau (Août 1992).
» Magazine Sentier Chasse & Pêche.

Page 2 sur 20