La Pompier du Pompier par Pierre Saumur

     Lorsque le concepteur de la Pompier, Michel Beaudin, pompier pour la ville de Montréal, créa cette artificielle à saumon, il ne se doutait guère que celle-ci deviendrait une classique parmi les pêcheurs à saumon de la Gaspésie, comme le sont les Black Dose, Silver Rat, Green Butt, Green Highlander, etc. Une classique surtout pour ceux qui fréquentent les rivières verdâtres de la Gaspésie... Il faut dire aussi que lorsque Michel débuta sa carrière de saumonier en 1977, il ne se doutait pas qu'il en aurait pour le reste de ses jours à émigrer vers Gaspé pêcher la Dartmouth, la York et la St-Jean, ses rivières favorites. Il en est devenu tellement fanatique que, cette année, il pêchera Salar durant 60 jours.

La Pompier du Pompier
     Imaginez-vous! Pauvre conjointe... D'autres symptômes de sa maladie se sont manifestés: guide de pêche aux saumons, professeur de lancer, monteur de mouches, chasseur à l'arc et à la carabine, et, pour venir mêler les cartes, il joue de la clarinette, Vraiment, il a besoin de consulter…

ORIGINE DE LA POMPIER

     Chaque pécheur est inspiré soit par un ou des pêcheurs ou auteurs en particulier. Michel n'échappe pas à cette règle. Lui, c'est monsieur John Cuco qui l'inspire. C'est son idole. Il respecte aussi beaucoup monsieur Marc Pontbriand pour ses belles sèches à saumon et monsieur Marc Leblanc pour ses beaux streamers/bucktails à saumon, La Dartmouth, mouche créée par Cuco, est une bonne mouche à saumon: Michel en est bien conscient. Le corps de cette mouche devient foncé lorsqu'il est mouillé. Son aile est jaune et sa collerette olive. Donc, une journée de 1980, Michel s'installe à son étau et s'exécute. Tout en ayant les particularités de la Dartmouth en tête, il créa ce qui allait être la Pompier (nom donné par un autre excellent pêcheur de saumons, monsieur Paul Leblanc).

     Michel sait d'avance ce que seront ses couleurs, quelle parure elle aura! C'était voulu et non qu'un simple hasard. Donc, retournons dans le temps et remémorons-nous cette journée de 1980.

     Vous allez patauger dans les rivières à saumon de la Gaspésie alors prenez le temps d'insérer dans votre boîte à mouches quelques Pompiers de différentes grosseurs. C'est une artificielle facile à monter sinon vous pourrez aisément vous en procurer des exemplaires chez votre copain maniaque du montage ou encore dans les bonnes boutiques que vous trouverez, entre autres, dans les pages de votre revue favorite soit celle que vous tenez entre vos mains.

     Vous pouvez aussi avoir les bonnes mouches classiques à saumon qui ont déjà fait leurs preuves et aussi quelques M. B, Héron. Cette dernière, moins connue des saumoniers, est une autre arme de Michel Beaudin, une autre de ses créations. C'est en fait une évolution de fa Pompier. Une adaptation plus « stylée », plus provocante. Avec ses couleurs fluorescentes, sombres, et sa plume souple et langoureuse, cette artificielle fait déjà des malheurs me dit Michel.

     Cette mouche fait partie des artificielles il saumon de type « Spey ». Vous savez, ces mouches aux longues fibres de cet oiseau protégé qu'est le Héron. C'est juste le petit défaut que j'ai trouvé à cette mouche: la rareté de cette « maudite » plume, 

     N'allez pas supprimer un Héron pour la simple raison que vous désirez monter quelques M. B. Héron. Vous pouvez vous servir comme substitut des longues plumes de certains oiseaux comme le faisan à collier: les plumes en bas du dos, les plumes de selle en fait. Comme Michel a le coeur sur la main il m'a permis de vous décrire la parure de cette fameuse MB. Héron. Mais moi je ne veux pas. Pas tout de suite. Je vous invite à lire la recette de cette artificielle dans une prochaine parution de cette revue. Un petit « scoop » avant de terminer: les couleurs de sa M.B. Héron sont le vert fluorescent, le noir, le jaune et le rouge-orange. Saumur, tu es vraiment pas correct!!! (A suivre ...)

Parure

Origine de la pompier
Hameçon: Partridge no 8 double est sa favorite.
Fil de montage: Fil-Uni rouge, grosseur 8/0,
Ferret: Il se résume il quelques tours de tinsel ovale or. Cette couleur est excellente sur les rivières qu'il fréquente.
Queue: Il voulait avoir un impact jaune. Pas jaune comme le ferait cette simple « plumette » de crête de faisan doré mais un éclair jaune, un véritable « flash ». Il employa ce qui est aujourd'hui sa marque de commerce, une plume de selle jaune de faisan doré.
Corps: Il est foncé. Il se sert simplement de petite chenille noire.
Côtes: Cinq tours égaux de tinsel plat de couleur or.
Ailes: Elles sont jaunes. Il me dit qu'il les exagérait en grosseur parce qu'il peut la diminuer avec quelques coups de ciseaux sur le bord de la rivière. Elle est faîte soit d'ours polaire (de la face s.v.p.) lorsqu'il veut de la translucidité, ou bien de queue de chevreuil ou de veau lorsqu'il désire de l'opacité.
Collerette: Il emploie un hackle de poule de couleur Green Highlander. Les fibres s'extensionnent sur les 3/4 du corps.
Yeux/épaules: Oeil de Coq de Sonnerat (facultatifs). Il dit que le saumon s'en moque éperdument. Ca n'est pas ces deux petites taches qui font monter, mordre le Roi. Alors faites-en ce que vous voulez.
Tête: Elle est rouge... comme un camion de pompier.

Référence

» Texte & Photos Pierre Saumur
» Pêche à la mouche Québec, Juillet 1993.

Page 5 sur 12