A Propos des Nymphes par Gilles Aubert

     Avant de devenir adultes et de prendre leur envol, la plupart des insectes aquatiques vivent sous l'eau pendant une année. Proies assez faciles à attraper à ce stade de leur vie, ils font donc partie de la diète quotidienne des poissons. Ainsi, pour devenir un habile pêcheur de salmonidés, il est important d'utiliser des imitations de ces «bibittes» appelées nymphes et présentes surtout au fond du plan d'eau, mais aussi en surface dans le film de l'eau, lors de leur transformation à l'état adulte. Elles occuperont rarement la colonne d'eau entre le fond et la surface, à moins qu'elles soient en ascension vers la surface au moment de l'émergence ou emportées par la crue des eaux.

A Propos des Nymphes
     Pour obtenir du succès à la pêche avec une nymphe, il faut certes maîtriser les techniques de pêche appropriées, mais il est aussi d'une importance capitale d'attacher à son bas de ligne l'artificielle qui imite bien l'allure de l'insecte immature présent au fond ou en surface. La nymphe étant un insecte immature bien vivant, il est important de suggérer, selon les types de nymphes, les branchies filamenteuses, les pattes, les élytres ou les ailes semi-formées. On comprend donc l'importance d'utiliser les matériaux de montage adéquats.

     Si vous souhaitez que l'artificielle dérive près du fond, servez-vous d'un hameçon lourd et n'hésitez pas à la lester. Il est beaucoup plus important d'employer des imitations de nymphes de poids différents que d'utiliser plusieurs modèles. Ainsi, tout dépendant de la hauteur de la colonne d'eau à traverser pour atteindre le fond et de la vitesse du courant, servez-vous d'une artificielle au lestage approprié. Certes, on peut toujours ajouter une ou deux petites billes de plomb au bas de ligne, mais, à mon avis, les artificielles lestées avec du cuivre ou du plomb sont à privilégier. Et pour les différencier en fonction du lestage, utilisez du fil de montage de différentes couleurs.

     Pour pêcher dans la pellicule ou à la surface, utilisez un hameçon d'un fin diamètre sans «enroulage» de plomb ou de cuivre comme pour la mouche sèche. Afin que la mouche pénètre légèrement dans le film de l'eau, confectionnez-la avec de la fourrure qui absorbe l'eau, comme celle du lapin. Et finalement, pour qu'elle demeure dans la pellicule sans descendre dans la colonne d'eau, attachez, sous la hampe de l'hameçon, un morceau de cure-dents correspondant à la taille désirée avant d'enrouler la fourrure ou le dubbing pour former le corps.

Références

» Texte & Photo: Gilles Aubert (Avril 1996).
» Magazine Aventure Chasse & Pêche.

PrécédentPage 1 sur 15