L'Amendement de la Soie

     En rivière, lorsque vous présentez la mouche en travers du courant, les différentes lignes de courant vous séparant de l'artificielle entraîneront souvent la soie trop rapidement vers l'aval. Celle-ci formera alors une courbe qui emportera la mouche dans sa course accélérée. Ainsi, si vous péchez avec une mouche sèche, celle-ci ne dérivera plus librement au gré du courant, alors que, généralement, une mouche sèche doit flotter sur l'eau sans aucune influence de la soie.

     Même si vous utilisez une nymphe, une mouche noyée ou un streamer, vous ferez face au phénomène de dérive accélérée et non naturelle. Il est cependant possible de pallier cet effet néfaste en amendant la soie, soit dans les airs (vers la fin du lancer avant) soit après que celle-ci ait été déposée à la surface de l'eau. Ce ne sont pas les seules techniques appropriées, mais elles sont efficaces et faciles d'application.

Amendement sur l'eau

L'amendement de la soie
     Amender la soie signifie déplacer une portion de la soie contre le courant. Alors que la soie a été déposée à la surface et qu'il commence à s'y former une courbe vers l'aval, relevez prestement la canne et, dans un mouvement semi-circulaire contre la direction du courant, déplacez-la en gardant l'avant-bras ou le bras allongé. Une portion de la soie sera alors relevée de l'eau et déportée vers l'amont. On peut répéter cette manoeuvre autant de fois que l'on désire durant la dérive de la mouche. Plusieurs moucheurs s'interrogent sur l'amplitude et la vitesse d'exécution de ce mouvement. Tout dépend de la vitesse du ou des lignes de courant entre le scion de la canne et la mouche déposée, de la portion de soie à déplacer, de la vitesse que l'on veut donner à l'artificielle, etc.

     Par contre, à la pêche avec une mouche noyée ou un streamer, si la ligne de courant près du pêcheur est plus lente que celle où la mouche dérive, il peut s'avérer profitable d'amender la soie vers l'aval (dans la direction du courant) pour augmenter la vitesse de dérive de la mouche.

AMENDEMENT AÉRIEN

     Si vous prévoyez que dès leur arrivée sur l'eau la soie et la mouche seront entraînées immédiatement par le courant au débit plus rapide situé près de vous, vous pouvez alors procéder à un amendement dans les airs, appelé aussi lancer déporté dans la communauté des pêcheurs à la mouche. À la fin du mouvement de projection avant du lancer, et avant que la soie ne se dépose sur l'eau, portez rapidement le bras et la canne vers l'amont.

     Retenez que tout comme pour l'amendement sur l'eau, il est possible de déporter presque toute la soie ou seulement une portion de celle-ci. Pour amender une portion de la soie près du bas de ligne, procédez lorsque la soie et le bas de ligne sont bien étendus lors de la projection avant du lancer. Plus vous attendez que la soie et le bas de ligne soient près de la surface de l'eau lors du lancer avant, plus l'amendement de la soie ne pourra se faire que près du scion de la canne. C'est à l'usage qu'on découvre le bon timing.

Des suggestions

     Afin de maîtriser plus facilement la technique de l'amendement, je vous suggère d'exécuter de courts lancers à vos débuts. Vous n'aurez alors qu'à amender de petites sections de votre soie et, avec l'expérience, vous deviendrez plus habile avec des lancers plus longs.

     Quoiqu'il soit possible de procéder à des amendements avec une soie à fuseau décentré vers l'avant (WF), cette technique est davantage facilitée avec une soie à double fuseau (DT). Apprenez qu'avec une soie flottante à bout calant, il est aussi possible d'amender la partie qui flotte à la surface. Rappelez-vous qu'il serait avantageux que votre soie soit propre, car il est beaucoup plus facile d'amender une soie qui flotte plus haut à la surface de l'eau.

     Est-il préférable d'avoir une canne courte ou longue? Certes c'est une question de goût, mais à mon avis il est plus facile de procéder à des amendements avec une longue canne. Pour obtenir du succès lors d'amendements aériens, il est important que la soie voyage rapidement dans les airs.

Références

» Texte & Photo: Gilles Aubert (Février 2000).
» Magazine Sentier Chasse & Pêche.
Page 5 sur 13