Le Lancer

     Je vois souvent des pêcheurs lancer toujours de la même façon, peu importe les circonstances. Un simple ajustement rendrait pourtant leur présentation beaucoup plus efficace. Les pêcheurs sont excités à l'idée de découvrir une nouvelle mouche mais quand vient le moment de l'essayer, ils oublient de varier leur lancer.
 
     Or, il Y a des avantages à mettre autant de variétés dans sa façon de lancer que dans sa boîte à mouches. Augmenter son niveau d'habileté permet surtout d'aller taquiner les grosses truites qui ont pu grossir en sécurité dans leurs abris inaccessibles pour le pêcheur moyen qui lui doit se contenter des endroits faciles et achalandés.

Nouvelle façon de voir les lancers.

Le lancer par Jean-Pierre Martin
     Il n'y a pas de lancers de niveau débutant ou avancé; ce dernier associé de façon réductrice à la double traction. Il y a une façon débutante et une façon experte de faire des lancers.
 
     Le débutant peut se préparer à des lancers plus complexes en y intégrant des variations simples. En procédant ainsi, il accélère son apprentissage et s'adapte rapidement à diffé rentes situations. Quant au pêcheur déjà initié, perfectionner son geste de base est le meilleur exercice pour continuer à progresser.
 
Pourquoi faire des variations?
 
     Pour progresser il faut pratiquer. Mais encore faut-il savoir comment. Répéter toujours le même mouvement de façon mécanique ne fait que renforcer ce que vous faites déjà. Pour persévérer, la pratique doit être intéressante et amusante, au contraire d'une corvée. Lorsque l'on pense à «corriger ses défauts», on arrive avec une attitude défaitiste. On le fait pour la forme, mais au fond de soi on doute déjà des résultats. Mettre l'accent sur «essayer de nouvelles choses» et s'habituer à sentir ce qui se passe est plus excitant que d'essayer de corriger des erreurs. Il est préférable de commencer par ce que l'on fait déjà avec succès.
 
     À partir de là, il faut faire des variations simples. C'est comme cela qu'on développe une maîtrise de son équipement. L'habileté augmente et les erreurs s'atténuent naturellement.

Jouer à changer la force et l'angle du lancer

Le lancer par Jean-Pierre Martin
     Lorsque vous pêchez, travaillez-vous trop fort? Un bon conseil serait celui-ci: Travaillez moins fort. C'est toujours un plaisir de voir la surprise des gens qui ont mis la moitié moins d'effort dans leur lancer et qui réalisent que ça fonctionne tout aussi bien. Cette première variation va nous sortir en douceur de la routine parce qu'elle est facile à faire et pratique pour apprendre à contrôler la force du lancer.
 
     Lorsque vous avez trouvé la bonne intensité, faites quelques lancers dans tous les angles intermédiaires, de la verticale à l'horizontale. Séparez chaque lancer avec une pause et prenez votre temps. Les habitudes prennent le dessus lorsqu'on procède trop rapidement.
 
     Le lancer à l'horizontale est plus difficile à contrôler mais c'est un exercice profitable. Il est très utile pour lancer sous un obstacle ou lorsqu'on est confronté à un fort vent de face. Apprendre à doser la force du lancer dans cette position développe le timing et en plus, c'est la manière la plus simple d'apprendre à faire des lancers courbes. Si vous n'avez pas assez de puissance, la soie ne se déroulera pas complètement et fera une courbe vers la droite. Trop de puissance, elle va rebondir et faire une courbe vers la gauche, avec la force nécessaire, elle va être bien droite.
 
     Maintenant, passons de l'autre côté. Avec le bras vis-à-vis l'épaule opposée, lancer à différents angles et varier la force. Ce lancer est indispensable et ne présente aucune difficulté majeure. Si vous n'êtes pas à l'aise avec ce mouvement, relâchez un peu les épaules et faites une petite rotation du corps. Cette technique est utile pour garder la mouche loin de soi lorsque le vent vient de la droite (pour un droitier).
 
     Nous venons d'ajouter la souplesse à notre façon de pêcher. Allons voir la suite. Le plaisir commence. Nous allons faire des combinaisons avec ce que nous avons vu en y incluant une donnée nouvelle: le drift.

Le drift

     Je n'ai pas trouvé de terme français. Il s'agit du mouvement de la canne après l'arrêt. Pendant que la soie se déploie derrière, on utilise le temps de pause pour replacer la canne dans une autre position avant de faire le lancer avant. Ce mouvement est indispensable à tout pêcheur qui désire élever son niveau d'habileté et gagner de la distance dans son lancer.
 
     Une première application de ce mouvement permet de changer de direction sans faire de faux-lancers. Par exemple, la soie est à votre droite et vous voulez lancer à votre gauche.
     - Lancer en arrière du côté droit.
     - Pendant l'arrêt, replacer la main (et la canne) vis-à-vis l'épaule opposée en faisant une rotation du corps vers la gauche pour faire face à la cible.
     - Faites le lancer avant.
 
     Lorsque vous faites le lancer arrière, lancez votre mouche pour qu'elle se retrouve déjà en ligne droite avec la trajectoire du lancer avant. La mouche passe d'un côté de vous pour aller vers l'arrière et de l'autre côté pour aller vers l'avant. C'est une façon rapide et sécuritaire de changer la direction du lancer.

Mouvement de drift vers l'arrière

Le lancer par Jean-Pierre Martin
     Certains pêcheurs semblent vivre dans un autre espace-temps. Ils sont posés, ils n'ont pas l'air de forcer et pourtant leur lancer surprend par son efficacité. Le secret? Le drift. Ce mouvement est beaucoup plus qu'un truc de lancer. C'est la clé pour accéder aux niveaux supérieurs dans l'art du lancer.
     - On projette la soie vers l'arrière et on fait un arrêt net.
     - Pendant la pause, on allonge doucement le bras vers l'arrière en suivant la soie pendant quelle s'étend.
     - Puis on fait le lancer avant.
 
     Ce mouvement vers l'arrière donne une plus grande distance pour revenir vers l'avant et facilite une accélération douce et plus puissante. Le lancer devient fluide. Si votre main se décontracte après l'arrêt, vous sentez la tension de la soie et cela donne un contrôle très précis à votre lancer. Chez les lanceurs de haut niveau, l'arrêt et le drift semblent se fondre dans un seul mouvement mais il y en a deux. Même s'il ne dure qu'une fraction de seconde, l'arrêt de la canne reste la partie la plus importante du lancer.
 
     Pour apprendre ce mouvement, il faut faire le geste sans canne, au ralenti, jusqu'à ce que cela soit clair. Ensuite, on le refait lentement avec la canne et en augmentant progressivement la vitesse. En dernier lieu, on ajoute la soie. Il est important que le bout de la canne se déplace sur la même trajectoire que la soie.
 
     Un autre avantage du drift est de corriger un problème majeur qui nuit à beaucoup de pêcheurs. Si pendant le temps d'arrêt, plutôt que de rester immobile ou de faire un mouvement vers l'arrière, votre main revient vers l'avant trop tôt, avant que la soie soit presque droite en arrière, vous diminuez la distance pour faire le mouvement vers l'avant. Comme la distance a raccourci vers l'avant, en plus de vous faire perdre beaucoup de puissance, vous précipitez votre geste. Le résultat est une accélération brutale, une boucle croisée ou tailing loop et le risque d'un nœud dans le bas de ligne. Le lanceur moyen va vers l'avant trop tôt et précipite son geste, l'expert prend son temps et va vers l'arrière. Pendant le temps d'arrêt, vous pouvez déplacer votre main dans toutes les directions SAUF VERS L'AVANT. Seuls quelques maîtres du lancer peuvent se permettre de passer outre cette consigne et encore dans une situation bien précise. Cela demande un oeil averti pour déceler ce problème et l'aide d'une caméra vidéo est presque indispensable pour vous faire prendre conscience de ce que vous faites. Utiliser le drift vers l'arrière permet justement de corriger ce problème. Pour modifier l'habitude qui est prise il peut être utile de dire tout haut «stop-arrière» pendant que vous faites le geste.

Lancer ovale

Le lancer par Jean-Pierre Martin
     J'aime tellement ce lancer que pendant un temps, je n'utilisais que celui-là. C'est un lancer facile à exécuter et qui comporte de nombreuses applications.
 
     Mode d'emploi:
     - Placez la canne sur le côté à un angle de 45°.
     - Faites un lancer arrière bien ordinaire. Pendant le temps d'arrêt, replacez la canne près de la verticale.
     - Faites le lancer avant.
 
     Vous voulez rajouter une petite touche de finition?
     - Lorsque vous faites le lancer arrière, lors de l'accélération finale avec le poignet, vous faites un mouvement courbe vers le haut. Ceci rend le lancer plus fluide et agréable.
 
     Lorsque la soie change de direction pour aller vers l'avant, elle monte plutôt que de descendre. C'est une façon simple et efficace d'éviter de briser sa mouche sur les roches derrière soi. Vous pouvez vous habituer à lancer derrière avec la canne inclinée à différents angles (comme dans l'exercice précédent) mais aussi à lancer derrière avec différentes trajectoires. Avec la canne inclinée sur le côté, lancer derrière à l'horizontale, puis de plus en plus haut, tout en continuant durant la pause, replacer la canne à la verticale pour faire le lancer avant normalement.
 
     De variations en variations, nous sommes en train d'exécuter un steeple cast qui est une version amplifiée du lancer ovale. Ces lancers possèdent une caractéristique importante: vous pouvez lancer très haut derrière et très haut en avant sans faire de boucle croisée (tailing loop) ce qui est impossible à faire avec le lancer ordinaire. C'est une alternative au lancer roulé lorsqu'il y a des obstacles derrière. Vous pouvez vous amuser à intégrer d'autres variations au lancer ovale, par exemple:
- Faire une grande boucle en arrière et une boucle serrée et énergique vers l'avant.
- Agrandir la boucle derrière et ralentir le mouvement.
 
     Vous serez surpris de constater que le fait de ralentir votre mouvement tout en gardant le contrôle et la tension sur la soie, vous donne une plus grande amplitude. Non seulement c'est la technique parfaite pour lancer facilement de grosses mouches plombées, mais en plus, les gens vous prendront pour Brad Pitt dans le film «La rivière du sixième jour».
 
     Si vous avez bien pratiqué ces exercices, vous n'avez pas à réfléchir à la technique sur la rivière mais simplement à prendre plaisir à la pêche.
 
     Nous n'avons vu que deux ou trois variantes de lancer, mais avec toutes les combinaisons possibles, cela vous donne de quoi pratiquer d'ici à ce que nous nous retrouvions sur la rivière.
 
     Autant le débutant que l'expert ressent le plaisir d'avoir exécuté à la perfection un très beau lancer, précis, puissant et sans effort. C'est une des joies de la pêche à la mouche.

Un peu d'histoire

     Ce lancer est aussi appelé Belgian cast. Il existe une polémique sur celui qui a développé ce lancer mais ce qui est certain, c'est qu'il a été popularisé par John Goddard autour de 1930. Lee Wulff a développé des variantes très intéressantes de ce lancer.

Références

» Texte Jean-Pierre Martin (2005).
» Magazine Pêche à la Mouche.
Page 2 sur 10