Sommaire
  1. Anecdotes, Gaspé 1989... Un « Grilse » à Partager
  2. A quel Moment les Saumons sont-ils les plus Mordeurs ?
  3. Bataille avec un Saumon avant le Coucher et Combat de Taureaux au Lever
  4. Belle Journée sur la Rivière aux Rochers
  5. Chant dans l’Azur
  6. Cherchez l’Ombre
  7. Choisir la Bonne Sèche
  8. De l’Action sur la Ouelle
  9. Dommage, sa Ténacité l’A Perdu !
  10. Faits Vécus ; Folle Équipée
  11. Homo Sapiens Vs Salmo Salar
  12. Je Pêche, donc Je Suis !
  13. Jour de Première
  14. La Dartmouth: Une rivière Méconnue
  15. La Force du Nombre
  16. Grande ou Petite Mouche?; Grande ou Petite Rivière?
  17. La Matapédia... Ma Rivière Préférée !
  18. La Matapédia... Ma Rivière Préférée ! (suite)
  19. La Matapédia - Plus jamais!
  20. La Moisie Accessible
  21. La Noce Argentée
  22. La George à la Mouche, un Défi de Taille
  23. La Pause-Santé du Docteur SALMO FLY...
  24. La Pêche du Saumon au Printemps au Québec
  25. La Pêche Miraculeuse
  26. La Rivière Trinité, d'Hier à Aujourd'hui
  27. La « Saumonite » Frappe Encore
  28. La Symphonie… Achevé
  29. La Soie, La Marguerite et les Deux Poids Lourds
  30. Le Baiser d’Adieu
  31. Le Dernier de la «Le Four»
  32. Le Premier Saumon de Marina Orsini
  33. Mais t'es un Millionnaire toé...
  34. Mon Premier Saumon au Québec
  35. Mon Premier Saumon sur la Ste-Marguerite
  36. Notes de Voyage au Cours d'une Pêche au Saumon
  37. On ne dira Jamais Assez ce qu'est ce Sport... Un Absolu!
  38. On n’est pas Sérieux, Quand on est Saumonier ?
  39. Pas Croyable mais Vrai !
  40. Pêche à Gué Vs Pêche en Canot
  41. Pêche sur la Grande
  42. Quand le Saumon Mord-il ? (1)
  43. Quand le Saumon Mord-il ? (2)
  44. Quand le Saumon Mord-il ? (3)
  45. Quant l'Illusion Prend la Mouche…
  46. Que peut-il se passer en Gaspésie en 11 jours ?
  47. Saumons sur Petites Mouches et Petits Avançons
  48. Souvenir de Pêche... La Sorcier de la Rivière
  49. S.V.P. Monsieur...
  50. Un Avant-Midi Palpitant
  51. Un Débutant sur la Rivière Matane
  52. Un Géant de la Matapedia
  53. Un Pêcheur Discret est un Pêcheur Chanceux !
  54. Une Combinaison Rare
  55. Une Descente sur la « Patapedia »
  56. Une Fin de Semaine Fructueuse
  57. Une Histoire de Pêche (Vraie) !
  58. Une Journée sans Saumon
  59. Une Partie de Pêche Pénible
  60. Une Triple Félicité

Le Premier Saumon de Marina Orsini

La Pourvoirie du Cerf-Sau à Anticosti; l’Excellence de l’Accueil

     Petit déjeuner, il est sept heures! Autour de la table à la pourvoirie du Cerf-Sau à Anticosti, des amis souriants à la pensée d'une première expérience de pêche au saumon, d'une première visite à Anticosti ou, dans mon cas, à la joie des retrouvailles avec une équipe qui sait si bien faire avec tous ses saumoniers, sans égard à leur expérience.

Marina Orsini dont les yeux dissimulent mal la joie de la première prise en compagnie de François O'Neil (guide, cuistot et sommelier) et de son ami Robert Patenaude.
     Le premier moment de plaisir qui m'incombe : à quel guide vais-je confier Marina Orsini pour l'apprentissage de la pêche au saumon ? Je dis « plaisir » pour François O'Neil mais quelle déception pour Raymond Parent qui devra patienter quelques jours avant de pouvoir enseigner tout son art à la saumonière en devenir. Robert, le compagnon de Marina, m'accompagnera; Christian suivra Jacqueline; Alain et Louise feront la grande expédition avec Raymond sur la Ferré, une petite rivière voisine. Les autres iront tenter de déjouer Salmo salar sur la Chaloupe.

     Un avant-midi d'exploration où nous pouvons voir des saumons en quantité appréciable, de magnifiques truites de mer, mais aussi le renard, le chevreuil, le pygargue à tête blanche (emblème des États-Unis), le balbuzard, les volées de becs-croisés rouges et les autres animaux que cette île préserve en quantité.

     Anticosti, c'est plus que la pêche, c'est un safari dans la grande nature au milieu d'une faune présente comme nulle part ailleurs au Québec. Nous nous rejoignons au chalet sur le bord de la mer pour dîner. Tous ont pris de belles truites de mer. Plusieurs serviront de repas, accompagnées de patates rissollées au beurre. Le maître-guide, François O'Neil qui se métamorphose en maître queux à midi, comme d'autres en citrouilles à minuit, prépare pour nous du filet de truite au vin blanc. Chaque jour aura sa nouvelle recette.

     C'est alors que François nous apprend que Marina ne l'a pas laissé pêcher, qu'elle exige, en grande professionnelle de l'apprentissage qu'elle est, qu'on lui enseigne….. mais pas question de pêcher à sa place ! Ce qui n'est pas toujours le cas de pêcheurs même expérimentés qui sont accompagnés d'un guide.

     La pêche de l'après-midi débute à 15h30. Robert et moi découvrons sur la rivière un trou à truite de mer incomparable à nos yeux. A tour de rôle, nous présentons des petites sèches que plusieurs truites de belle taille saisissent avec avidité en éclaboussant l'eau dans leur précipitation. Quelques heures plus tard, Marina et François, le guide-cuistot, nous rejoignent.

L'équipe du Cerf-Sau
L'équipe du Cerf-Sau et la « gang » de pêcheurs à Anticosti.
     Robert montre à Marina les truites que nous venons de prendre. Mais vous auriez dû voir l'expression du visage de la nouvelle pêcheuse - et je me rappelle encore de l'éclat de ses yeux qui exprimaient alors une joie si peu dissimulée - lorsqu'elle dit en prenant Robert par le cou : « J'en ai pris un mon amour ! »
       
     Hé oui! Notre débutante avait appris l'art de présenter une mouche pour déjouer le roi de la rivière en moins d'une journée! Son grand talent de comédienne, qui sait se concentrer pour apprendre ses textes et ses rôles, l'a bien servie! Je dis cela pour excuser mon propre apprentissage, qui a pris sûrement plus d'une journée, mais cela fait déjà près de vingt ans!

     Ce succès de pêche est d'autant plus remarquable que la mouche utilisée était une numéro 14 noyée à double ardillon, dont l'un était cassé; l'avançon avait une résistance de six livres. L'eau était basse en ce 2 août. Il a fallu qu'elle soit patiente. Le saumon pesait cinq livres. Plus de quinze minutes ont été nécessaires pour que Marina sauve son premier saumon.

     Ce voyage a été une réussite pour tous. Raymond Parent, guide de grand talent, a pu enfin accompagner Marina et son compagnon, Robert.

Jacqueline Lecomte et Christian Gagné
Jacqueline Lecomte et Christian Gagné, pêcheurs émérites de truites.
    Louise Nadeau a pu sauver son premier saumon et a failli être dévorée, en péchant en mer, par un énorme loup-marin qu'elle avait calé... C'est du moins ce que nous avons cru étant donné la vitesse avec laquelle elle a franchi les cinquante mètres qui la séparait de la terre ferme!

Christian, Robert et Louise Nadeau.
Petit ou grand saumon, ce fut une grande journée pour Christian, Robert et Louise Nadeau.
     Christian Gagné a, quant à lui, ferré son premier saumon sur une petite mouche Situer Rat numéro 10 qui lui permit de remporter le « pot » un soir. De plus, il a échangé avec probablement le seul maître-guide-cuistot et sommelier à l'est du Rio Grande, sur la qualité des veloutés du Bordelais... de quelle année déjà ?

     Robert Patenaude, le compagnon de Marina, est revenu avec un beau saumon de neuf livres, pris à la mouche avec une paire de bottes ensorceleuses (jaunes) qui fait projeter le poisson, on pourrait dire « carrément sur la berge ». Il vous racontera lui-même, c'est trop compliqué ! Ce médecin au grand cœur a, d'autre part, remboîté l'épaule désarticulée d'un travailleur de la pourvoirie voisine avant de reprendre l'avion. Cela aussi mérite d'être souligné; qui l'aurait fait, même médecin?

     Jacqueline Lecomte a remporté le grand prix du pêcheur de truite et du pêcheur de saumon de ce séjour. Cette grande saumonière, membre du conseil d'administration de la FQSA, a été remarquée pour son talent et son entêtement à ne pas suivre toujours les conseils des guides ce qui, cette fois, lui a réussi !

Marina ne s'est pas limitée aux prises dans la rivière
Marina ne s'est pas limitée aux prises dans la rivière. Chevreuils, renards et aigles ont fait partie des prises de vue de celle-ci.
     Alain Soucy a pu chanter quand on le lui a permis et raconter quelques histoires de son cru, parfois « crues ». Son acharnement de pêcheur ne lui a pas permis de convaincre le roi, mais Salvelinus fontinalis a succombé plus que souvent à ses charmes.

     Ce furent quatre jours de grand plaisir. Merci à l'équipe du Cerf-Sau : Michel Arsenault (le frère de Dial), François O'Neil, Raymond Parent, Denise Forbes, cuisinière tant appréciée et Guy Lefebvre, le grand patron.

référence

» Texte et photos Bernard Beaudin
» Salmo Salar #37, Hiver, Décembre 1994.
Page 32 sur 60