L’Achigan à la Mouche en Rivière

     C'est le début d'une merveilleuse aventure, à la recherche d'un poisson à la fois rusé et combatif. Pour le pêcheur à la mouche, partir à la poursuite de l'achigan dans une rivière aux eaux rapides, permet un exercice bienfaisant pour le corps et apporte une tranquillité d'esprit, loin des tâches quotidiennes.

L’Achigan à la Mouche en Rivière
     Le pêcheur à la mouche doit avoir en mémoire, les détails de la section de rivière qu'il fréquente. Il doit reconnaître les roches à demi-submergées où les bassins étroits dans lesquels peut se blottir l'achigan. Il faut savoir où est situé le chenal. Il doit reconnaître les profondeurs d'eau avant même d'y être rendu, car si vous ne voyez pas l'achigan dans sa fosse, il se peut que lui vous voit. Si lors d'un précédent voyage, vous avez attrapé un achigan près d'une telle roche dans cette même fosse, il s'en trouve probablement un autre maintenant. Donc, prudence et vigilance!

     Ce poisson sportif se tient quelque peu en retrait derrière une roche, et sa préférence va aux roches situées dans le courant. Derrière les roches de plus grandes dimensions, il existe presque toujours des fosses un peu plus profondes et aux parois coupées à angles droits. L'achigan se blottit sur les côtés de ces parois rocheuses. Recherchez ces lieux de prédilection, où quelquefois 5 ou 6 achigans se blottissent l'un derrière l'autre.

     Ces fosses se situent la plupart du temps en bordure du chenal de la rivière, là où le courant rapide en période de crue des eaux, forme chutes et cascades qui transforment le lit du cours d'eau.

MOMENTS PRIVILÉGIÉS

     La pêche de l'achigan en rivière offre un grand intérêt, lors de la période la plus chaude de la journée. L'achigan durant cette période quitte les fosses profondes et se dirige sur les hauts-fonds à la recherche de petits poissons. Souvent, on le capture même à quelques pieds de la rive, dans un ou deux pieds d'eau. Il s'attaque avec rage à la mouche qui vient lui passer sur le bout du nez. De midi à 5 heures sont pour moi les heures les plus productives, surtout lors d'une journée ensoleillée, où l'achigan voit très bien l'artificielle et peut l'attaquer rapidement.

     En fin d'après-midi, l'achigan regagne ses fosses profondes et y attend l'arrivée des éphémères ou les éclosions de phryganes (caddis) dont il se nourrit abondamment. En soirée, la réponse de l'achigan tarde à venir, et c'est souvent le doré qui partage sa fosse qui va prendre la mouche le premier. Aussi vaut-il mieux pour le pêcheur d'achigan au streamer, de concentrer ses efforts en après-midi et de se rabattre sur le doré en soirée.

     Quand la température est maussade et pluvieuse, on retrouve les achigans dans les fosses situées dans ou près du chenal, probablement surveillent-ils le surplus de nourriture que va leur apporter la prochaine crue des eaux. Juste avant une pluie, ce poisson déborde d'énergie et s'attaque avec frénésie à l'artificielle. En période de crue, l'eau étant très sale, il faut passer plusieurs fois le streamer devant l'achigan, car il réagit lentement dans ces conditions.

Quelques conseils

     Pour la pêche à l'achigan en rivière, je préconise les streamers et les bucktails, l'emploi d'une corde calante et des techniques propres à créer l'illusion de vie à nos artificielles. Le choix de la mouche est des plus important, c'est la différence entre un poisson qui boude l'artificielle déficiente ou attaque avec rage l'artificielle convoitée. Une corde calante est essentielle, qu'elle soit de plongée lente ou rapide, ou seulement à bout calant. Néanmoins, je préfère une corde calante sur toute sa longueur car elle permet de faire nager la mouche d'une façon naturelle et propre à imiter le déplacement d'un vairon.

     L'avançon de neuf pieds me semble l'idéal, bien qu'à la pêche en rivière, l'achigan se soucie peu de la présence de la corde à moucher et on peut couper plusieurs fois cet avançon avant de le changer. La résistance de l'avançon va au raffinement du pêcheur à la mouche, soit que la difficulté le grise ou que la logique le rend pratique... À la pêche au streamer, il est bien important de couvrir le fond de la rivière et comme les chances y sont nombreuses d'y accrocher un obstacle, un avançon avec un bout de faible résistance, occasionne souvent la perte de l'artificielle. Je recommande donc un avançon avec à son bout 4 à 5 livres de résistance.

     La façon la plus simple et la plus sûre pour moi de capturer l'achigan en rivière est de lancer ma mouche une quinzaine de pieds en aval de l'endroit où je crois que se cache le poisson convoité. Tout en prenant bien soin de se placer de façon à ce que notre mouche et notre corde soient bien en ligne parallèle avec le courant, de manière à imiter-un petit poisson essayant de le remonter ou de s'y tenir. Il est important lors de la rentrée de la soie et de la mouche que tout l'ensemble soit bien tendu dans le courant. Ainsi la pression exercée sur les côtés de la mouche la maintient en équilibre et crée un mouvement de vie, en faisant vibrer les éléments qui composent l'artificielle. Un manque de contrôle sur la soie rend difficile le trajet en direction du nez de l'achigan. Après ce lancer, laissez descendre la mouche au fond, et commencez la rentrée, en ramenant la soie une dizaine de pouces à la fois, et celà dans un rythme assez lent.

     Il est bien important que la mouche touche le fond, car c'est l'instant où la mouche quitte le fond et commence son ascension vers la surface, que l'achigan choisit pour l'attraper. Prenez donc le temps nécessaire pour que l'artificielle se rende au fond. Mieux vaut s'accrocher quelques fois pour prendre de l'expérience, que de s'impatienter et ne rien prendre. Si votre mouche est bien au fond lors de la rentrée, elle va parcourir une dizaine de pieds et va commencer sa montée près de l'achigan qui est un peu en amont. L'achigan qui se blottit au fond près d'un obstacle, pour se camoufler, va voir arriver votre imitation juste au-dessus de son nez et va l'attaquer dès qu'elle l'aura dépassé. Aussitôt qu'il a capturé la mouche dans un mouvement d'ascension, il vire vers le fond pour regagner son refuge. C'est à ce moment qu'il courbe violemment la canne et vous incite à le ferrer.

     La piqûre de l'hameçon le rend furieux et il bondit aussitôt dans les airs pour ainsi diminuer la tension sur la corde et tenter de se libérer de l'hameçon meurtrier. Alors commence.

Mickey Finn à tête rouge

La Mickey Finn à tête rouge. Idéale en plein soleil. La tête noire originale avec quelques autres modifications.

Hameçon: N° 4 Mustad 79580, 4 X Long.
Fil de montage: rouge.
Corps: Tinsel métallique embossé, de couleur argent, (si possible du Vernie N° 14). Quelques-un ajoutent une spirale de tinsel oval, de couleur argent.
Ailes: poils de queue de chevreuil teints jaune et poils teints rouge. Se servir des poils les plus fins, situés au bout de la queue de chevreuil et évitez les poils creux de la base de la queue qui cherchent à s'évaser. La longueur de l'aile est 1 fois la longueur de la tige de l'hameçon.
Tête: fil rouge avec un oeil blanc au centre noir.

Muddler Mauricienne

La Muddler Mauricienne a été conçue dans le but d'imiter une petite perchaude.

Hameçon: N° 2 Mustad 79580, 4 X Long.
Fil de montage: jaune.
Queue: plusieurs fibres de hackle de selle teint jaune-or.
Corps: construire un corps bien dodu de Phentex de couleur or, ajouter une spirale de tinsel métallique embossé de couleur or (si possible du Vernie N° 14).
Gorge: plusieurs fibres de hackle de selle teint jaune-or.
Aile: 2 hackles de selle teints jaune-or à l'intérieur et 2 hackles de selle teints vert à l'extérieur; choisir des hackles ayant une courbure et orienter cette courbure vers l'extérieur; la longueur de l'aile est 1 fois la longueur de la tige de l'hameçon.
Collerette et tête: poils de corps de chevreuil teints jaune-or, noir et vert, taillés en forme triangulaire et plate.

Bécancour

La Bécancour. Une artificielle jaune et orange, de style Thunder Creek, qui nous permet de capturer l'achigan en période de crue, alors que l'eau est haute et très sale.

Hameçon: N° 4 Mustad 79580, 4 X Long.
Fil de montage: rouge fluorescent.
Corps: tinsel oval de couleur argent.
Ventre: poils de queue de chevreuil teints jaune.
Ligne latérale: poils de queue de chevreuil rouge.
Dos: poils de queue de chevreuil teints orange.
Tête: recouverte d'époxy servant à vernir les cannes à mouche, avec un oeil peint en blanc au centre noir.

Matuka Or

La Matuka Or. Bill Dousett, un membre de notre société, fit des expériences avec plusieurs couleurs de Matuka, et le Matuka or fut vraiment le seul à plaire à l'achigan.

Hameçon: N° 4 Mustad 79580, 4 X Long.
Corps: Phentex de couleur or avec une spirale de tinsel métallique plat de couleur or (si possible du Vernie N° 14).
Aile: 4 hackles de selle «badqer», attachés style Matuka.
Collerette et gorge: poils de queue d'écureuil roux.
Nageoires: plumes de perdrix (facultatif) .
Branchies: laine rouge, ou chenille rouge fluorescente.
Tête: poils de corps de chevreuil teints or et noir, la tête est taillée comme une Muddler.
Fil de montage: noir.

Références

» Texte & Photos: Jacques Juneau (Juin 1982).
» Magazine Sentier Chasse & Pêche.
Page 6 sur 18