Portrait de Paul-Étienne Poirier par Claude H. Bernard

     Précurseur de la démocratisation de la pêche sportive du saumon sur la rivière Bonaventure et premier président de l'Association des pêcheurs sportifs de la Bonaventure (APSB).
Portrait de Paul-Étienne Poirier par; Claude H. Bernard
    En 1978 et 1979, lors de mes sorties sur la rivière Matapedia et la rivière Cascapedia, j'entendais parler en bien de la Rivière Bonaventure. Le problème, à cette époque, était la non-accessibilité de cette rivière pour la population en général. Toutefois, en 1979, quelques « disponibles » ... mais seulement à ceux qui le « savaient » ! Ce qui n'était pas mon cas ! Pas besoin de dire que mes plans de pêche au saumons de 1980 comprenaient la rivière Bonaventure !

     Le 25 juillet 1980, en arrivant à Bonaventure, j'ai tourné à gauche aux feux de circulation à côté de l'église cerchant quelqu'un à qui m'adresser pour obtenir des renseignements. Je me suis arrêté à la station service Esso. Un grand monsieur en uniforme s'approche et je lui fais part de ma demande: « Où est le poste d'accueil de la rivière Bonaventure qui est maintenant à tous les pêcheurs de saumons ? » Il était 16h50 et il me dit: « Je termine ma journée de travail dans 10 minutes et je vais aller vous montrer ! » Wow ! Quelle chance. Il m'amène à la grande fosse Malin où je vois des saumons qui sautent et de grands canots échoués sur la berge. Je suis rendu au ciel !. Je jase pendant une bonne heure avec ce personnage, Charlot Poirier, et il m'invite alors à souper chez lui. Au menu: saumon poché, pomme de terre bouillies et tarte aux petites fraises des champs comme dessert. Le repas terminé, Charlot reçoit la visite de Paul-Étienne Poirier, son beau-frère, aussi président de l'Association des pêcheurs sportifs de la rivière Bonaventure. Je n'en revenais pas d'un accueil semblable !

    C'est à ce moment-là qu'à débuté notre grande amitié. Il m'invita alors à la fosse Malin, mais au lieu de s'arrêter près de la rivière pour jaser, il s'approcha d'un de ces magnifiques canots Arsenault, son nouveau canot flambant neuf. Il épongea l'eau au fond du canot, tira sur la corde de l'ancre, prit une de pôles et éloigna le canot légèrement, en m'incitant à monter à bord. Hé oui ! Il m'invitait à faire une randonnée de canot vers l'amont jusqu'à la fosse Grassy.
     En 1978, Paul et un important groupe de personnes fondent l'APSB. Le nouvel organisme est reconnu par les autorités gouvernementales et obtient l'autorisation de pêcher dans les fosses La roche et Green. En juillet, s'ajoutent les fosses Barker et Ferlatte. En août, le territoire de pêche est étendu aux fosses de Grassy à Jonction.

    Les secteurs de pêche A et B sont créé en 1980, et les secteurs C et D, en plus de sanctuaire en amont de la Deuxième est, sont ajoutés à la gestion de l'APSB.

    Je me souviens très bien de la visite du secteur qui allait devenir le secteur E avec Paul. Nous avons marché hors sentier le long de la rivière, sur quelque kilomètres au travers des branches et de tous les obstacles imaginables, jusqu'au point où mes réserves d'énergie commançaient à diminuer. J,ai demandé à Paul de ralentir. Il a alors suggéré de se rendre au chemin dégagé menant aux fosses pour cueillir des fraises des champs. Cet arrêt et la dégustation m'ont remis sur pieds, m'ayant permis de refaire mon plein de sucre.

    Le poste d'accueil actuel, construit en 1982, est une des importantes réalisations de Paul Poirier. Je me rappelle en 1980, d'avoir appelé pour obtenir un droit d'accès contingenté à partir d'un téléphone situé à trente pieds face au comptoir de la Zec lorsque le bureau était situé dans l'hotel de ville de Bonaventure.

    Paul et son groupe d'administrateurs avaient depuis un certain temps acquis la reconnaissance de Zec (Zone d'exploitation controlée) et, en 1983, les dirigeants entreprirent le projet de recherche et d'expérimentation de la réhabilitation des saumons noirs. Pendant trois ans, de jeunes techniciens de la région ont travaillé jour et nuit pour mener à bien ce projet innovateur que Paul avait structuré. Deux grandes pixcines ont été installées au stationnement de la fosse Lunch et approvisionnées en eau du risseau Rotten Brook. Après entente avec les différents clubs de pêche, le secteur B-1 devient accesible aux pêcheurs de la Zec en 1985.
     Je me rappelle ce radieux matin où le nieveau de la rivière avait monté a'au moins trois pieds durant la nuit. Paul m'appelle et me demande si j'avais remarqué le beau cadeau que la rivière nous avait fait. Il me dit: « on part dans une heure avec Paulette pour aller jusqu'à la fosse Dambar ». Sachant que nos clients respectifs sont situés dans le bas du secteur B, nous avions tous les deux avec nos conjointes toute une randonnée de canot à faire. Il faut dire qu'avec pareil niveau d'eau, le canotage est beaucoup plus facile et sécuritaire. Ce fut une journée mémorable !.

    Paul avait appris beaucoup de la pêche du saumon de son beau-père, Lorenzo Poirier, qui a guidé pendant cinquante ans pour le Bonaventure Salmon Club. Monsieur Lorenzo fut déçu de l'arrivée de la Zec et de la fin des clubs comme il les avait connus persque toute sa vie.

     Suite à tous ses bons coups d'administrateur et de pêcheur sportif, Paul a entre autres été récipiendaire de la Mention d'honneur Paul Plante en 1991 et de la médaille François-de-Beaulieu-Gourdeau de la FQSA.

    Paul-Étienne Poirier a connu une brillante carrière comme enseignant et administrateur scolaire à Bonaventure. Personnage positif, toujours de bonne humeur, très respectueux et dévoué envers toutes les causes qu'il a entreprises et les gens qui l'ont côtoyé durant ces années.

    Maintenant, Paul consacre son temps à Paulette son épouse, à la marche, au golf, à la chasse, è l'entretien de sa terre à bois et bien sûr à la pêche à la truite et celle du saumon dans sa fosse préférée, la fosse Jug de la rivière Bonaventure.

Références

» Texte & Photos Claude H. Bernard (été 2014).
» FQSA
Page 9 sur 13