La Montreal Dark

     Ma soie se déroulait gracieusement dans les airs pendant que mon attention était attirée par des gobages qui ne cessaient de se former à ma gauche depuis quelques minutes. Les truites qui se nourrissaient à cet endroit semblaient être de belle taille et elles avaient de toute évidence une préférence pour les petits insectes rougeâtres qui dérivaient sur le film de l'eau.

     Ma mouche se déposa doucement quelques pieds en amont de ces truites sur l'eau cristalline de cette fin d'été. Moins de deux secondes plus tard, ma ligne se tendit quand un omble saisit mon artificielle. Une courte lutte s'ensuivit et finalement j'amenai à mes pieds cette mouchetée aux couleurs flamboyantes. C'était ma quinzième capture de la journée et elle clôturait ma saison de pêche sur la merveilleuse rivière Etchemin. Mes nombreux rêves de pêche allaient reprendre leur place dans ma tête jusqu'à la prochaine saison.

     À cette période de l'année, une éphémère (ysonichia bicolore) fait son apparition sur la rivière. C'est à partir de cet insecte que la Montréal Dark a été conçue. Cette artificielle, qui me rapporte année après année autant de succès, n'est pas une mouche nouvellement sortie sur le marché, loin de là.

     Bien d'autres mouches plus sophistiquées ont été créées depuis, mais il reste que ces artificielles ont permis d'attraper bien des truites et que, selon ceux qui les ont déjà utilisées, leur réputation d'efficacité n'est plus à faire. Parmi elles, la Montréal Dark avait cette beauté mystérieuse qui nous faisait deviner tout de suite son efficacité au bout de la ligne, une qualité qu'elle n'a jamais perdue.

     La Montréal Dark peut être efficace en tout temps, mais sa performance atteint son apogée en rivière, à La toute fin de la saison, alors que les arbres commencent à revêtir leurs toutes premières couleurs d'automne.

Matériel nécessaire à sa construction

Fil : 6/0 Claret (de couleur vin rouge)
Hameçon : Tout hameçon de longueur 2X
Queue : Petite section de canard de couleur écarlate
Corps : Soie écarlate
Tinsel : Plat, très fin, de couleur or
Ailes : Deux petites sections de plume de dinde («pairées»), foncées
Hackle : Hackle de poule mou, de préférence de couleur écarlate

MONTAGE


1: Après avoir noué le fil sur l'hameçon, attacher la queue à l'arrière et appliquer une goutte de colle. Une fois la colle séchée, attacher le tinsel en partant de l'arrière de la tête en allant jusqu'à la queue.


2: Attacher la soie et l'enrouler vers l'avant en laissant un petit espace pour la tête; lier en faisant 4 ou 5 tours de fil.


3: Enrouler le tinsel (serré) autour du corps jusqu'à l'avant et l'attacher solidement.


4: Poser La paire d'ailes bien droites. Prendre soin de ne pas tailler les ailes trop longues, car elles ne doivent pas dépasser la queue.


5: Attacher solidement le hackle en faisant 2 ou 3 tours de fil.


6: Enrouler le hackle 2 ou 3 tours et attacher solidement.

Pour terminer, maintenir le hackle enroulé entre les doigts de la main gauche et le retenir un peu vers l'arrière. Faire quelques tours avec le fil d'attache pour maintenir le hackle dans un certain angle, vers l'arrière, et fixer le tout solidement. Refaire quelques tours serrés pour compléter la tête, couper et ajouter deux gouttes de vernis.

références

» par Marc Grenier
» photos Denis Lapointe
» Québec Archer Chasse & Pêche, Automne 1998.

Page 5 sur 8