Les Mouches-Tubes (1)

Historique

     Comme vous devez l'imaginer, la mouche-tube est un montage exécuté sur un tube en lieu et place de la hampe de l'hameçon. Bien sûr il faut un hameçon, celui-ci étant attaché directement à l'avançon qui passe à travers le tube. L'hameçon utilisé peut être à pointe simple, double et triple.

     Contrairement à ce que tous seraient portés à croire, l'inventeur de ce type de leurre n'est pas d'origine britannique, mais un Indien de l'extrême nord de l'Amérique. En effet, les Amérindiens utilisaient un streamer portant le nom d'OS d'OISEAU). George Léonard Herter nous parle, dans " Professional Fly Tying and spinning Lure Making Manual ", publié en 1969, de ce type de leurre et cite: " En Caroline du Nord, ces streamers en os sont encore bien connus de nos jours et portent le nom de TURKEY BONE. Pour les fabriquer, prenez un os de la patte ou de l'aile de dindon, de pintade, de chouette, de gélinotte et éliminez toute trace de chair. Sortez la moelle autant que cela vous est possible. L'os est alors laissé un court instant au soleil dans le but de le blanchir et le sécher parfaitement. L'os peut avoir de 1/16 à 5/16 de pouce de diamètre. Coupez cet os à une longueur variant de 3/4 à 2 pouces. Diamètre et longueur dépendent de la taille des poissons que vous rencontrez. Enfilez le bout d'os sur la hampe de l'hameçon et votre leurre est réalisé. Quand un tel streamer est manoeuvré dans l'eau, une grappe de bulles d'air en forme d'éventail s'échappe continuellement de l'extrémité de l'os. Bien que ces " os " soient efficaces, tels qu'ils sont, quelques tours d'une plume souple ou un peu de poils montés autour augmentent leur efficacité. 5i, par hasard, un morceau d'os ne fait pas de bulles, enlevez-le et mettez-en un autre. L'ancêtre du streamer ? Peut-être... De la MOUCHE-TUBE ? Sûrement."
 
     Cette idée fut importée en Angleterre. La première mouche-tube connue est la STOAT'S TAIL, une création de Fred Hill, un garde-pêche écossais, qui la réalisa à partir de poils qu'il préleva sur une fourrure en queue d'hermine que possédait son épouse. Il fit ses premiers essais dans les eaux très claires et très basses de la rivière Earn (nord-ouest de l'Écosse). Elle se montra très efficace, et fut le point de départ de nombreuses autres créations.

     Thomas Clegg, auteur de " Modem Tube Fly Making ", paru en 1965, affirme que l'un des buts de ces montages était aussi de remplacer, pendant la guerre, les plumes rares et d'utiliser des hameçons solides et faciles à se procurer. C'est à Aberdeen (rives de la Dee), que les saumoniers trouvèrent par la suite à acheter différents modèles de mouches-tubes; vu leurs succès, presque toutes les mouches classiques à saumon furent en effet montées dans une version mouche-tube avec des poils pour substituer les ailes compliquées, mais souvent aussi avec des daguettes, lancettes et plumes diverses en tête, sur le corps et même sur l'hameçon pour essayer de l'escamoter.

     Les premiers exemplaires étaient exécutés sur des rachis de grosses plumes, des tubes de cuivre, etc.; depuis, des tubes étudiés spécialement pour ce type de montage furent réalisés, facilitant grandement la fabrication. Ces tubes se manufacturent en plusieurs tailles et en différents matériaux, plastique, aluminium, cuivre... Vous pouvez vous les procurer à votre boutique préférée, mais vous pouvez aussi facilement les fabriquer vous-même.

     L'hameçon, étant fixé sur le bas de ligne et passant à travers le tube, est facile à remplacer, ce qui n'est pas négligeable en cours de pêche. Ceux qui utilisent ce type de montage disent qu'il y a peu de décrochage, non pas en raison de l'hameçon, mais surtout parce qu'au moment de l'attaque, le tube se trouvant soufflé, remonte sur le bas de ligne, ne donnant ainsi aucun point d'appui au poisson pour lui permettre de se débarrasser de l'hameçon qui est mobile au bout de l'avançon.
 
     Dans un prochain article, je vous présenterai la mouche-tube au Québec de même que la méthode de montage de ce type de mouche.

Conseil de Montage

     Si vous éprouvez de la difficulté à doubler une plume, pourquoi ne pas suivre les conseils de Marc Leblanc de Maria?

     - 1. Débarrassez la plume du duvet sur la partie basse du rachis.

     - 2. Appliquez sur le bout du pouce et de l'index de la main gauche, une mince couche de cire à moustache. Mais oui, de la cire à moustache!

     - 3. Glissez le rachis entre le bout du pouce et le bout de l'index et tirez vers le bas avec votre main droite.

     - 4. En même temps que vous tirez la plume, repoussez les barbes du même côté du rachis avec vos doigts imprégnés de cire.

référence

» Texte et illustrations Denys Poirier
» Salmo Salar #38, Printemps, Février 1995.
Page 3 sur 7