Édition 1989

LE CHAMPIONNAT MONDIAL DE MONTAGE DE MOUCHES À SAUMON de l'fqsa

Statistiques

     Comme par les années passées, le Championnat mondial de montage de mouches à saumon organisé par la FQSA pour la sixième année consécutive a été une grande réussite. En 1989, plus de 80 participants, provenant de 14 pays, ont soumis un total de 220 mouches (tableau 1).

     La compétition entre les mouches magnifiques que nous avons enregistrées dans les cinq (5) catégories du Championnat a été très forte. A preuve, le pointage séparant les cinq (5) finalistes dans chacune des catégories de participation a varié de 67 à 87.8% globalement (tableau 2). Dans la catégorie modèle imposée (Popham), la différence entre la première et la seconde position ne fut que de 1,5%!

Vainqueurs

     La liste des gagnants et des finalistes apparaît au tableau 3. En tête de lice, nous retrouvons les Larose (Québec), Londal (Norvège), Patlen (Etats-Unis) et Lauzon (Québec) qui se sont mérités les honneurs du Championnat. Pour le Québec, notons la belle performance de Sylvain Barbeau (Trois-Rivières), Daniel Dufour (Amqui) et Serge Levasseur (Saint-Nicolas) figurant parmi les finalistes. A ceux-ci s'ajoutent les monteurs qui, par leur ingéniosité créative, ont aussi attiré l'attention du jury et remporté le prix «Mention spéciale du jury». Il s'agit de Lee Wulff (Lew Beach), le célèbre auteur d'excellents bouquins américains, avec sa «Dragon fly», et de Jean-Paul Cyr (Chandler) pour la superbe imitation d'une «Phrygane» qu'il a réalisée.

     Le prix attribué à chacun des gagnants est une-très belle peinture, oeuvre originale de madame Claudette Lafleur. Tous les participants ont par ailleurs reçu un ensemble d'hameçons, gracieuseté de «Partridge of Redditch» en Angleterre.

Jury

     En 1989, le bureau du jury était formé de six personnalités et experts en matière de montage de mouches à saumon. Messieurs André A. Bellemare, André Boucher, Pete Dubé, Paul Leblanc, René Longval et Louis Tanguay, ont accepté avec enthousiasme d'apporter leur collaboration lors de la tenue des assises du jugement. A titre de secrétaire, monsieur Jacques René s'est chargé de prendre note des moindres détails au cours des scéances du jugement.

À propos du jugement

     Que de frustrations soulève le dévoilement des résultats du Championnat! Il faut cependant souligner la rigueur avec laquelle les membres du jury exécutent leur tâche. Impitoyables, ils doivent d'ailleurs se ranger à l'intérieur du cadre de règles très strictes.

     Pour le bénéfice de tous les participants, nous présentons de façon intégrale le guide des règles du jugement ayant servi à classer les mouches concurrentes lors du dernier championnat, en 1989:

1. RÈGLES ET DÉROULEMENT DU JUGEMENT

     Le jugement des mouches inscrites au Championnat s'effectue en trois étapes. Dans un premier temps, on procède à la présélection des mouches constituant le groupe des finalistes dans chacune des catégories. En second lieu, ces mouches font l'objet d’un examen rigoureux et sont évaluées par un pointage au classement. Finalement, le directeur, assisté du secrétaire, procède à la compilation des cartes de pointage. Le directeur dévoile les résultats du classement aux membres du jury à la toute fin des assises. Ces résultats sont divulgués au grand public lors du Congrès annuel de la FQSA.

1.1 Enregistrement et préparation des mouches en compétition

     Les mouches reçues sont d'abord identifiées d'un numéro d'enregistrement inscrit sur une étiquette et connu uniquement du directeur. Elles sont ensuite placées dans une boîte séparée pour chacune des catégories du Championnat. Ces boîtes servent à examiner les mouches en lice lors du jugement.

     Le numéro, le nom et le concepteur de chaque mouche de compétition sont enregistrés sur un formulaire complété par le directeur. Une artificielle dont l'hameçon n'est pas conforme aux règlements du Championnat (c'est-à-dire Partridge 2/0 code N) est automatiquement éliminée.

1.2 Présélection des mouches finalistes

     Au début des assises, les membres du jury font une première sélection de dix (10) mouches finalistes ou plus. Cette présélection s'effectue par une simple observation visuelle. Chaque juge inscrit alors le numéro des dix mouches qui ont plus spécialement retenu son attention dans chacune des catégories. Les dix artificielles qui, au total des juges, obtiennent la faveur du plus grand nombre de suffrages au vote, constituent le groupe des finalistes. Dans le cas des catégories de création, le directeur fait au préalable une lecture des notes justifiant la conception de chacune des mouches en lice.

1.3 Critères de pointage au classement

     Lorsque la présélection des mouches finalistes est unanimement adoptée par le bureau du jury, les juges examinent chacun leur tour les mouches qu'ils évalueront ensuite individuellement au moyen d'une grille d'évaluation.

     Le tableau 4 donne une description des critères et du fonctionnement du pointage (sur 100%) retenus pour l'évaluation des mouches. Il faut signaler que la classe «respect des matériaux» est réservée aux modèles imposés et que celle de «l'originalité de la création» ne s'applique qu'aux mouches des catégories de création en plumes ou en poils.

1.3.1 Respect des matériaux

     Autant que possible, les mouches en compétition dans les catégories imposées devront respecter les matériaux dictés dans la toilette du modèle. Le document de base servant à évaluer ce critère est le guide de la réglementation préparé et diffusé par la FQSA. Le pointage maximal accordé est de 15 points.

     Pour les matériaux rares ou non disponibles comme le Toucan (Toucan), le Corbeau indien (Indian Crow), l'Outarde tachetée (Speckle Bustard), le Jaseur bleu (Blue Chatterer) et le Coq-de-Roche (Cock-of-the-rock), la pénalité infligée si le concurrent a utilisé un très bon substitut disponible sur le marché est minime (2 points). Le tableau 5 fournit une liste sommaire des matériaux de remplacement suggérés par Bâtes (1987) ou par Jorgensen (1978).

     Tout autre substitut approuvé par les membres du jury pourra être considéré. L'usage d'un mauvais matériau de remplacement entraînera toutefois une perte de points plus considérable.

     Le pointage suivant est attribué: matériau original = totalité des points, c'est-àdire 15 points;
     - Substitut de premier ordre de qualité =13 points;
     - Substitut de second ordre = 10 points; Matériaux de remplacement de mauvaise qualité = 5 points; Omission de substituer = 0 point.

1.3.2  Techniques de montage

     Ce critère sert à évaluer la maîtrise de la technique et l'habileté du compétiteur. La précision du montage prend toute son importance dans cette partie de l'évaluation qui fait ressortir l'expérience de l'artisan. Entre autres exemples, les ailes secondaires disposées de chaque côté des ailes principales qui manifestent une nette assymétrie, ou encore des reliefs disgracieux apparaissant sur les corps en floche ou en lamé, entraîneront des pénalités au pointage. Le maximum attribuable est de 30 points.

1.3.3  Esthétique et proportions

     L'évaluation de ces critères permet de diagnostiquer l'équilibre des différentes composantes d'une mouche (ex: densité du montage, équilibre entre la longueur et la hauteur des ailes, dimension de la tête par rapport au corps de la mouche, etc.).

     Comme cette section de l'évaluation peut dépendre des préférences artistiques individuelles de chacun des juges, il est suggéré de concentrer l'évaluation uniquement sur le caractère esthétique et le respect des proportions pour laisser libre cours aux préférences de styles (caractère artistique) se traduire dans le pointage réservé à la section de l'apparence générale de la mouche. Esthétique et proportions demeurent intimement liés. Des références que nous avons examinées (Price-Tannat 1914, Bâtes 1971 Jorgensen 1978, Bâtes 1987), c'est l'ouvrage de Bâtes (1987) qui est possiblement le plus approprié pour évaluer objectivement ces deux critères compte tenu qu'il trace l'évolution du montage de mouches à saumon aussi loin qu'il fut possible pour l'auteur d'en identifier les origines.

     Cette publication récente fait autorité en matière de montages de mouches à saumon.

     Le style, pour sa part, dépend dans une certaine mesure des proportions employée: par le monteur pour confectionner sa mouche. Si l'on se réfère aux propos de Bâtes, certains monteurs préfèrent monter les ailes courtes n'excédant que de très peu la courbure de l'hameçon, alors que d'autres affectionnent les ailes longues qui s'étendent parfois jusqu'à 1/3 de plus que la longueur de l'hameçon (comme les streamers). Quelques-uns aiment aussi voir les ailes atteindre une bonne hauteur au-dessus de la hampe de l'hameçon (donnant du volume aux ailes), tandis que pour d'autres, la sobriété est de rigueur avec des ailes atteignant au plus une hauteur équivalente à la dimension de l'ouverture de l'hameçon.

     Ces façons de fabriquer les mouches artificielles à saumon illustrent bien les différences de styles que préconise chaque monteur. Toutefois, une mouche dont les ailes sont très hautes mais trop courtes, par exemple, donnera l'illusion d'une certaine «lourdeur» et, de ce point de vue, elle manque certainement de caractère esthétique.

     Pour juger du respect des proportions: modelant l'esthétique d'une mouche, nous avons donc tiré du volume de Bâtes (op.cit.) quelques critères pouvant servir de base à leur évaluation (tableau 6.). Il n'existe pas de règles strictes pour les proportions dans le montage des classiques: «la réponse au; proportions adéquates est de produire le résultat apportant un arrangement global harmonieux de composantes symétriques» Bâtes 1987.

     L'esthétique demeure dans ce cas une question d'équilibre: volume d'une gorge par rapport à la dimension des ailes; longueur des ailes comparée à leur hauteur; grosseur de la tête en fonction du volume de la toilette; etc... Le pointage permis est variable selon la catégorie du concours (tableau 4.)

1.3.4 Apparence générale

     Contrairement à la section précédente où chacune des composantes est plus ou moins mouche. Il s'agit de la partie la plus subjective du jugement où sont notés les aspects artistiques des mouches concurrentes. Les évaluée séparément, de façon technique et objective, cette section permet à l'observateur de préciser globalement sa perception de la juges ont ainsi la possibilité d'exprimer davantage leur droit le plus légitime, entre autres la préférence de styles. Le pointage maximum est de 10 points pour les mouches de création et de 15 points pour les modèles imposés.

1.3.5 Complexité/conformité

     Le critère de complexité ne s'applique qu'aux mouches de création. Ainsi, plus le coefficient de difficulté que présente une mouche est grand (i.e.: ailes aux multiples composantes), plus le nombre de points sera élevé. Il est suggéré de fixer le maximum au barème des composantes d'une Jock Scott Certaines créations peuvent parfois, mais rarement, dépasser ce niveau de complexité. Le pointage maximal est de 20 points.

     Pour sa part, le critère de conformité est exclusif aux mouches de catégories imposées. L'absence de certains matériaux requis ou le non respect des prescriptions de la toilette (i.e.: porter les ailes extérieures jusqu'à l'extrémité de sous-ailes en pèlerine alors qu'on spécifie plutôt jusqu'à la seconde barre noire) sont des défauts de conformité. Ceci exclut la réglementation sur les hameçons. Un total de 10 points peut être accordé.

1.3.6 Originalité d'une création

     Applicable uniquement aux mouches de catégories créations, cette section du jugement comporte deux volets: l'évaluation de l'originalité du montage (caractère d'ingéniosité et utilisation de nouveaux matériaux) et l'analyse de la correspondance du nom et des notes justificatives au montage de la mouche présentée (origine de la création, impact historique, allégeance patriotique, etc...). Le partage du pointage disponible s'effectue en deux parties (90%-10%), applicables respectivement à chacun des volets. Le pointage total de cette partie de l'évaluation est de 20 points pour les mouches de création en plumes et de 30 points pour celles en poils.

1.4 Dépouillement des cartes de pointage

     Lorsque chaque juge termine son évaluation, il remet sa feuille de pointage au directeur pour vérification. Assisté du secrétaire, le directeur effectue alors le total des points pour chacune des mouches et, après avoir reçu toutes les fiches d'évaluation (six fiches), il calcule la note moyenne sur 100 de chacune des mouches en compétition. Les notes les plus élevées déterminent les vainqueurs.

     Cependant, advenant l'apparition d'écarts de plus de 30% entre les évaluations individuelles d'une même mouche, le directeur appellera une révision de l'évaluation. Une fois le pointage adopté, le directeur dévoile les résultats du classement D est alors possible de poursuivre les délibérations pour une autre catégorie de mouches.

     Comme il est possible de le constater, les auteurs des mouches soumises au Championnat sont inconnus des membres du jury et ne sont identifiés que par des numéros.

la catégorie mouche imposée

BLUE RAT

BLUE RAT
Jacques Larose
Montréal, Québec
01, dans la catégorie création imposée en poils.

SHERIFF

SHERIFF
Jan Idar Londal
Trondheim, Norvège
01, dans la catégorie imposée en plumes.

POPHAM

POPHAM
Ted Patlen
Lodi, Etats-Unis
01, dans la catégorie imposée en plumes (Expert).

la catégorie mouche en poils (création)

GAGNANTE: FAUCON SPÉCIAL

FAUCON SPÉCIAL
Richard Lauzon
Dorion, (Québec)

Ferret : Tinsel plat argent
Bout : Soie jaune citron
Queue : Plumes de crête de faisan Lady Amherst
Couronne : Laine rouge
Corps : Partie arrière: Tinsel plat argent recouvert de «Swannundoze» #77; Voile: Fibre de pèlerine de faisan doré; Partie avant: Fourrure de lapin, hackle brun foncé et tinsel ovale argent
Aile : Écureuil brun
Hackle : Hackle de faucon pèlerin pris sous les ailes
Tête : Fil noir

2ÈME POSITION: FLUORESCENT GREEN RAT

FLUORESCENT GREEN RAT
Robert J. Solo
Corner Brook, (Terre-Neuve)

Thread : 6/0 white monocord and 210 Denier lime green floss
Tag : Flat gold tinsel
Tail : Peacock sword fibers
Body : Rear half: fluorescent lime green floss, slightly tapered, veiled with 4 strands of fluorescent lime green floss extended to end of tail
Front half : Lime green seal's fur
Ribs : Medium oval gold tinsel over seal's fur only
Wing : Green dyed grey squirrel tail
Hackle : A bunch of green dyed guinea fibers tied under as throat and a bunch of green guinea tied over wing slightly longer than throat section
Cheeks : Jungle cock
Head : Lime green floss clear lacquered with 2 black dots simulating eyes at sides of head
Notes on tying : 6/0 thread is attached to hook shank and is used to attach the tag and tail material. This thread is then wound to hook eye and whipped off.
The 210 Denier floss is then placed in your tying bobbin and used interchangeably as your rear floss body material and your tying thread. When using to form the body, spin bobbin and stroke floss so it will lay flat.

3ÈME POSITION: OLYMPIC STREAMER

OLYMPIC STREAMER
Alfred-James McMahon
Liverpool, England

Thread : Black, prewaxed
Tag : Fine gold tinsel
Tail : Golden pheasant crest
Butt : Black ostrich herl
Body : Flat gold tinsel butted midway with blue hen hackle
Ribbing : Oval gold tinsel
Wing : Mixed dyed strands of yellow, red, green, blue and black squirrel tail
Throat : Blue hen tied as a collar after wing is tied in
Head : Black varnish

4ÈME POSITION: PANTHEON

PANTHEON
Daniel Dufour
Amqui, (Québec)

Ferret : Trois tours de tinsel ovale doré fin
Bout : En deux parties, floche fuchsia et floche vert fluorescent
Queue : Crête de faisan doré et un brin de floche orange
Couronne : Fibre d'autruche noire
Corps : En deux parties, Premier tiers: floche rouge; Le restant: floche noire
Côte : Tinsel plat «differenciation yarn» et tinsel ovale fin doré placé derrière le tinsel plat
Hackle de corps : Hackle jaune placé derrière le tinsel ovale
Gorge : Hackle vert, s'arrêtant à la pointe de l'hameçon
Aile : Poils d'écureuil teint noir
Joue : Pointe de hackle orangé et coq de Sonnerat
Coiffe : Crête de faisan doré
Tête : Fil rouge et fil noir

5ÈME POSITION: LADY OF THE LAKE

LADY OF THE LAKE
Jim Murray
Roddickton, (Terre-Neuve)

Thread : 6/0 black
Tip : Extra fine oval silver tinsel
Tag : Lemon floss
Tail : Goldean pheasant crest
Butt : Black ostrich herl
Body : 1/3 rear: Flat silver tinsel; 2/3 front: Brown seal's fur
Ribbing : Oval silver tinsel
Throat hackles : Under: Brown; Over: Teal's flank
Wing : Grey squirrel
Sides : Barred wood-duck
Cheek : Jungle cock
Head : Black head cement

la catégorie mouche en plumes (création)

GAGNANTE: KAREN

KAREN
Ted Patlen
New-Jersey, Etats-Unis

Tag : 1/4: fine flat gold tinsel; 1/4: fine oval silver tinsel; 1/2: orange silk
Tail : Golden pheasant crest and teal in strands with doubled (flat) kingfisher
Butt : Black ostrich herl
Body : 1/3 rear: White floss ribbed with fine oval silver tinsel, followed by orange silk, followed by fine flat silver tinsel; 2/3 front: Orange ostrich herl, many strands wrapped individually one at a time to form one «large» body joint
Throat : Orange hackle (as long as orange ostrich herl) fronted with jay
Underwing : Golden pheasant's tippets back to back reaching to butt
Outerwing : Married: Yellow / Peacock wing / orange / florican / blue / amherst tail / golden pheasant tail. Barred wood-duck split's, set high extending to a position just past the orange ostrich herl
Sides : Jungle cock extending to approximatively midway between end of barred wood-duck and orange ostrich herl
Cheeks : Doubled kingfisher
Horns : Fibers of Amherst tail
Head : Red thread, lacquered

2ÈME POSITION: ST. ELMO'S FIRE

ST ELMO'S FIRE
Robert J. Solo
Corner Brook, (Terre-Neuve)

Tag : Extra fine oval gold tinsel and orange floss
Tail : Golden pheasant crest with two jungle cock feathers back to back veiled with kingfisher feathers on each side
Butt : Black ostrich herl
Body : Pale blue floss one turn, equal sections of pale blue, medium blue and dark blue seal's fur.
Ribbing : Medium flat silver tinsel and gold lace
Hackle : Magenta dyed hackle
Throat : Pale blue dyed hackle fronted by dyed kingfisher blue grizzly saddle hackle
Underwing : Tippet in strands
Wing : Kelson method single strand married mixed wing : First sequence: blue, orange and green dyed goose twice; Center: 2 strands of red dyed goose; Second sequence: Same as first. On top of which are speckled bustard, florican bustard and golden pheasant tail, on the outside of which is a narrow strip of barred wood-duck; narrow strips of bronze mallard on each side envelopping upper wing edge
Sides : Jungle cock
Cheeks : European jay
Topping : Golden pheasant crest
Horns : Amherst pheasant tail
Head : Black ostrich herl and black thread

3ÈME POSITION: BLACK DOUGLASS

BLACK DOUGLASS
Dorothy Douglass
Bucksport, Etats-Unis

Ferret : Tinsel ovale argent
Bout : Floche jaune or
Queue : Crête de faisan doré, superposée d'une plume de corbeau indien et d'une section de flanc de canard huppé barré noir
Couronne : Autruche noire
Corps : Floche noire
Côtes : Lamé or, de chaque côté duquel est enroulé un petit tinsel ovale argent et par-dessus lequel (lamé plat) est également enroulée une fibre de floche bleue pâle
Palme : Fibre très longue de poule teinte noire
Ailes : Deux pèlerines dos à dos de faisan doré, de chaque côté desquelles est placée une plume de coq de Sonnerat, voilée au-dessus de chaque côté par une plume constituée d'un mariage d'ailes de cygne suivantes: noir, vert pâle, noir, orangé, noir, vert pâle et noir.
Épaule : Coq de Sonnerat voilé par du corbeau indien
Coiffe : Crête de faisan doré
Antenne : Fibre d'aile de dinde teinte orange
Tête : Fil noir

4ÈME POSITION: BLEU NUIT

BLEU NUIT
Daniel Dufour
Amqui, (Québec)

Ferret : Trois tours de tinsel ovale doré fin
Bout : Fils de montage rouge et jaune attachés en dessous et en dessus par un noeud
Queue : Crête de faisan doré et fibre de paon
Couronne : Fibre d'autruche noire et fibre d'autruche bleue
Corps : Floche noire
Côte : Lamé variable rouge et bleu et tinsel ovale fin argent
Hackle : Noir, placé derrière le tinsel ovale fin argent et commençant au deuxième tour de tinsel
Gorge : Poule de Guinée
Sous-aile : Pèlerines de faisan Lady Amherst placées dos à dos
Aile principale : Mariage de fibres de cygne rouge, bleu, de paon, de plumes d'épaule d'oie de couleur rouge, de queue de dinde mottelée, de cygne bleu et de queue de faisan doré
Aile extérieure : Fibres de flanc de canard huppé à bande blanche suivies de deux plumes de coq de Sonnerat et voilées de chaque côté par du canard huppé à bande blanche
Épaule : Coq de Sonnerat
Joue : Martin-pêcheur
Coiffe : Crête de faisan doré
Toiture : Malard bronzé
Tête : Fil noir

5ÈME POSITION: ROUE DU ROI

ROUE DU ROI
Serge Levasseur
Saint-Nicolas, (Québec)

Ferret : Tinsel ovale fin argent
Bout : Floche orange
Queue : Crête de faisan doré recouverte de fibres de plumes de canard huppé
Couronne : Autruche noire
Corps : Tiers arrière: floche orange; Deux tiers avant: fourrure de phoque brune et jaune en parties égales
Côtes : Tinsel ovale fin argent
Gorge : Plumes de canard huppé recouverte de plumes de poule teintes orange
Sous-aile : Deux plumes côte à côte de queue de faisan doré
Ailes : Mariage de plumes d'oie teintes orange et plumes de «florican bustard» se répétant trois fois
Voile : Plumes de faisan doré allant jusqu'à la couronne et recouvrant l'aile principale
Toiture : Malard bronzé
Épaule : Plumes de gélinotte huppée
Joues : Plumes de poule teintes orange
Antennes : Perroquet jaune et bleu

références

» par: Frédéric Lévesque
» photos Frédéric Lévesque, Frédéric Choquette
» Salmo Salar # 17, Été, Juin 1989.

Page 5 sur 27