La Cascapédia

Petite histoire d’une grande rivière revue et corrigée

     Quand Marc-Antoine Jean m’a appelé pour me dire qu’il y aurait un numéro spécial sur la rivière Grande-Cascapedia et qu’il me commandait deux articles, un sur le musée et un sur la rivière, j’ai dit oui, non sans me gratter la tête. Il m’annonçait du même coup que Gérard Bilodeau y aurait aussi un papier, grosse pointure quand même. J’ai donc pris ma plume à deux mains et décidé de me commettre.

La Cascapédia; Petite histoire d’une grande rivière revue et corrigée
    Disons pour la petite histoire que je suis un pur produit de la confrérie ATOS ayant grandi comme apprenti pêcheur, au rythme des salons et des activités qu’ils ont organisés. Je suis fier de dire que j’ai une formation collégiale que j’ai acquise à Baie-Comeau en aménagement de la faune (les bons vieux TACH). Coté saumon et oui, je suis un bien nanti, mon père est né avant moi (et ma mère aussi) et m’a transmis la Salmonite aiguë. J’ai donc sillonné depuis l’adolescence plusieurs rivières à saumon. Après un passage sur des rivières en restauration sur la Côte-Nord, cinq années à la rivière Bonaventure et 16 ans à la barre de la Réserve faunique de la rivière Cascapédia, j’ai maintenant presque 25 ans de métier.

     Trêve de bavardage, revenons à nos moutons ou plutôt à nos saumons! Ah! La rivière Grande-Cacapedia, que dire, je n’oublierai jamais une chose qu’avait dite Gaétane Bujold alors présidente de la zec de la rivière Petite-Cacapedia : la Cascapédia, c’est une rivière à grande joie et à grande déception. Faisant allusion aux aléas des conditions de pêche, des montaisons, des attentes énormes des pêcheurs : ils rêvent tous du saumon de leur vie.

     Effectivement coté statistique, on y récolte les plus gros saumons en Amérique du Nord. On y retrouve aussi un faible pourcentage de madeleineau (7 %). En 2009, nous avons eu un confortable taux de succès de 30 % avec près de 1200 saumons capturés d’un poids moyen de 20 lbs ! Ils ont été remis à l’eau à un taux de près de 90 %, ce qui nous a permis de constater presque 2000 géniteurs sur les frayères, le rêve d’un gestionnaire de rivière à saumon quoi !

     La rivière est organisé en cinq secteurs : A, B, C sur le tronçon principal, D et E respectivement sur les branches du Lac et aux Saumons. Ils comportent une multitude de sous-secteurs avec deux zones de pêche sans guide à prix abordable. Les clients de la Société Cascapédia y pêchent en rotation partagée avec six camps privés, un camp de pêche micmac et même un camp sans droit exclusif soit le Camp Salmon Lodge.
La Cascapédia; Petite histoire d’une grande rivière revue et corrigée
     Cette gestion complexe permet de créer 135 emplois, oui vous avez bien lu, plus de 70 guides de pêche, 20 gardiens et tout le personnel de soutien. C’est un exploit pour une seule et même rivière. C’est un modèle cité maintes fois pour sa cogestion avec la Nation Micmac.

     On accède à la rivière par le tirage au sort informatisé du premier novembre, par la journée de revente du troisième lundi de janvier, du tirage quotidien de 72 heures à l’avance pour la pêche à gué et aussi sur une base de premier arrivé premier servi car nous avons souvent des perches de libre et offrons un forfait avec hébergement en août et septembre.

    Quand doit-on y pêcher ? La question piège pour un directeur! Bien sûr on voudrait tous pêcher du 20 juin au 31 juillet. Le mois d’août peut comporter des conditions d’eau basse et des températures d’air et d’eau élevées mais plus de 85 % des saumons attendus sont présents en rivière, on ne pêche donc pas sur les pierres. Septembre nous ramène des conditions plus froide doublées d’un changement de comportement des saumons à l’approche de la fraie. La Cascapédia connaît des montaisons relativement hâtives et après le 7 juin on peut dire que la chasse aux gros géniteurs est ouverte car ils sont les premiers à entrer en rivière.

     La Cascapédia c’est un produit haut de gamme comme il y en a plusieurs au Québec. Pour la section du tronçon principal avec guide, nos prix sont comparables au secteur Glen Emma de la rivière Matapédia que les lecteurs de Saumons Illimités connaissent peut-être mieux. Les prix sur les secteurs sans guide sont de 65 $ pour le D2 et de 125 $ pour le E2.

     C’est pour qui? Seulement des Américains et des bien nantis! Non, la clientèle de la Société Cascapédia est à plus de 60 % québécoise, et oui il y a des gens aisés au Québec aussi.

La Cascapédia; Petite histoire d’une grande rivière revue et corrigée
     La Cascapédia est une mine d’or encore peu exploitée quant à la richesse de son patrimoine historique. Qui dit pêcheurs célèbres dit documents d’archive de qualité. Le Musée de la rivière Cascapédia possède une collection d’artefacts incroyable grâce en partie au travail titanesque de Hoagy Carmichael dont la renommée du célèbre père, pianiste et compositeur pour les plus grands dans les années 1940–1950, a ouvert bien des portes. On s’enorgueillit d’avoir deux films d’époque, un de 1924 et un de 1927. Vous pouvez en voir un extrait sur notre site Internet.

     De plus, une femme remarquable y a érigé son camp d’été à la fin des années 1800. Elle est notre icône. Elle était femme de Gouverneur général du Canada, princesse, artiste accomplie et surtout pêcheuse de saumon. Je parle ici de Louise Caroline Alberta, Duchesse D’Argyll, fille de la reine Victoria. Une grande dame associée au mouvement féministe de l’époque et qui a supporté de multiples causes. Elle a laissé son nom à bien des endroits au Canada, le Lac Louise dans les Rocheuses entre autres. Elle a dit préférer ses séjours sur la rivière Cascapédia au tumulte de la vie à Ottawa.

     La Cascapédia a aussi son emblème, en terme de mouche : la Lady Amherst inventée par le propriétaire du Camp de pêche Horse Island, M. Bonbright en 1927.

     Un autre propriétaire de camp, francophone celui-là, nous a laissé la Ruelland, très efficace encore de nos jours.

     Un arrêt à Cascapédia ? Plusieurs le font même en chemin pour Gaspé ou partent de la Restigouche pour une balade. Un arrêt s’impose au Fumoir Cascapédia, où l’on y prépare un excellent saumon fumé et d’autres produits. Les connaisseurs arrêtent chez Sexton & Sexton pour les dernières nouvelles sur la pêche dans le coin, acheter des mouches dernier cri ou tout simplement s’équiper de la tête au pied.

     Pourquoi pêcher la Cascapédia? Parce qu’une entente est intervenue en 2009 entre le Gouvernement du Québec et la communauté Micmac de Gesgapegiag et qu’il n’y a plus de pêche de subsistance pour quatre ans. C’est sans contredit la meilleure nouvelle des quatre dernières décennies pour la population de saumon et les pêcheurs sportifs. Nous sommes à l’affût des problèmes de gestion et pour la saison 2010, la remise à l’eau sera obligatoire en juin et juillet, ce qui à mon avis devrait s’appliquer partout pour la simple et bonne raison que l’on doit laisser les « stocks » arriver sur les tablettes avant de piger dans l’inventaire. Aussi pour 2010, et je m’adresse à nos habitués, nous abandonnons la notion de perche partagée. Ainsi, les pêcheurs n’auront plus à pêcher en rotation avec leur partenaire, ils peuvent s’exécuter en même temps. Soit dit en passant, une autre particularité de la Cascapédia est l’assurance de ne pêcher qu’avec votre partenaire.

La Cascapédia; Petite histoire d’une grande rivière revue et corrigée
     Pourquoi pêcher la Cascapédia outre le fait qu’on pêche au pays des géants ? Vous encouragerez un organisme à but non lucratif comme c’est le cas sur la très grande majorité des rivières à saumon vouées à la conservation. Nous avons écrit une page importante sur l’amélioration des pratiques forestières dans les bassins versants. Dans ce dossier, nous avons été le banc d’essais pour la réalisation du Guide des saines pratiques en voirie forestière que plusieurs gestionnaires auraient intérêt à connaître. Notre bassin versant a été subdivisé en plus petites unités et un quota de perturbation (incluant les feux de forêt, les épidémies d’insectes et les coupes) a été fixé a 50 %.

     Ce qui a nos yeux n’est pas un objectif à atteindre mais bien un maximum, et au plus fort de notre implication, nous avons pu maintenir ce pourcentage à 35 %. Ce qui était notre objectif lors d’une des rares conciliations à être intervenue au Québec entre un groupe d’intérêt (La Société Cascapédia et la Coalition pur la gestion intégrée du bassin versant de la Cascapédia) et un industriel forestier. Nous possédons notre propre pisciculture artisanale et nous nous impliquons dans l’éducation avec des aquariums dans trois écoles. Nous procédons à des aménagements de cours d’eau (recouvrement d’un kilomètre d’habitat en 2009 avec l’aide de la Fondation de la Faune du Québec).

     Nous avons collaboré avec le Centre interuniversitaire pour la recherche sur le saumon atlantique pendant plusieurs années et sommes toujours disposés à le faire. Nous collaborons avec la FSA sur le programme de suivi par télémétrie des saumoneaux et 50 de ceux-ci sont étiquetés chaque année. C’est de loin la recherche la plus excitante dans le monde du saumon depuis longtemps: si jamais on pouvait déterminer avec précision où les mortalités de saumoneau sont les plus importantes… Peut-être que des mesures de protection en mer pourraient influer sur le maigre 1 % de taux de retour entre les stades de saumoneau à adulte. Sur la Cascapédia, une hausse d’un demi-point pourrait représenter 1000 saumons.

     Nous avons collaboré a la construction d’un étang de pêche en territoire autochtone à Gesgapegiag pour que les enfants puissent pêcher près de chez eux.

     Nos interventions nous amèneront aussi à créer un intéressant précédent au Québec : réserver une portion de petits cours d’eau en territoire public pour les moins de 18 ans pour une partie de la saison de pêche (15 juillet au 6 septembre). Une journée spéciale y sera tenue et où les enfants des deux communautés riveraines (Gesgapegiag et Cascapédia-St-Jules) pourront se côtoyer, pique-niquer et pêcher ensemble l’omble de fontaine. Au fil des années, un parcours de pêche sera aménagé, avec entre autres la participation des enfants.

     L’invitation est lancée! Venez pêcher la Cascapédia en août etseptembre à des prix concurrentiels et profitez de l’occasion de venir admirer l’oeuvre de Peter Corbin, peintre émérite et grand ambassadeur de notre rivière, c’est une occasion unique.

     N’hésitez donc pas à contacter votre humble serviteur, guide de pêche à ses heures, avec plus de 30 années d’expérience à la pêche au saumon, je saurai donc vous donner l’heure juste de la pêche sur la magnifique rivière Cascapédia.

Références

» Texte Marc Gauthier (2010).
» FQSA
Page 29 sur 29Suivant