Les Plumes

     Bien que les hackles provenant de coqs et de poules constituent la majorité des plumes utilisées pour la fabrication des mouches artificielles, il existe une multitude d'autres types de plumes qui sont d'une importance considérable pour des applications variées.
 
     Nous décrivons dans le texte qui suit celles qui sont le plus souvent utilisées et qui forment à notre avis l'arsenal de base du monteur averti.

Les Plumes
1- Camail de faisan doré
2- Camail de faisan, "Lady Amherst"
3- Plumes de faisan à collier
4- Plumes de flanc de canard huppé
5- Plumes de dinde
6- Aile de canard
7- Plumes d'autruche
8- Plumes de sabre de paon (Peacock sword)
9- Camail de coq de Sonnerat (Jungle cock)
10- Plumes de queue de paon
11- Plumes de faisan argenté
12- Plumes de faisan doré
13- Plumes de faisan à collier
14- Queue de gélinotte huppée
15- Aile de faisan
16- Plumes de pintade
 
PLUMES DE CANARD

     En général, les plumes utilisées pour fabriquer les ailes de certaines artificielles, sèches ou noyées, proviennent du canard sauvage ou domestique. Ces ailes sont ainsi formées à partir de la sélection de deux parties égales provenant soit des plumes primaires ou secondaires de l'aile de l'oiseau. Il est donc primordial de bien choisir les plumes en paires, c'est-à-dire que l'une provienne de l'aile droite de l'oiseau et l'autre de l'aile gauche, et que les deux plumes soient identiques en dimensions. Ceci vous permettra d'obtenir des sections de plumes qui se marieront à la perfection et constitueront une paire d'ailes identiques.
 
     Au sujet des plumes de canard, évitez d'utiliser la première plume de l'aile, c'est-à-dire la plus longue des plumes primaires, car les fibres de celle-ci sont courtes et raides, donc difficilement malléables.
 
     Les plumes secondaires, par contre, sont toutes utilisables, étant donné que leur fibres sont moins rigides; ces plumes sont en général utilisées pour la fabrication de mouches noyées.
 
     Les plumes de flanc de canard sont larges et souples, et on les retrouve principalement en dessous de l'aile de certains canards sauvages, tel malard, sarcelle, etc. Ces plumes sont également utilisées pour le montage de plusieurs types d'artificielles: leur emploi est fréquent pour la fabrication d'ailes de mouches noyées et sèches, et le résultat donne une apparence totalement différente de celle obtenue avec les plumes primaires ou secondaires.
 
     Les plumes de flanc sont souvent utilisées comme ailes sur certaines noyées en incluant la tige centrale, ce qui assure une répartition égale de fibres sur les deux côtés de l'artificielle en une seule étape.
 
     Dans le cas de l'utilisation de la plume de flanc de canard pour la fabrication d'ailes de mouches-sèches, il n'est pas essentiel de "pairer" les fibres de deux plumes; il est préférable de prélever une quantité de fibres suffisante sur la plume et, en vous assurant que les extrémités sont égales, de les fixer sur le dessus de l'hameçon et de procéder à la séparation des fibres par la suite. Pour la fabrication de certaines noyées, par contre, il sera préférable de sectionner deux parties égales de fibres et de les fixer sans que celles-ci ne se déforment; ce travail demandera une certaine dextérité, mais quelques essais vous permettront de perfectionner votre technique. Nous verrons dans un article futur les différentes applications des plumes primaires, secondaires, de flanc et de poitrine de canard pour une variété de types d'ailes d'artificielles.
 
     Pour ce qui est des plumes primaires, elles sont en général disponibles dans les couleurs de gris et blanc ainsi que dans une multitude de couleurs teintes.
 
     Les plumes secondaires sont généralement de couleur grise et quelques types ont une extrémité blanche.
 
     Les plumes de flanc prennent la couleur de gris perle et sont marquées de rayures noires ou gris foncé.
 
     Les plumes de sarcelles possèdent des rayures noires beaucoup plus prononcées.
 
     Les plumes de flanc sont aussi disponibles dans une multitude de couleurs teintes.
 
PLUMES D'OIE

     Les plumes primaires et secondaires d'ailes d'oie sont utilisées principalement pour les mêmes fins que celles du canard, c'est-à-dire dans la fabrication des ailes de plusieurs types d'artificielles, surtout celles de dimensions considérables.
 
     Ces plumes sont disponibles dans leurs couleurs naturelles de gris et de blanc et dans une variété d'autres couleurs, tel le rouge, le jaune, le vert et le noir.
 
     À cause de la longueur des fibres, ces plumes sont souvent utilisées pour la fabrication de l'élytre double ou triple de certaines nymphes.
 
     Comme pour le cas des plumes de canard, les plumes d'oie doivent être "pairées" pour faciliter le travail.
Plumes de dinde. Les plumes de dinde qui sont les plus importantes au niveau de la fabrication d'artificielles, proviennent de deux types d'oiseaux qui possèdent des plumes de couleur brune. La plus rare de ces plumes provient de la dinde "mottelée" et ce sont les plumes d'ailes qui sont les plus convoitées. Ces plumes sont recommandées pour le montage de plusieurs artificielles et n'hésitez pas à vous les procurer si elles sont disponibles.
 
     Quoique souvent utilisée comme substitut, la plume de dinde brune ou sauvage ne possède pas les mêmes caractéristiques; elle est en général plus foncée, prenant l'apparence du brun et possédant des rayures noires, tandis que celle de la dinde mottelée est plutôt beige avec des marques brunes. Les plumes de la dinde brune ou sauvage proviennent généralement de la queue de l'oiseau.
 
     Les deux types de plumes sont utilisés avantageusement pour la fabrication de l'aile de la Muddler Minnow ainsi que celle de la Joliette Hopper.

     Les plumes de corps de la dinde, communément appelées "flats" dans le domaine, sont aussi utilisées avec avantage pour la fabrication de certaines artificielles; surtout les mouches sèches à ailes en éventail. Ces plumes sont courtes mesurant environ 3 pouces en longueur, et leur extrémité est droite. Elles sont également utilisées pour la fabrication des ailes de mouches sèches de type "No-hackle".
 
PLUMES DE PINTADE

     La plume de pintade à son état naturel prend la couleur de gris très foncé presque noir, et elle est parsemée de points blancs. Elle est aussi disponible dans certaines couleurs teintes et son utilisation est populaire pour la fabrication d'imitation de pattes de nymphes et comme gorge sur plusieurs mouches à saumon. Elle est avantageuse pour ce genre d'utilisation à cause de son aspect réaliste.
 
PLUMES DE QUEUE DE PAON

     Les fibres de la plume qui provient de la queue de paon sont utilisées couramment pour la fabrication d'artificielles en général et se classent comme un des matériaux les plus versatiles. En effet, ces fibres peuvent être utilisées pour former le corps, l'élytre ou les ailes de mouches particulières.
 
     Utilisée à son naturel, cette fibre formera des corps plus ou moins volumineux; débarrassée de son "velours", elle formera de très minces corps pour l'imitation de "midges" ou maringouins.
 
     La plume en question est disponible en longue tige ou en sachet. Elle prend la couleur de vert et possède quelquefois des reflets de bleu, d'or ou de bronze.
 
     Une plume qui est moins souvent utilisée, mais qui a sa particularité spécifique, est celle qui provient des flancs de paon; celle-ci s'appelle plume de sabre de paon ou "peacock sword" et elle est de couleur vert métallique. Les fibres se retrouvent sur un côté de la tige et sont de longueurs variées. Ces fibres sont utilisées pour la fabrication de la queue de la nymphe "zug bug" et pour la fabrication de plusieurs types de mouches à truite et à saumon.
 
PLUMES D'AUTRUCHE

     Les fibres de plumes d'autruche sont utilisées en général pour la fabrication de collets sur certaines nymphes ou larves, et pour constituer la touffe sur plusieurs mouches à saumon.
 
     À son état naturel, cette plume peut être disponible en blanc, noir, gris ou chinchilla.
 
     Vous pouvez de plus vous la procurer dans une multitude de couleurs teintes.
 
PLUMES DE MARABOU

     La plume de marabou à son état naturel prend la couleur du blanc et elle est également disponible dans une multitude de couleurs teintes. La fibre de cette plume est très délicate et souple, et est utilisé exclusivement pour la fabrication de mouches noyées, nymphes ou streamers car ce matériel absorbe l'eau.
 
     L'utilisation de la plume de marabou dans la fabrication de ces types d'artificielles assurera à ces dernières une apparence de vie, grâce à la grande flexibilité de ce matériel qui s'anime continuellement dans l'eau.
 
FAISAN À COLLIER

     Les plumes de cet oiseau, quoique peu utilisées et rarement disponibles en magasin, sont très versatiles pour la fabrication de plusieurs types de mouches noyées de toilette non conventionnelle. Cependant, très peu d'artificielles classiques décrites dans les livres nécessitent ce matériel.
 
     Les plumes de faisan offrent une variété de couleurs vous permettant d'imiter plusieurs types d'insectes aquatiques et même certains menés. Elles se présentent en une grande variété de formes et de longueurs différentes, augmentant ainsi vos possibilités de créations personnelles.
 
     La queue de cet oiseau est d'un brun roux et présente à certains endroits des teintes de lavande. Les fibres de la plume de la queue sont utilisables pou r la fabrication de queues de nymphes et de noyées, et quelquefois pour certaines mouches, à saumon. Les plumes de cet oiseau sont, à mon avis, sous-exploitées en technique de montage de mouches, car elles offrent un grand potentiel d'utilisation.
 
FAISAN ARGENTÉ

     Les plumes du corps de cet oiseau sont les plus souvent utilisées. Elles sont généralement de forme ovale et de couleur blanche rayée de fines barres noires. Certains oiseaux possèdent des plumes rayées de façon plus intense.
 
     L'utilité première de ces plumes est au niveau des joues ou des côtés de certains streamers comme le Gray Ghost et elles, se retrouvent également dans les matériaux de fabrication de certaines mouches à saumon.
 
     Les plumes d'ailes peuvent aussi être avantageusement utilisées, malgré que peu de modèles nécessitent ce matériel.
 
FAISAN DORÉ

     Le camail de l'oiseau est surtout recherché car il contient la crête dorée ainsi qu'un grand nombre de plumes de couleur orange traversée de rayures noires.
 
     Ces plumes orangées sont utilisées pour la fabrication de la queue de la fameuse. Royal Coachman et de plusieurs mouches à saumon. Les plumes de la crête sont d'une consistance particulière qui leur, donne une translucidité exceptionnelle. Cette plume est d'ailleurs utilisée comme queue et coiffe sur un grand nombre de mouches à saumon, ainsi que dans le montage du streamer Gray Ghost…
 
     Les plumes du corps de l'oiseau sont rarement mentionnées en terme de montage de mouches, mais elles sont d'une variété de couleurs et de formes permettant plusieurs possibilités.
 
COQ DE SONNERAT ou "JUNGLE COCK" 

     Les plumes de cet oiseau sont tellement recherchées qu'elles valent quasiment leur pesant d'or. L'oiseau en question fut menacé d'extinction il y a quelques années et, de ce fait, le commerce de sa plume fut restreint; de nos jours, la rareté en fait un matériel exceptionnellement dispendieux. Le prix d'une peau de cou de cet oiseau peut varier entre 100$ et 175$ et plus, dépendant de la qualité des plumes.
 
     La plume en elle-même est noire et comporte un dessin particulier de couleur blanc et orange. Elle possède une apparence exceptionnelle en ce sens qu'elle semble être cirée. Elle est plus souvent utilisée pour l'imitation de l'oeil sur plusieurs mouches à saumon et streamers.
 
FAISAN LADY AMHREST

     Les plumes du cou de cet oiseau ressemblent étrangement à celles retrouvées sur le cou du faisan doré, à l'exception qu'elles sont blanches avec des rayures noires et que la crête est bourgogne.
 
     Cet oiseau est aussi menacé d'extinction et protégé; sa disponibilité est donc restreinte. Sa plume ne servira par contre que dans le montage de certaines mouches à saumon, telle la Lady Amherst, qui porte le nom du matériel utilisé pour la fabrication de son aile.
Page 9 sur 12