Sommaire
  1. Anecdotes, Gaspé 1989... Un « Grilse » à Partager
  2. A quel Moment les Saumons sont-ils les plus Mordeurs ?
  3. Bataille avec un Saumon avant le Coucher et Combat de Taureaux au Lever
  4. Belle Journée sur la Rivière aux Rochers
  5. Chant dans l’Azur
  6. Cherchez l’Ombre
  7. Choisir la Bonne Sèche
  8. De l’Action sur la Ouelle
  9. Dommage, sa Ténacité l’A Perdu !
  10. Faits Vécus ; Folle Équipée
  11. Homo Sapiens Vs Salmo Salar
  12. Je Pêche, donc Je Suis !
  13. Jour de Première
  14. La Dartmouth: Une rivière Méconnue
  15. La Force du Nombre
  16. Grande ou Petite Mouche?; Grande ou Petite Rivière?
  17. La Matapédia... Ma Rivière Préférée !
  18. La Matapédia... Ma Rivière Préférée ! (suite)
  19. La Matapédia - Plus jamais!
  20. La Moisie Accessible
  21. La Noce Argentée
  22. La George à la Mouche, un Défi de Taille
  23. La Pause-Santé du Docteur SALMO FLY...
  24. La Pêche du Saumon au Printemps au Québec
  25. La Pêche Miraculeuse
  26. La Rivière Trinité, d'Hier à Aujourd'hui
  27. La « Saumonite » Frappe Encore
  28. La Symphonie… Achevé
  29. La Soie, La Marguerite et les Deux Poids Lourds
  30. Le Baiser d’Adieu
  31. Le Dernier de la «Le Four»
  32. Le Premier Saumon de Marina Orsini
  33. Mais t'es un Millionnaire toé...
  34. Mon Premier Saumon au Québec
  35. Mon Premier Saumon sur la Ste-Marguerite
  36. Notes de Voyage au Cours d'une Pêche au Saumon
  37. On ne dira Jamais Assez ce qu'est ce Sport... Un Absolu!
  38. On n’est pas Sérieux, Quand on est Saumonier ?
  39. Pas Croyable mais Vrai !
  40. Pêche à Gué Vs Pêche en Canot
  41. Pêche sur la Grande
  42. Quand le Saumon Mord-il ? (1)
  43. Quand le Saumon Mord-il ? (2)
  44. Quand le Saumon Mord-il ? (3)
  45. Quant l'Illusion Prend la Mouche…
  46. Que peut-il se passer en Gaspésie en 11 jours ?
  47. Saumons sur Petites Mouches et Petits Avançons
  48. Souvenir de Pêche... La Sorcier de la Rivière
  49. S.V.P. Monsieur...
  50. Un Avant-Midi Palpitant
  51. Un Débutant sur la Rivière Matane
  52. Un Géant de la Matapedia
  53. Un Pêcheur Discret est un Pêcheur Chanceux !
  54. Une Combinaison Rare
  55. Une Descente sur la « Patapedia »
  56. Une Fin de Semaine Fructueuse
  57. Une Histoire de Pêche (Vraie) !
  58. Une Journée sans Saumon
  59. Une Partie de Pêche Pénible
  60. Une Triple Félicité

La Pause-Santé du Docteur SALMO FLY...

    L'été ne sera là que dans quelques jours mais déjà plusieurs d'entre vous ont déjà senti l'eau glacée dans leurs bottes. Pourquoi cet empressement, diront les uns? Pourquoi attendre les beaux jours, diront les autres? Si l'on excepte la contrainte des vacances annuelles pour certains, il existe trois grandes catégories de patients, pardon, de pêcheurs de saumon.

Première catégorie: Les grands malades.

La Pause-Santé du Docteur SALMO FLY...
    D'abord: les « grands malades ». Dès le 31 mai, ceux-ci se dirigent vers «leurs» rivières. Quand l'aube du 1er juin se pointe, nous les découvrons congelés dans l'eau jusqu'à la taille ou grelottant dans le fond d'un canot, quand ce n'est pas carrément à la flotte ...,la violence de la crue printanière leur ayant fait perdre tout ce qui leur restait de dignité humaine.

     Remis du choc glacial, leurs «barres» de graphite propulsent un «streamer» de trois pouces au bout du «vingt livres test», lui-même attaché au câble numéro dix. Tout cet attirail calant est littéralement charrié aussitôt déposé à la surface de l'eau en furie. Quelques saumons sont déjà arrivés mais il est quasiment impossible de les localiser. L'ensemble des éléments naturels jouent contre ces grands malades de la confrérie salmonicole. Pourtant, jour après jour, nous voyons ces hurluberlus se faire violence et s'acharner, dans de l'eau poussiéreuse, à fouetter certains points stratégiques de la rivière. Mais pourquoi donc risquer ainsi d'attraper une grippe, une pneumonie et de prendre un bain glacial paralysant qui aboutira aux rhumatismes? Des études récentes sur le cerveau tendent à démontrer que ces «hommes» (si l'on utilise l'épithète qu'ils s'accolent eux-mêmes) sont soumis dès la lune de mai à un profond stress qui déséquilibre les deux hémisphères cérébraux au point d'activer, chez ces sujets, l'envie de se suicider. Comme ils sont généralement de bons vivants, il est surprenant de constater cette activité du cerveau; elle semble tout à fait démesurée par rapport au stimulus identifié. Le seul remède que ces aventuriers connaissent à leurs troubles « psychologiques » est la prise d'un saumon de trente livres ou plus. Pour plusieurs d'entre eux la guérison se fera attendre…

Deuxième catégorie: Les souffrants.

La Pause-Santé du Docteur SALMO FLY...
     La deuxième catégorie de pêcheurs de saumon, les « souffrants », est atteinte du même mal que la première. La maladie n'apparaît toutefois qu'à la lune de juin, soit celle qui précède généralement les grandes montaisons de saumon. Le déséquilibre au cerveau ne pousse toutefois pas ces sujets au suicide; ils deviennent plutôt enclins à l'oisiveté et à la paresse. La première phase de leur maladie influence à la baisse leur rendement au travail; ils regardent à tous les jours l'équipement de pêche soigneusement astiqué depuis des semaines. Ils voudraient dormir 24 heures par jour pour fuir le temps et pour accumuler les heures de sommeil qu'ils perdront en juillet à la pêche au saumon. Le seul calmant à leur détresse provient de la quête d'information, durant le mois de juin, concernant l'état des montaisons de saumon sur leurs rivières préférées. Les effets secondaires de ce médicament sont toutefois nombreux et variés: l'excitation, l'envie, le désespoir, la colère, l'espoir, etc.. Puis, quand vient l'heure d'intervenir directement sur la maladie (fin juin - fin juillet), ils retrouvent curieusement toute leur énergie. Nous les voyons, tôt le matin, la fleur de l'oreiller encore gravée dans la figure, tenter délicatement de provoquer le roi par des présentations légères et dignes des Grands ballets canadiens.

     Sous le soleil de plomb de l'Angélus, plusieurs désertent la rivière pour d'autres plaisirs, dont ceux de la sieste, de l'apéro, de...; ils ne réapparaîtront qu'en fin d'après-midi, gonflés à bloc malgré leurs insuccès matinaux. Qu'il y ait capture ou non, nos amis(es) terminent la dure journée par un repas bien arrosé tout en décrivant, avec amples détails, l'aventure consacrée à la guérison de la maladie.

     L'ensemble de ces mesures prophylactiques n'assure toutefois pas le rétablissement des «souffrants». Cela permet tout au plus à la pathologie d'améliorer ses diagnostics et ses pronostics concernant l'évolution de ce «stress-luno-cérébral». Après plusieurs jours de cette médecine paradisiaque, certains patients atteignent un haut degré de sevrage et peuvent ainsi reprendre leurs occupations journalières pour onze mois. Pour les autres, elle ne fait malheureusement qu'atténuer la douleur et la rendre supportable pour les mois d'hiver.

Troisième catégorie: Les incommodés.

     Nous pouvons identifier la troisième catégorie, les «incommodés», par le remède qu'ils utilisent Juin étant trop froid et juillet trop chaud, ces demi-malades utilisent une médecine douce. Us sont là en août, dans un climat plus tempéré, à déposer inlassablement des sèches sur des groupes de saumons «brunis» en espérant qu'un «frais» y soit présent La plupart ont été atteints directement ou indirectement par contagion; la maladie ne prend toutefois pas, chez ce groupe, de proportion alarmante. Quelques jours de détente et de paix rétablissent généralement l'équilibre de ces «granolas» du saumon. Il est cependant inquiétant de noter un accroissement du nombre de personnes atteintes par contagion ; certaines même seront plus tard affectées par les lunes de mai ou de juin, démontrant ainsi hors de tout doute que la maladie n'est pas héréditaire.

     En terminant, je prie la lectrice ou le lecteur de ne pas m'en vouloir si je n'ai pu cette fois traiter de son cas spécifique. Vous savez qu'entre malades chroniques, il est difficile d'évaluer notre misère humaine.

référence

» Par Clermont Grand'Maison
» Potos Clermont Grand'Maison
» Salmo Salar #21, Été, Juin 1990.
Page 23 sur 60