Être un Nain aux Pieds des Géants ! par Pierre Manseau

    Chaque fois que je reviens sur cette rivière, d’impérissables souvenirs se bousculent dans ma tête. Son décor est sans doute l’un des plus spectaculaires en Gaspésie. Lorsqu’on pêche le secteur aval, on se sent comme un nain, blotti à l’ombre des impressionnants massifs des Chic-Chocs. La rivière serpente au travers des montagnes, en rapides, fosses et cascades, offrant un spectacle toujours différent d’une fosse à l’autre, mais tout aussi grandiose.

Être un Nain aux Pieds des Géants !
     Tout le monde se souvient de la première fois… La première fois, c’était le 2 juillet 1980. En compagnie d’un ami de la famille peu familier avec les aléas de la pêche au saumon, nous avions fait un aller-retour éclair d’une journée, après un trajet effectué en un temps record (c’est qu’il conduisait bien vite l’ami…).

     Oh là là! Aller à la pêche au saumon en Corvette… c’était pour le moins spécial, surtout pour l’ado que j’étais. Le genre de « trip » où tu aimerais croiser tes « chums ». Cette fois-là, sans trop savoir où aller, nous nous étions retrouvés sur la fosse au Fer. Le temps de traverser la rivière et de prendre position à la sortie du rapide, et hop, un splendide dibermarin s’était laissé tenter, suivi par son compagnon de voyage quelques minutes plus tard! Malheureusement, cette fosse a bien changé depuis…

    L’année suivante, j’avais fait une courte escale d’une journée accompagné de mon père, pour qui c’était l’initiation à la pêche au saumon. C’était en fin juillet, la rivière était gonflée par d’abondantes pluies reçues les jours précédents. Que j’aimerais revoir ce genre de conditions aux mêmes dates, avec la connaissance de la rivière que j’en ai aujourd’hui…Nous étions revenus bredouilles côté saumon, mais avec tout de même une bien belle truite de mer, dans les trois livres.

Pierre Manseau, rivière Sainte-Anne en Gaspésie
     Par la suite, j’y ai fait quelques visites sans grand succès, si ce n’est un grilse avec mon ami Jean-Pierre Deschênes, lui-même ayant réussi la capture d’un mâle dans les 8-9 lbs. Puis la date de fermeture de la rivière fût retardée à septembre. Jean-Pierre m’avait déjà mentionné que lors de l’installation d’une barrière de comptage les années précédentes, on avait observé d’importantes montaisons en septembre. Cette année-là, accompagnés de Pierre Tremblay (le mouchologue), nous avions connu un week-end automnal pour le moins fantastique! Nous nous étions partagés plus d’une douzaine de captures en trois jours, la plupart graciées.

    Décidément, la pêche de septembre sur cette rivière était TRÈS intéressante.

    Sans connaître de tels succès à chaque année, disons que, depuis, plusieurs sorties à cette période tardive de la saison m’ont procuré des sensations aussi fortes que nombreuses. Je pense entre autres à ce beau samedi de la Fête du travail, il y a trois ans, lorsqu’en compagnie de Sandra, nous avions capturé quatre saumons et un stealhead de près de douze lbs en une seule journée. La capture de cette espèce est par contre exceptionnelle et un événement isolé.

rivière Sainte-Anne en Gaspésie
    En ce qui concerne les fosses productives à cette période de l’année, les fosses classiques de rétention telles que la Castor, la Pins ou la Wilson sont toujours productives. Mais avec des conditions d’eau automnales parfois gonflées par la pluie, la plupart des fosses peuvent donner un succès intéressant, de sorte que leur prospection est toujours judicieuse. Des fosses telles que Bouleau, Islet, Pierre Blanche, Phyllis, Low, Beaumont, Roche, Petit Islet, Ret, Cécile, etc.

    Pour les mouches, celles qui m’ont toujours rendu de bons services sont les Black Dose, Undertaker, Rimouski Spéciale, Green Machine dans des tailles variant de 4 à 10. La présence de truites de mer parfois imposantes incite à l’utilisation de streamers de manière à être efficace pour les deux espèces. Dans ce cas, mon choix se porte généralement sur les Tiger Ghost, Magog Smelt et Muddler Minnow, de tailles variant entre 2 et 6. L’utilisation de Woolly Bugger peut aussi s’avérer productive, tant pour la truite que pour le saumon. À la sèche, les « oiseaux » de teintes aqua/badger, blanc/badger, brunes et blanches ainsi que vert foncé/brun sont parmi mes préférés.

rivière Sainte-Anne en Gaspésie
     Côté hébergement, quelques chalets sont disponibles pour location près de la rivière, entre autres près des fosses Castor, Wason et Jean. Destination Chic-Chocs a aussi des chalets disponibles au Petit Sault et offre depuis quelques années la « Vielle École » en services tout inclus (hébergement avec guide) et aussi le Chateau Lamontagne.

    Le secteur aval de la Sainte-Anne est contingenté sur toute sa longueur. Quatorze pêcheurs y sont admis quotidiennement, soit huit grâce à des réservations hivernales obtenues via le tirage au sort du 1er novembre, et six disponibles par un tirage tenu 48 heures avant la pratique de la journée de pêche. En août et septembre, il peut tout de même être judicieux de vérifier avec l’accueil, puisqu’il est fréquent que des perches du contingent pouvant être réservées en hiver soient disponibles.

     Une fois sur place, vous croiserez sans doute le très sympathique Michel Leclerc, propriétaire d’un chalet sur la fosse Castor, guide et assistant à la conservation sur la rivière. N’hésitez pas à vous entretenir avec lui, il est généralement très généreux de ses conseils.

     Pour plus d’informations sur la rivière Sainte-Anne, vous pouvez contacter Destination Chic-Chocs inc. au 1-888-Ste-Anne (1-888-783-2683) ou par courriel à l’adresse info@rivieresteanne.com

     Bonne pêche!

Références

» Texte et photos: Pierre Manseau (été 2007).
» FQSA
Page 5 sur 28