Bâtissons la Relève par l’Éducation

     L'éducation des jeunes est un excellent moyen de s'assurer que nos enfants reçoivent les valeurs que nous considérons comme étant justes. Parmi celles-ci, s'il en est une qui est juste aux yeux d'un saumonier, c'est bien la conservation de la ressource saumon. C'est pour cette raison que nous avons décidé, aux Escoumins, de nous engager concrètement dans un projet d'éducation auprès des jeunes de 4e année du primaire.

Bâtissons la Relève par l’Éducation
     Je cherchais depuis longtemps un moyen de faire prendre conscience aux jeunes de la nécessité de protéger la ressource saumon, d'autant plus qu'une magnifique rivière coule en plein milieu de leur village.

     Alors un soir, j'ai demandé à ma fille Catherine, âgée de dix ans, si elle aimerait participer à un programme d'ensemencement de saumonneaux dans la rivière. Elle me répondit immédiatement: «j'comprends, qu'ça s'rait cool».
Son enthousiasme immédiat me prouvait que ce genre d'activité allait plaire aux jeunes. J'en parle à mon épouse, Annie, qui connaît la pédagogie beaucoup mieux que moi. Elle m'apprend alors que ce genre d'activité devrait se faire en trois étapes.

     La première partie, théorique, permet aux jeunes de se familiariser avec le saumon, le cycle de reproduction, les habitats, les migrations, etc. Tout cela peut se faire dans un langage simple, avec des exemples au tableau noir et une carte géographique. La deuxième partie, pratique, permet aux jeunes de visiter la pisciculture, de nourrir les tacons et, deux par deux, d'aller déposer dans la rivière trois à quatre saumonneaux chacun. La troisième partie comprend un retour sur l'activité où les jeunes font un résumé permettant de mesurer le degré d'assimilation des connaissances acquises au cours de l'activité.

Bâtissons la Relève par l’Éducation
     Je fais donc la proposition à Andrée Boulianne, le professeur de 4e année. Après avoir obtenu l'autorisation du directeur, il accepte de me prêter sa classe pour un avant-midi. L'activité est prévue pour le 18 mai, ce qui coïncide avec l'ensemencement des saumonneaux.

     Je peux vous dire que l'expérience a été un succès sur toute la ligne. Les élèves étaient très attentifs lors de la partie théorique mais, bien sûr, ils ont préféré la partie pratique. De retour en classe pour le bilan, j'ai pu apprécier leurs nouvelles connaissances et j'ai été surpris de ce qu'ils avaient retenu.

     Quelques jours après l'activité, ma fille me remet une enveloppe de la part de son professeur. Elle contenait des dessins de chaque élève. Chacun avait illustré ce qu'il avait retenu de l'activité. L'envoi contenait également une demande pour renouveler l'expérience l'an prochain. Mous avons alors décidé d'exposer les dessins au poste d'accueil, pour que nos usagers constatent l'intérêt de nos jeunes pour le saumon et, surtout, pour qu'ils voient avec quelle facilité on peut les sensibiliser en leur permettant de prendre part à des activités de ce genre.
 
     La sensibilisation à la conservation a par contre ses petits inconvénients. Quelques jours plus tard, ma fille et moi étions partis pêcher à la truite pour un repas. Ma fille, qui n'en mange pas, voulait remettre ses poissons à l'eau! Comme la pêche n'était pas trop facile, j'ai dû alors la supplier pour qu'elle m'en fasse cadeau...

     Mais, tout compte fait, mieux vaut trop que pas assez dans le domaine de la conservation.

     Salarment vôtre !

référence

» Texte André Desmeules
» Photos Jean-Marie Bélisle
» Salmo Salar #40, Automne 1995.
Page 2 sur 13