Initier ses Enfants à la Pêche, du Rêve à la Réalité

     Tout saumonier, dès qu’il devient parent, rêve d’initier son enfant à la pêche au saumon. Il s’imagine les deux pieds dans la rivière, lançant sa mouche sous le regard admiratif et intéressé de son rejeton…

Initier ses Enfants à la Pêche, du Rêve à la Réalité
     Les pêcheurs de saumon sont généralement bien pourvus de patience. Toutefois, l’impatience de partager sa passion avec son enfant constitue un tout autre défi à surmonter ! Car repérer les saumons, arpenter les fosses pendant de longues journées sous le soleil brûlant ou la pluie battante, accepter de moucher toute une journée sans voir le moindre bouillon, manipuler sans danger pour les autres une canne à moucher, maîtriser le lancer, etc. , cela ne s’apprend pas en un jour !

     En plus de grandes doses de patience, cet enseignement demande beaucoup de persévérance à l’entraîneur et à son élève. Les enfants sont souvent découragés par les subtilités de la pêche à la mouche en rivière, par les efforts à y mettre pour acquérir une certaine autonomie, ainsi que par les redoutables kilomètres de route à parcourir. Mais en revanche, ces voyages de pêche avec nos enfants sont des occasions privilégiées de découvrir de magnifiques régions du Québec et de passer du bon temps en famille dans la nature.

    Si les rivières offrent aux enfants roches, bouts de bois, insectes, papillons, cachettes et ruisseaux pour s’amuser, elles peuvent aussi nous inviter à des activités inattendues, comme ce fut le cas lors de notre passage sur la rivière Grand-Pabos Pabos-Nord en Gaspésie.

     Après un avant-midi de leçons de pêche sur cette petite rivière à l’eau claire, alors que les saumons n’étaient pas au rendez-vous et que nous étions le seul groupe de pêcheurs, nous avons décidé de partir en exploration vers l’aval. Comme c’était une chaude journée d’été, les enfants se sont délestés de leur attirail de pêche et ont adopté le maillot de bain et les sandales « qui vont dans l’eau ». Nous autres parents, encore confiants, avons conservé nos bottes et nos cannes et, marchant devant, nous tentions notre chance dans chaque nouvelle fosse rencontrée. Les enfants avaient un plaisir fou à marcher dans la rivière, à se laisser porter par le courant et à se baigner dans les fosses qui ressemblaient souvent à des piscines naturelles. Leur plaisir a été tellement contagieux que nous nous sommes bien vite retrouvés tous les 5 à faire saucette dans le plus simple appareil...

     L’initiation à la pêche nous réserve parfois de bien agréables surprises !

Références

» Texte Geneviève Roy.
» FQSA
Page 4 sur 9