Les Caprices de la Nature

     Plusieurs saumoniers du Québec se rappellent de l'été 1995 comme une saison très difficile. Au congrès de la FQSA. À cet effet, Gilles Shooner a donné en cadeau à François Caron une boule de cristal dans une boîte noire pour permettre à François de comprendre ce qui se passe en mer et de faire des projections sur les retours pour 1996. François, sans l'aide de la boule de cristal à Gilles, a quand même projeté un retour un peu plus faible pour 1996 dans l'ensemble des rivières du Québec. Quant à ceux qui prédisent la température, ils nous annoncent un été chaud avec peu de précipitations. Donc, l'été 1996 sera une réplique de celui de 1995.

Les Caprices de la Nature
     Dans le but de vous préparer à subir une autre saison difficile pour la pêche au saumon, vos humbles serviteurs vous informent sur les différentes pratiques à observer pour optimiser vos chances de succès pour la saison 1996. Le défi étant encore plus grand, il faut se préparer davantage.

     « Le saumonier ne doit pas modifier l'environnement visuel du saumon, sauf avec sa mouche. »

     Toutes les façons de faire qu'on va vous décrire vont vous permettre d'appliquer cette règle capitale.

Les vêtements

     Lorsque vous vous retrouvez devant votre garde-robe et que vous choisissez des vêtements pour vous rendre à la pêche au saumon, pensez comme un caméléon. Recherchez des vêtements qui vous serviront de camouflage sur les bords de la rivière et évitez le plus possible les couleurs vives. Les couleurs les plus intéressantes demeurent les verts, les gris et les vêtements de couleur sable. Surveillez aussi la possibilité de reflets que peuvent occasionner des objets de métal sur vos vestes de pêche. Donc la règle : « Pensez en caméléon ».

Les équipements

     Lorsque l'on fait référence aux équipements de pêche à employer en période de conditions difficiles, il faut penser à obtenir l'équilibre le plus parfait possible entre vous et votre équipement. Cela vous aidera à obtenir le maximum de précision et d'efficacité dans vos lancers.

     Recherchez l'efficacité de vos présentations en essayant de modifier le moins possible l'environnement visuel du saumon convoité.

     Le point le plus important est sans contredit qu'il faut, dans des conditions difficiles, augmenter la longueur des avançons d'au moins une fois et demie la longueur de votre canne. Vous croyez qu'il s'agit d'en accessoire ? Détrompez-vous car l'avançon est un peu le plateau de cristal sur lequel vous présentez la mouche au saumon. Rendez-lui grâce de sa souplesse et de sa résistance lors des fugues et des bonds capricieux du saumon. L'avançon, dans toute son humilité, est bien reconnaissant pour être si souvent oublié !

Les Caprices de la Nature
La profondeur de l'eau par rapport à la vision du saumon

     Le moyen le plus efficace de déterminer l'environnement visuel du saumon est d'estimer la profondeur de l'eau où se trouve le ou les saumons.

     Le diamètre du « cône » de vision à la surface est approximativement le double de la profondeur à laquelle se trouve salmo salar.

     Donc, lorsque vous avez localisé un saumon, prenez le temps d'observer et de repérer le cône de vision et cherchez à présenter la mouche, à des vitesses différentes, uniquement dans ce cône de vision. Vous augmenterez ainsi vos chances de succès.

Théorie solunaire et marées

     La lune agit sur la vie terrestre. Lorsqu'elle est pleine, les poissons peuvent manger toute la nuit ; les flancs de leurs proies reflètent les rayons lunaires. À la nouvelle lune, la nuit est sombre ; ils ne peuvent manger. Au matin, ils sont affamés.

     On sait que l'influence de la lune provoque le phénomène des marées qui a des conséquences directes sur la pêche. En effet, quand la marée est haute, les poissons entrent dans une période de très grande activité.

     Dans des conditions difficiles de pêche, il est donc capital de connaître la période intense d'activités occasionnée par les marées et de planifier notre journée de pêche en considérant cette période.

     Les changements des phases de notre satellite doivent être considérés en période difficile pour augmenter nos chances de succès.

Les Caprices de la Nature
L'approche de la rivière

     Un des paramètres les plus importants est sans doute la façon de s'approcher de la fosse où se repose le saumon. Quelques pêcheurs vont sûrement nous qualifier de perfectionnistes, mais je peux vous assurer que l'approche de la rivière est aussi très déterminante dans des conditions difficiles.

Considérations générales :

     - persévérance, détermination et finesse sont les vertus du pêcheur de saumon ;
     - faites ce que la situation exige et non ce que tout le monde fait ;
     - les mouches qui demeurent dans votre boîte ne prendront pas de saumon ;
     - chaque lancer, quel qu'il soit, peut être le bon ;
     - une bonne présentation à 40 pieds vaut mieux qu'un « plouf » désastreux à 80 pieds ;
     - commencer à « moucher » un saumon avec une petite mouche est rarement une erreur ;
     - un saumon en eau profonde égale un saumon peu « mordeux » ;
     - la mouche est la première pièce d'équipement, et la seule si possible, que le saumon devrait voir.

     La première chose à vérifier est l'orientation du soleil, et ce, pour deux raisons très importantes. Premièrement, est-ce que je vais faire de l'ombre dans la fosse en regard de l'orientation du soleil ? Deuxièmement, est-ce que je suis placé du bon côté de la rivière pour que salmo salar, lorsqu'il va prendre la mouche, ne soit pas aveuglé par le soleil?

     Donc il faut observer dans quelle position on se trouve par rapporta l'orientation du soleil.

     Dans des conditions d'eau basse et claire, on vous recommande de ne pas entrer dans l'eau pour effectuer vos lancers ; demeurez plutôt sur la berge. Dans ces conditions, une paire de verres polarisés va vous permettre de repérer les saumons ; à la suite de vos observations, vous pourrez pêcher de façon intelligente notre roi des eaux.

     Pêcher avec confiance est sûrement une condition importante lorsqu'on se trouve dans des conditions difficiles car, à ce moment-là, on est beaucoup plus concentré sur tous les détails techniques de la pratique de la pêche au saumon.

    Il faut toujours chercher à ce que ce soit la mouche qui pénètre en premier dans la vision du saumon.

     Quelle est la meilleure mouche en conditions difficiles ? La meilleure mouche est celle que le saumon daigne bien prendre.

     Bonne saison !

référence

» Texte et photos Pierre-Paul Turcotte et Bernard Beaudin
» Salmo Salar #45, Été 1996.
Page 8 sur 12