Stratégie de Pêche à la Sèche

     Règle générale:

          1. Liberté d'action de la mouche.
          2. Discrétion des présentations.
          3. Parcours en couloir d'aval vers l'amont.

Stratégie de pêche à la sèche
1. Liberté d'action de la mouche

     La mouche doit flotter à la surface de l'eau le plus librement possible comme si elle dérivait sur l'eau, libre de toute attache comme une mouche naturelle. Pour arriver à ce résultat l'avançon doit absolument être de petite dimension et proportionné à la mouche.

Exemple:

     Mouches n° 2 et 4; avançon 10 livres.
     Mouches n° 6 et 8; avançon 8 livres.
     Mouches n° 10 et 12; avançon 6 livres.
     Mouches n° 14 et 16; avançon 4 livres.

     Nous recommandons des avançons d'au moins dix pieds de longueur.

Deux types de nœuds peuvent être utilisés.

     Le nœud d'anguille amélioré (illustration 1): très solide et offrant un peu de liberté à la mouche.
Le nœud de la liberté (illustration 2) : grande solidité et offrant une totale liberté à la mouche; nous le recommandons pour les mouches n° 6 et plus petites. La boucle créée par ce nœud permet à la mouche de sautiller en surface de l'eau comme libre de son attache.

     Pour flotter, la mouche doit d'abord être de bonne fabrication et Denys Poirier vous donne les caractéristiques indispensables sur ces merveilles de l'art halieutique dans sa chronique « Mouche-au-logis ». Ainsi, bain de paraffine chaude, application de silicone liquide ou en pâte ne suffiront pas à faire flotter une mouche de mauvaise fabrication. Choisissez d'abord une mouche pour ces qualités: une grande quantité de hackles rigides et une bonne attache à la hampe de l'hameçon. Les produits de flottaison en pâte avec silicone sont très populaires et efficaces. Mais ne « beurrez » pas vos mouches, une application légère est suffisante.

     La dérive se fait sans aucune tension sur la soie ni aucun effet de drague ou sillage en forme de «V» derrière la mouche à la surface de l'eau.

2. Discrétion des présentations

     Vous voyez les saumons, mais eux, vous ont-ils vu? Soyez très prudent, un saumon qui a vu le pêcheur, a de très forte chance de ne pas prendre la mouche surtout s'il est dans une zone d'eau lisse de la fosse là où la sèche est souvent la plus efficace. Portez des couleurs discrètes non contrastantes avec le fond apparent pour le saumon, qui est généralement la bordure forestière de la rive.

     La soie doit être pâle comme le ventre des oiseaux marins ou comme le ciel d'où vient la lumière. Là aussi, il faut faire attention au contraste révélateur de notre présence. Seule la mouche doit avoir cette qualité d'un contraste naturel et provocateur pour le saumon. Il ne faut pas oublier l'ombre que l'on peut faire lorsque le temps est ensoleillé. Si la rive le permet, ne pas entrer dans l'eau pour présenter vos mouches à Salmo salar. Si vous le devez, assurez-vous de le faire le moins profondément possible.

Parcours en couloir d'aval en amont
     La présentation se fait en parachute et non en bombe éclaboussante. Comme nous le disions dans l'article précédent, une soie double fuseau de faible poids n° 5 ou n°6 ou une soie plus lourde n° 8 ou n°9 mais que l'on bloque dans sa course à quelques pieds au-dessus de l'eau vous assurera d'un dépôt délicat. La mouche doit se poser «comme un baiser à la surface de l'eau», nous disait un guide et ami, François O'Neil. Pour sa part, Lee Wulff disait: «Il faut que la mouche flotte le plus haut possible sur la surface de l'eau».

     La mouche doit toujours précéder la soie pour que le saumon soit surpris par la flotteuse et non apeuré par le long serpent filiforme. D'où la stratégie du couloir et du déplacement d'aval vers l'amont. Comme dernier élément de discrétion, il faut faire autant attention au retrait de la mouche qu'à sa présentation.

3. Parcours en couloir d'aval en amont

     Cette technique de prospection d'une fosse, pour trouver le saumon preneur nous apparaît la plus efficace et la plus systématique pour couvrir une fosse.

     Débutez la pêche en aval de la fosse en bas des premiers saumons vus ou potentiellement présents. Présentez la mouche dans un couloir imaginaire parallèle à la rive à vingt pieds ou moins de vous, dépendant de la configuration de la rivière et de la berge. Présentez vos mouches dans ce couloir, de trois pieds en trois pieds, d'aval en amont, jusqu'à l'atteinte de votre limite de présentation délicate.

     Sans changer de position sur la rive, imaginez un autre couloir parallèle à la rive mais, cette fois-ci, à vingt-cinq pieds de vous. Répétez les lancers en partant du bas du couloir en le remontant avec des présentations espacées d'environ trois pieds. Vous faites autant de couloirs que la largeur de la fosse l'exige ou aussi loin que votre capacité à bien présenter la mouche vous le permet.

     Une fois cette surface couverte, déplacez-vous vers l'amont de cinq à dix pieds et répétez l'opération couloir et ainsi de suite. Vous aurez couvert toute la fosse sans faire voir votre soie avant la mouche au saumon preneur qui aura ainsi saisi votre flottante.

     La prospection d'une fosse se fait d'aval en amont en suivant des couloirs imaginaires. Dans cette série, le pêcheur remonte vers la roche en avant-plan et la dépasse.

référence

» Texte et photos Bernard Beaudin et Pierre-Paul Turcotte
» Salmo Salar #37, Hiver, Décembre 1994.
Page 2 sur 12