Stratégie Générale de Pêche à la Noyée

     La pêche à la mouche noyée s'effectue de l'amont vers l'aval. Au printemps, lorsque l'eau est vive et haute, la soie est emportée par le courant rapide. Généralement l'action de la mouche est bonne et les erreurs de lancers sont corrigées par la vivacité de la rivière. Ce qui n'est pas le cas en eau moyenne et basse. Dans ces conditions, les remous sont plus abondants et la soie n'est pas entraînée sur toute sa longueur par des vitesses de courant constantes. Il faut alors corriger en amendant ou en activant la soie. Ce que nous verrons plus loin.

L’École de Pêche (5) Stratégie Générale de Pêche à la Noyée
Un lancer six pouces ou trois pieds

     Lorsque nous descendons une fosse, doit-on effectuer un lancer, deux lancers, trois lancers puis descendre de six pouces ou trois pieds?

     Imaginons que vous êtes précédé dans une fosse par un compagnon qui fait trois lancers puis descend de six pouces. Si vous êtes comme nous, l'impatience va vous envahir et vous allez sortir de la rivière où faire dériver rapidement votre mouche dans ses bottes. Du point de vue des pêcheurs qui suivent une telle lenteur d'exécution de la pêche, c'est l'enfer!

     Mais, qu'en est-il du point vu du poisson? En eau normale, le poisson voit bien plusieurs pieds devant lui et nous convenons qu'il nous faut stimuler chez lui un réflexe qui lui fera saisir la mouche, notre expérience nous a démontré que le plus sûr moyen de stimuler ce réflexe est l'effet de surprise.

     Par voie de conséquence, le " trois lancers six pouces " est probablement le plus sûr moyen de ne pas stimuler ce réflexe car il est impossible d'avoir un effet de surprise avec une telle stratégie de pêche, à moins que le premier lancer soit le bon.

     Cette technique permet sûrement de prendre des poissons, mais pas autant et pas aussi fréquemment qu'un lancer suivi d'une descente de deux pieds vers l'aval de la rivière. En eau claire, un lancer tous les trois pieds est suffisant et l'effet de surprise est préservé. Ainsi, vous irez plus vite et pourrez passer deux mouches différentes dans la fosse, augmentant ainsi vos chances de succès. Deux mouches présentées de trois pieds en trois pieds valent mieux qu'une présentation de six pouces en six pouces. Essayez cette stratégie et faites-nous part de vos commentaires.

L’École de Pêche (5) Stratégie Générale de Pêche à la Noyée
     Cette théorie vaut pour des conditions d'eau normale. Mais, si l'eau devient sale ou turbide, il faut parfois prospecter la fosse de six pouces en six pouces pour susciter le réflexe.

Profondeur de la mouche

     En eau basse et moyenne, la mouche devrait nager de deux à six pouces sous la surface. Plus elle est grosse et lourde, plus elle calera; mais, plus le courant est rapide, moins elle calera. Ainsi, plus la vitesse d'écoulement de l'eau est rapide, plus la mouche doit être grosse pour caler. Quand on parle de grosses mouches, on entend les #2 et #4; les moyennes sont les #6 et #8 et les petites sont les #10, #12 ou plus.

     Soyez attentif cependant car, dans une même fosse, la vitesse du courant peut varier considérablement. Parfois, la queue d'une fosse se termine par un rétrécissement, donc par une forte augmentation de la vitesse de l'eau. N'hésitez pas, changez alors de mouche pour une plus grosse. Lorsque le fond remonte, cela produit un beau ciré, la vitesse d'écoulement de l'eau augmente et votre mouche #10 qui travaillait bien avant fait maintenant un sillon en surface. C'est fréquent, et II vous faut alors changer de mouche pour une plus grosse. L'utilisation d'avançon calant peut toutefois aider à maintenir la mouche à la bonne profondeur.

     Plus encore, l'utilisation d'un avançon calant ou d'une soie à bout calant dans des conditions normales peut avoir un effet de surprise foudroyant sur le saumon. Même Pierre Tremblay, notre communicateur, peut témoigner d'un beau saumon de onze livres pris cet été sur la "Gaudreau" avec une mouche présentée au bout d'un avançon calant.

L’École de Pêche (5) Stratégie Générale de Pêche à la Noyée
Lancer long ou court

     La longueur du lancer a une incidence sur la vitesse de défilement de la mouche devant le saumon. Nous croyons que cette vitesse est déterminante pour stimuler le saumon. Par le fait même, la longueur des lancers modifie cette vitesse.

     Dans un rapide, si vous lancez court et que vous devez rejoindre les saumons situés sur l'autre rive, la soie sera emportée vivement en raison du grand angle d'attaque offert au courant. L'effet sera une mouche qui défile trop rapidement. Il faut alors rallonger les lancers et diminuer ainsi l'angle d'attaque du courant sur la soie pour obtenir la vitesse désirée.

     Prenons par exemple un courant normal. Il est recommandé alors de lancer à 45° par rapport au courant, ce qui est un angle d'attaque normal. Si le courant est fort, il faut diminuer l'angle et tendre vers 50° et parfois moins. Avec cette angle, les lancers doivent être allongés pour couvrir toute la largeur de la fosse. Plus loin, le courant pourrait diminuer de vitesse si la fosse est plus creuse; il faut alors augmenter l'angle d'attaque à 45° et même jusqu'à 70° pour maintenir la vitesse de la mouche. Si la fosse ne va pas en élargissant, il faut alors raccourcir la longueur de la soie présentée.

     En résumé, la longueur des lancers dépend naturellement de la localisation des saumons, mais aussi de la vitesse que doit avoir la mouche.

     Mais quelle est donc cette vitesse ? Nous ne saurions vous dire exactement, mais nous croyons qu'avec un lancer de 40 pieds à 45° la mouche devrait prendre entre 6 et 10 secondes pour effectuer son arc de cercle. Votre expérience vous indiquera sûrement quelle est cette vitesse autant à 10 pieds qu'à 80 pieds.

     Soyez attentif à la vitesse de la mouche, adaptez la longueur de vos lancers en conséquence et vous augmenterez vos chances de succès de pêche.

     Notre prochaine chronique vous entretiendra des amendements et des corrections pour bien présenter la mouche et pour maintenir son attrait pour le saumon.

référence

» Par Bernard Beaudin et Pierre-Paul Turcotte
» Salmo Salar #40, Automne, Octobre 1995.
Page 5 sur 12