La Pose de la Queue

    La queue d'une mouche artificielle a peut-être une apparence insignifiante, mais ces quelques fibres de plume ou poils jouent un rôle important, particulièrement sur une mouche sèche. Elles influencent la façon dont l'artificielle se pose et se tient à la surface de l'eau, élément d'extrême importance pour l'efficacité de l'imitation.
La Pose de la Queue
     Sur cette photo, on peut reconnaître quelques-uns des principaux matériaux utilisés pour la confection de la queue des mouches:

- 1- plumes de flanc de canard huppé
- 2- plumes de marabou
- 3- poils de garde de marmotte
- 4- poils de queue d'écureuil
- 5- poils de queue de veau
- 6- plumes de faisan doré
- 7- plumes de faisan argenté
- 8- plumes de queue de paon
- 9- plumes de queue de perdrix
- 10- poil de chevreuil
- 11- plumes de queue de faisan à collier
- 12- plumes d'ailes de canard.

 
Les matériaux 

     Les matériaux utilisés pour la fabrication de la queue sont nombreux dans le cas des nymphes et mouches noyées, mais ce nombre est restreint dans le cas des mouches sèches. En effet, peu de matériaux savent allier la finesse et la rigidité nécessaires pour aider à supporter la mouche à la surface de l'eau. Le plus utilisé est sans contredit la pincée de fibres de hackle de coq de la meilleure qualité. Les jarres (poils de garde) de queue de vison, de marmotte, les minces et courts poils de corps de chevreuil et les poils de queue de veau sont aussi d'excellents matériaux pour la fabrication de la queue des mouches sèches.
 
     Les mouches sèches classiques sont conçues pour être supportées par la collerette de hackle et les fibres de la queue à la surface de l'eau, et c'est pourquoi ces éléments doivent être constitués de fibres à la fois légères, fines et rigides. Par contre, certains types de mouches sèches sont plutôt conçues pour flotter directement sur le film de la surface (mouches parachute, no-hackle, etc., que nous étudierons plus tard); la queue perd alors son aspect utilitaire et devient plutôt élément imitatif. Dans ce cas, n'importe quel matériau d'apparence suggestive peut être utilisé.
 
     Pour ce qui est des nymphes et mouches noyées, les mêmes critères d'apparence suggestive s'appliquent dans le choix des matériaux. Il s'agit alors de considérer le matériau selon les caractéristiques physiques à imiter: longueur, épaisseur, couleur, dessin, texture et translucidité. Parmi les matériaux les plus utilisés, mentionnons les sections de plume d'aile d'oie ou de canard, les fibres de plume de queue de faisan
Et de perdrix, les fibres de plume de corps de canard (principalement le malard, le canard huppé et la sarcelle), les fibres de hackle de poule, les fibres de plume de queue de paon, etc.

La Pose de la Queue
Procédure d'attache 

     Commençons par étudier la procédure d'attache de la queue d'une mouche noyée dans l'étau, comme expliqué dans l'article du mois dernier, et ancrez le fil à environ 3 mm (1/8 po) en arrière de l'oeillet. Enroulez ensuite le fil vers l'arrière, en tours serrés, jusqu'à la hauteur de l'ardillon où vous attachez un noeud demi-clé. Avec la pointe d'une aiguille, appliquez une couche de laque claire sur les enroulages de fil avant d'aller plus loin.
 
     Tenez la plume de flanc de canard huppé entre le pouce et l'index, écartez 6 à 8 fibres de la masse et prélevez-les en les coupant à la base (dessin 1).
 
     Prenez les barbes coupées par la base entre le pouce et l'index de la main droite et tenez-les horizontalement au-dessus de la hampe de l'hameçon. Vous mesurez ainsi la bonne longueur de la queue qui devrait être égale à la longueur de la hampe de l'hameçon (dessin 2).
 
     Une fois la mesure bien établie, prenez les barbes de la main gauche, en appuyant le pouce et l'index de cette main contre ceux de la main droite. Vous transférez ainsi la pincée de fibres de main, tout en conservant votre mesure de longueur. Il s'agit ensuite d'aller placer la pincée de fibres à l'endroit approprié, près de la courbure de l'hameçon. En continuant de maintenir celle-ci en place avec le pouce et l'index de la main gauche, faites deux tours de fil de façon lâche autour de l'hameçon et de la base des fibres (dessin 3).

    En fait, le truc consiste à retenir en même temps la pincée de fibres et la tige de l'hameçon entre le pouce et l'index de la main gauche. Les deux premiers tours de fil sont faits de façon lâche, et le plus près possible des doigts, pour éviter que les fibres ne se déplacent vers le côté de la hampe de l'hameçon. À ce stade, il ne reste plus qu'à serrer doucement en tirant sur le porte-bobine et en maintenant bien la pincée de fibres sur le dessus de la hampe. Ensuite, tout en maintenant toujours la pincée de fibres en place avec le pouce et l'index de la main gauche, faites au moins 3 autres tours de fil rapprochés, en direction de l'œillet de l'hameçon. Finalement, il ne reste plus qu'à attacher un noeud demi-clé et à couper l'excédent des fibres (dessin 4).
 
Section de plume d'aile 

     Plusieurs mouches noyées comportent une section de plume d'aile d'oie ou de canard en guise de queue. La pose de ce matériau nécessite quelques précautions pour éviter que la section de plume ne se déforme ou ne glisse sur le côté pendant l'attache.
 
     Il s'agit de bien maintenir la section et la tige de l'hameçon entre le pouce et l'index de la main gauche et de faire pénétrer les deux premiers tours lâches de fil entre ses doigts (dessin 5). Serrez ensuite doucement, en maintenant la prise des doigts à la fois sur la section, la tige de l'hameçon et les 2 tours de fil; la section de plume devrait ainsi s'écraser sur la hampe sans se déformer ni se déplacer de côté. (dessin 6).
La Pose de la Queue
Cerques de queue séparées 

     Certaines nymphes, et même certaines mouches sèches, requièrent que les fibres de queue soient séparées également, soit pour imiter plus parfaitement l'appendice de l'insecte naturel ou encore pour assurer à la mouche une assise plus stable à la surface de l'eau.
 
     Cette séparation peut se faire de deux façons, selon le matériau utilisé. Si vous utilisez deux simples fibres épaisses (par exemple de plume de queue de faisan), attachez-les de façon normale, puis passez le fil entre la fibre la plus éloignée et la courbure de l'hameçon (dessin 7); revenez ensuite passer le fil par-dessous, entre la courbure et la fibre la plus rapprochée (dessin 8). En serrant progressivement ce croisement de fil, vous arriverez facilement à écarteler les deux fibres de la façon désirée.
 
     Si vous utilisez une pincée de fibres de hackle et que vous désirez qu'elle se sépare en deux parties égales, commencez par former une petite bosse à l'arrière de l'emplacement de l'attache de la queue. Pour y arriver, cirez le fil, appliquez-y une petite touffe de fourrure et enroulez le tout sur l'hameçon. Attachez ensuite les fibres de queue de façon normale, à l'avant de la petite bosse, et enroulez quelques tours de fil serrés vers' l'arrière, contre la bosse. Les fibres de queue chercheront ainsi à s'écarteler d'elles-mêmes (dessin 9), mais il se peut que vous ayiez à assurer l'égalité de répartition avec les doigts de la main gauche pendant l'enroulage.
 
Précautions pour les mouches sèches 

     Le corps des mouches sèches est souvent très mince et fuselé, de sorte qu'il faut procéder à l'attache de la queue avec le moins de tours de fil possible pour éviter que le corps ne prenne une apparence bosselée; d'autant plus que les tours de fil superflus ajoutent du poids et que ce dernier est le pire ennemi de la mouche sèche.
 
     Sur une sèche, les ailes sont habituellement attachées en premier lieu et, après cette étape, le fil se trouve ancré au milieu de la hampe de l'hameçon; vous partirez donc de là pour procéder à l'attache de la queue.
 
     Prélevez une pincée de fibres de hackle rigides, dont l'épaisseur devrait être à peu près égale à celle de la hampe de l'hameçon, et assurez-vous que les pointes des fibres sont alignées. Prenez la mesure de la queue de la façon déjà expliquée et placez ensuite la pincée de fibres sur le côté rapproché de l'hameçon, à un angle de 45°; en même temps, assurez-vous que la prise de vos doigts se trouve à la hauteur de l'ardillon (dessin 10).
 
     Enroulez le fil 2 fois de façon lâche autour de la hampe et de la base des fibres, puis serrez; ceci devrait amener la base des fibres sur le dessus de la hampe de l'hameçon (dessin 11). Ne lâchez pas la prise de vos doigts de la main gauche et faites 2 ou 3 tours de fil supplémentaires sur la base des fibres, en direction des ailes.
 
     Enroulez ensuite le fil vers l'arrière jusqu'au point situé directement au-dessus de l'ardillon, tout en continuant de maintenir votre prise des doigts de la main gauche. En fait, à mesure que vous enroulez le fil vers l'arrière, vous provoquez une rotation des fibres, du côté de la hampe vers le dessus de celle-ci (dessin 12). Une fois l'enroulage complété, les fibres de queue devraient être bien alignées sur le dessus et parallèles à la hampe de l'hameçon (dessin 13).
Page 2 sur 16