La Pose des Ailes

     Je débuteré par les différents types d'ailes pouvant être fabriqués sur les artificielles sèches, après quoi nous en décrirons les techniques de pose pour ces dernières ainsi que pour les mouches noyées.
 
     Pour les mouches sèches, les ailes se divisent en deux catégories: celles en poils (chevreuil, écureuil, marmotte, queue de veau) et celles en plumes (rémiges ou plumes de flanc de canard, pointes de hackle, etc.).

La pose des ailes sur une mouche pour la pêche
     Quelques-uns des matériaux les plus fréquemment utilisés pour la fabrication d'ailes de mouches artificielles.
 
- 1- poils de différentes textures
- 2- plumes de marabou
- 3- plumes de hackle
- 4- plumes secondaires d'aile de canard
- 5- plumes de queue de différents oiseaux
- 6- plumes primaires d'aile de canard sont considérés comme attractifs.
 
      La technique de pose la plus populaire est celle que représente la pose d'ailes verticales écartées, mais nous retrouvons à l'occasion des styles d'aile en éventail fabriquées à partir de certaines plumes particulières de flancs de canards; mentionnons également les ailes rabattues qui sont en général utilisées pour les imitations de phryganes et qui sont plus ou moins parallèles à la hampe de l'hameçon, ainsi que les ailes dites "spent" qui sont horizontales, perpendiculaires à la hampe, et qui suggèrent un insecte mort à la surface de l'eau, sans compter d'autres styles qui sont moins connus.
 
     Les ailes de toutes les mouches sèches prennent une importance capitale du fait qu'elles représentent effectivement les ailes d'insectes naturels et qu'en plus elles sont essentielles au bon équilibre de l'artificielle complétée lorsqu'elle est utilisée à la pêche.

Critères importants 

     Que ce soit dans la fabrication de mouches sèches pour la truite ou le saumon, les critères les plus importants à considérer seront en premier lieu la position des ailes et ensuite leur dimension ou la proportion par rapport à l'hameçon utilisé.
 
     Pour ce qui est de la position, il faudra prendre soin que les ailes soient fixées ou ancrées à un point qui se situe à environ 1/3 de la longueur de la hampe de l'hameçon, derrière l'oeillet. Dans cette position et avec l'installation d'une queue proportionnelle, la mouche sera équilibrée et se posera facilement en bonne position sur la surface de l'eau.
 
     Pour ce qui est de la dimension, la quantité de matériel uti1isée devrait aussi être proportionnelle à la grosseur de l'hameçon, en vous assurant qu'il n'y ait pas de surplus de matériel et qu'il y en ait assez pour que l'aile soit apparente une fois la mouche complétée.
 
     Quelques essais de pratique ou la copie d'une mouche déjà fabriquée par un monteur expérimenté pourront vous guider rapidement sur la sélection de la quantité de matériel
nécessaire.
 
     En général, la longueur de l'aile à partir de son point d'attache devrait être égale à celle de la longueur de l'hameçon incluant sa courbe, à partir de l'arrière de l'oeillet. Qu'il s'agisse de plumes de flancs de canards, de poils d'écureuils, de chevreuil ou de queue de veau, la technique d'attache sera pratiquement la même.
La pose des ailes sur une mouche pour la pêche
Méthode d'attache 

     La première étape consiste à choisir la quantité de matériel voulu, en s'assurant que les extrémités fines des plumes ou des poils sont le plus égales possible.
 
     Étant donné que pour la fabrication de mouches sèches les ailes sont installées en premier lieu, il est alors préférable d'avoir enroulé le fil de montage sur toute la longueur de la hampe de l'hameçon, afin de créer une base solide qui évitera que le matériel ne glisse lorsque vous l'attacherez.
 
     La deuxième étape consiste à tenir solidement le matériel choisi entre l'index et le pouce de la main gauche (si vous êtes droitier) et de le placer sur le dessus de la hampe de l'hameçon à l'endroit voulu, en prenant soin de laisser dépasser les extrémités fines vers l'avant de l'hameçon, soit par dessus l'oeillet, tout en respectant la longueur d'aile désirée (dessin 1).
 
     En tenant le matériel bien serré contre la hampe de l'hameçon, il s'agira ensuite de faire quatre ou cinq tours de fil de montage serrés un contre l'autre, enroulant ainsi le matériel, après quoi vous le relâcherez et effectuerez un noeud demi-clé pour s'assurer que le fil ne se déplacera pas (dessin 2).
 
     La prochaine étape consistera à relever le matériel avec l'index et le pouce de façon à le retenir en position verticale ou perpendiculaire à la hampe de l'hameçon (dessin 3); tout en retenant le matériel dans cette position, il faudra passer le fil de montage à l'avant de la base de l'aile et effectuer suffisamment de tours serrés un contre l'autre pour former un épaulement qui retiendra l'aile en position verticale. Un second noeud à demi-clé est effectué à ce point et le fil de montage doit demeurer à l'avant de la base de l'aile.
 
Séparation des ailes 

     Prenez un instant de réflexion et assurez-vous que les proportions soient respectées avant de passer à la prochaine étape qui consiste à séparer le matériel en deux parties égales pour former deux ailes distinctes. Pour ce faire, utilisez votre poinçon et passez-le dans le matériel de l'aile dans le même sens que la hampe de l'hameçon; assurez-vous que le matériel est réparti de façon égale de chaque côté du poinçon (dessin 5).
 
     Une fois la séparation faite jusqu'à la base de l'aile, vous retiendrez la partie de l'aile qui est la plus éloignée de vous entre l'index et le pouce et reprendrez le porte-bobine; vous passerez alors le fil de montage entre les deux sections d'ailes, passant de l'avant à l'arrière (dessin 6), et après avoir fait un demi-tour de hampe à l'arrière de la base de l'aile, vous repasserez le fil de montage au centre pour ainsi former un "X" avec le fil entre les deux ailes (dessin 7). Vous pourrez reprendre cette technique une deuxième fois si vous le désirez, après quoi vous pourrez effectuer un noeud demi-clé.
 
     Prenez quelques instants pour bien placer les deux ailes qui, à ce point, devraient être bien séparées et écartées de chaque côté de l'hameçon.
 
     Il s'agit ensuite de passer à la dernière étape qui consiste à former le chiffre "8" autour de la base des ailes. A partir de l'avant, vous passerez donc le fil de montage entre les deux ailes et autour de la base de l'aile la plus éloignée; effectuez un tour complet autour de cette aile et repassez au centre en faisant le tour de la base de l'aile qui est près de vous
(dessin 8).
 
     Après quelques tours de pratique vous comprendrez vite la technique; il suffit d'effectuer ces tours en forme de "8" deux ou trois fois et l'aile est complétée. Une petite goutte de vernis au centre des deux ai les leur assurera une durabilité accrue. De légères modifications de position de matériel seront nécessaires pour la pose d'ailes en éventail ou "spent", mais la technique d'attache sera la même.
Ailes de mouches noyées 

     La technique d'attache pour la fabrication de mouches noyées, strearners ou nymphes sera plus simple que dans le cas des mouches sèches, mais la proportion de ce que nous nous permettrons d'appeler l'aile de la mouche sera d'une aussi grande importance. En fait le terme aile est approprié dans le cas de certaines mouches noyées ou nymphes qui sont les imitations d'insectes en stage larvaire ou en immersion, mais dans le cas de streamers qui sont en fait des imitations de vairons ou attractifs, le terme de dos serait plus adéquat. Pour les fins de compréhension, par contre, nous appellerons toutes parties de mouches noyées, nymphes ou streamers qui se situent sur le dessus de la hampe de l'hameçon et qui en général dépassent la courbe de l'hameçon,"aile".
 
     Dans le cas de mouches calantes, les ailes peuvent être suggestives d'ailes naturelles d'insectes, ondulantes ou attractives en raison de leurs couleurs ou du matériel utilisé. Les critères de base pour qu'une aile de mouche calante soit acceptable sont sa longueur et sa, consistance selon le matériel utilisé. Certaines noyées sont fabriquées avec des matériaux ondulants pour suggérer le mouvement et d'autres de matériaux opaques qui sont considérés comme attractifs.
 
     Les techniques d'attache varient peu dans la fabrication d'ailes de mouches noyées, étant donné qu'en général le matériel utilisé s'installe à un point sur l'hameçon qui se situe très près derrière l'oeillet de l'hameçon.
 
     La technique consiste en fait à sélectionner le ou les matériaux voulus et de les poser à l'endroit prévu sur le dessus de la hampe de l'hameçon, les extrémités fines pointant cette fois vers l'arrière.
 
     Tenez les deux sections d'ailes en position horizontale au-dessus de l'hameçon, et enserrez en même temps le matériel et la hampe entre le pouce et l'index. Faites ensuite deux tours lâches de fil autour du matériel et de la hampe, tout en tâchant d'insérer cette double boucle de fil entre vos doigts (dessin 9). Tirez finalement l'extrémité du fil vers le bas pour serrer la boucle pendant que vous maintenez le matériel en position entre le pouce et l'index. Vous pouvez compléter avec 4 ou 5 tours de fil supplémentaires en avant de la boucle initiale et terminer l'attache avec un noeud demi-clé. Cette procédure permet d'obtenir des ailes bien centrées sur le dessus de l'hameçon (dessin 10).
 
     Il est important par contre d'aligner les extrémités fines du matériel le plus possible et de s'assurer que la longueur de l'aile n'excédera pas trop la courbe de l'hameçon. Dans le cas de certaines mouches noyées, l'extrémité de l'aile rejoindra l'extrémité de la queue. Pour ce qui est des streamers, la longueur de l'aile devrait être égale à une longueur et un tiers de l'hameçon. Pour ce qui est des nymphes, les ailes seront courtes, étant suggestives d'un stage immature.
Page 4 sur 23