MONTAGE D'UNE Artificielle à Corps Allongé

     Généralement représentatives des insectes adultes de l'ordre des éphémères, les mouches artificielles à corps-allongé doivent leur origine à une innovation ingénieuse de Harry Darby, de New York, aux environs des années 50.

    En termes de fabrication de mouches, les mots "corps allongé" signifient que la partie de l'artificielle qui doit représenter l'abdomen est en extension vers l'arrière par rapport à la hampe de l'hameçon. Une artificielle ainsi fabriquée se voit conférer une allure très réaliste, tout en conservant une durabilité remarquable.

Méthode de la plume 

Artificielle à Corps Allongé
     Il existe trois façons populaires de procéder à la fabrication d'un corps allongé. La première utilise une plume de flanc de malard, ou autre plume similaire qui possède une tige centrale relativement rigide (dessin 1). Il s'agit de saisir la plume par sa pointe et de rebrousser le reste des fibres en sens inverse avec l'index et le pouce de l'autre main, de façon à ce qu'elles prennent une position perpendiculaire à la tige centrale (dessin 2).
 
     Une fois les fibres ainsi "redressées", il s'agit d'appliquer une goutte de colle épaisse à environ 1/8 po du point de séparation: par la suite, rebroussez à nouveau les fibres jusqu'à ce que celles-ci, retenues par là colle, soient "couchées" le long de la tige centrale (dessin 3).

Artificielle à Corps Allongé pour la pêche à la mouche
     Assurez-vous de respecter le critère qui veut que l'extension ne doit pas excéder la longueur de la hampe de l'hameçon et que la largeur du "paquet" de fibres repliées doit être proportionnelle à la dimension générale de l'artificielle. Une fois l'extension d'abdomen ainsi formée, il ne reste plus qu'à représenter les cerques de la queue; pour ce faire, utilisez seulement deux fibres de la partie restante de la plume, en coupant la tige centrale à l'endroit approprié (dessin 4).
 
     L'extension étant ainsi complétée, procédez au montage de l'artificielle proprement dit en suivant la méthode conventionnelle pour la pose de l'aile et l'ancrage de la plume hackle. À ce stade, vous viendrez fixer votre extension sur la hampe de l'hameçon (dessin 5) avant de compléter le corps de dubbing de fourrure, l'enroulage du hackle et la finition de la tête, dans cet ordre. On peut voir le résultat final de cette méthode sur la photo 2.

Méthode du monofilament

Artificielle à Corps Allongé pour la pêche à la mouche
     La deuxième méthode comporte l'utilisation d'un brin de monofilament d'environ 25 Ib de résistance, de rigidité moyenne, et qui possède une courbure naturelle appropriée. Il s'agit en premier lieu de fixer ce brin sur le dessus de la hampe de l'hameçon, de façon à ce qu'une partie du monofilament dépasse à l'arrière sur une longueur équivalente à celle de la hampe, tout en pointant légèrement vers le haut.

     Une fois le brin de monofilament ainsi ancré, la première étape consistera à attacher à son extrémité arrière deux fibres de plumes appropriées en guise de queue (dessin 6). Procédez ensuite à la pose des ailes et du hackle selon les techniques conventionnelles, puis appliquez une mince couche de laque sur toute la longueur de la section de monofilament, celle-ci devant servir de base solide pour recevoir un recouvrement de dubbing de fourrure. Il s'agit d'enrouler le dubbing sur toute la longueur du monofilament (dessin 7), en s'assurant que la colle ait une adhérence suffisante pour bien retenir le dubbing. Une artificielle montée selon cette méthode est illustrée sur la photo 1.

Méthode des poils 

Artificielle à Corps Allongé pour la pêche à la mouche
     La troisième méthode comporte l'utilisation de poils de chevreuil ou d'orignal et d'une aiguille à coudre de grosseur moyenne. La technique consiste à fixer une quantité de poils longitudinalement autour d'une aiguille, celle-ci étant retenue par la pointe dans les mâchoires de l'étau. Choisissez une longueur de poils qui sera équivalente à 1 3/4 fois la longueur de la hampe de l'hameçon et assurez-vous que les extrémités fines des poils soient toutes parallèles.
 
     En retenant les poils autour de l'aiguille avec la main gauche, près des mâchoires de l'étau, enroulez le fil à une certaine distance des extrémités fines de ces poils; en proportion, cette distance devrait laisser l'équivalent d'une longueur de hampe pour la représentation de l'abdomen et les 3/4 de cette longueur pour la queue (dessin 8). Effectuez 5 ou 6 tours solides de fil au même endroit et, ensuite, enroulez celui-ci en spirales vers l'avant, en respectant des intervalles réguliers. A une certaine distance du gros bout de l'aiguille, effectuez à nouveau 5 ou 6 tours de fil et complétez avec un noeud de surliure.

     Retirez finalement l'extension qui est sur l'aiguille en la glissant vers l'arrière (dessin 9).

    Avec des ciseaux pointus, vous pouvez, si désiré, éliminer une partie des poils "de queue" pour ne laisser que quelques fibres éparses; prenez également la précaution d'appliquer une couche de laque claire sur l'enroulage de fil qui sépare la queue de l'abdomen.
 
     Procédez finalement à la fixation de l'extension sur l'hameçon de la façon décrite pour les méthodes précédentes (dessin 10).

    A noter qu'avec un peu de dextérité, il est également possible de procéder à la formation de cette extension directement sur la hampe de l'hameçon, ce qui aurait comme résultat d'éliminer la nécessité d'un recouvrement de dubbing de fourrure. Il s’agirait alors de commencer par attacher, en guise de cerques de queue, 3 ou 4 très longues fibres de plumes sur la hampe de l'hameçon (dessin 11A). Ensuite, il faudrait recouvrir celles-ci, sur une partie de leur longueur, avec une pincée de poils de chevreuil (dessin 11 B).

    Ces poils seraient ancrés à l'avant, puis le fil serait enroulé en spirales vers l'arrière jusqu'à leur extrémité; à ce point, on devrait effectuer 5 ou 6 tours solides de fil, puis enrouler à nouveau en spirales vers l'avant (dessin 11 C).

    Les proportions précédemment mentionnées devraient être respectées en ce qui concerne la queue et l'abdomen.

Page 10 sur 16