Sommaire
  1. Alain Bogdan: Ébéniste, Monteur de Mouche Classique
  2. Alain Charette: Passionné de Pêche à la Mouche
  3. Alain Laprade: Devenir Instructeur Certifié
  4. Alain Le... Traditionaliste...
  5. André A. Bellemare: Chroniqueur, Saumonier...
  6. André Boucher: Saumonier & Sculpteur
  7. Benoit Deslandes: La P’tite Histoire d’un Passionné
  8. Claude Hamel: M. Saumon
  9. Claude H. Bernard; Le Musée de la Pêche du Canada
  10. Daniel Bolduc: Du Grand Art
  11. Dan Després: Un Retraité qui Vie...
  12. Daniel Dufour: Le Premier
  13. Daniel Duval: le Grand Innovateur...
  14. David Bishop: Spey Casting Instructeur
  15. David Quenneville: Le Prof...
  16. Denis D'Amours: Taxidermiste & Naturaliste Unique
  17. Denys Poirier: L'Artiste de Talent
  18. Geneviève & Dave: Un jeune Couple de Mordu
  19. Gilles Aubert: Chroniqueur
  20. Jacques Héroux: Un Vrai Passionné
  21. Jacques Juneau: Le Grand Chef ...
  22. Jocelyn Leblanc: Un Guide Chevronné
  23. Les Frères Lord de Matane; Saumon et Sucre à la Crème
  24. Louis Bazin: Un Guide Aguerri...
  25. Louis Tanguay : Des Mouches Magiques pour la Pêche
  26. Louise Bérubé; Des Mouches, des Cannes à Pêche... & un Musée
  27. Lyne Trudeau: Toute Menue et si Grande
  28. Marc LeBlanc: Un Monteur & un Guide Réputé...
  29. Mario Viboux : La Maison des Jeunes Point de Mire
  30. Matthieu Vanhoutte; Portrait d'un Guide Réputé
  31. Michel Leblanc: Grand Maître Monteur
  32. Michel Paquin; M. Mouches
  33. Paul Leblanc: Monsieur Orvis
  34. Pierre D'Amours: Guide Accompli & Artiste de Talent
  35. Pierre Manseau: l'Homme qui Chéri...
  36. Pierre Ruelland: Mon Mentor
  37. Robert Delisle: l'Intuitif
  38. Yvon-Marie Gauthier; Le «Richard Adams» de la Sainte-Marguerite

Claude Hamel; Le Pêcheur Spécialiste du Saumon au Québec

     Voici un bref portrait d'un saumonier très performant et toujours prêt à partager ses ‘'recettes'', à tel point que certains n'ont pas hésité à l'appeler "MONSIEUR SAUMON", Claude Hamel.


Claude Hamel; Le Pêcheur Spécialiste du Saumon Atlantique au Québec

     Officier militaire à la retraite et résident de Rimouski depuis 2003. Il débute la pêche à la mouche en 1986. Il a pratiquement pêché toutes les rivières de la Gaspésie, plusieurs de la Côte-Nord, et possède une expérience de pêche dans plusieurs provinces canadiennes, dans l'État de New-York et même quelques rivières de la péninsule de Kola, en Russie.

    Claude est bien connu de ceux qui oeuvrent au service de la cause du saumon atlantique, car il a passé huit ans au sein du conseil d'administration (C.A.) de la FQSA, d'abord à titre de secrétaire exécutif, puis de vice-président (pêche sportive). Il a été de tous les débats et il a contribué bénévolement à presque tous les colloques, réunions, congrès, soupers-bénéfice de la FQSA.

    Il a aussi oeuvré pendant six ans au sein du c.a. de l'Association des Pêcheurs Sportifs de la rivière Rimouski, incluant deux ans à titre de vice-président. Claude poursuit aujourd'hui sa démarche dans le respect de ses convictions, même s'il a tout récemment quitté ses fonctions au sein du c.a. de la FQSA et de APSSRR. Il demeure membre du bureau des gouverneurs du Musée de pêche à la mouche du Canada situé à Waterloo en Estrie. Je crois bien qu'il ne compte plus ses prises de Saumons, ni le nombre de ses graciations de sa Majesté Salmo Salar.

 Instructeur de lancer et guide à temps partiel sur la rivière Bonaventure

     Instructeur de lancer et guide à temps partiel sur la rivière Bonaventure. Également Instructeur certifié de la Maxwells School of Advanced Spey Fishing. Médaillé d'or dans le cadre du Championnat mondial de montage de mouches à saumon de la FQSA et nommé Master Fly Tyer au sein de la North Atlantic Salmon Fund. Claude pêche aussi les espèces d'eau salée depuis bientôt dix ans, ayant fréquenté les eaux des Bahamas et de Cuba (Cayo Largo, Cayo Coco et Las Salinas). Claude parle Français, Anglais et Espagnol. Il est aussi Pro Staff chez Airflo.

    Claude se voue à la pêche du saumon atlantique avec plaisir et passion, selon la maxime de Forum Québec Pêche où on retrouve de sa part des centaines, sinon des milliers de propos constructifs portant sur la pêche du saumon offerts avec politesse, bonne humeur et courtoisie, un vrai GentiHomme ! Claude (alias "Syomga" sur Québec Pêche), est un "moucheux" et un saumonier qui s'interroge constamment sur tous les moyens de raffiner ses Techniques pour leurrer Salmo Salar. C'est ce qui fait qu'il a été un conférencier très recherché à propos des Techniques de Pêche du Saumon Atlantique et qu'il a été inviter à occuper un rôle central dans la série Défi Saumon tournée par Sport Action Vidéo et diffusée sur le Réseau des Sports en 2008-2009.


Mention d'honneur Paul Plante
    Il donne aussi depuis un an des conférences sur les techniques de combat et de maîtrise du saumon dans les rencontres de saumoniers tel que le Forum Spey de Sherbrooke, afin de promouvoir une remise à l'eau efficace et responsable des saumons graciés.

    Claude a une approche réfléchie de la pêche en fonction des différents facteurs d'influence. Considérer, entre autres, le niveau et la température de l'eau, le degré de luminosité, la période dans la journée et dans la saison, la mouche à utiliser et de nombreux autres facteurs, tels que les tables lunaires, l'ensoleillement, l'achalandage, ainsi que les habitudes des autres pêcheurs permet au pêcheur d'optimiser ses sorties en rivière. Claude a capté l'attention des pêcheurs toutes catégories en mettant l'accent sur la préparation hors saison et l'exécution d'une stratégie sur le terrain.
l'art de prospecter une fosse à saumon
     Au forum Québec-Maritimes de Granby , Claude Hamel présente "L'art de prospecter une fosse à Saumon". Devant une salle comble, Claude nous a fait partager sa passion de la Bonaventure et d'autres rivières de la Gaspésie. C'est avec une grande générosité qu'il nous a confié une approche réfléchie de la pêche du saumon atlantique.

    Avec Claude, on voit que tout est pensé, chaque geste posé est plein de bon sens, même si l'instinct du pêcheur n'en occupe pas moins une place importante pour lui sur le terrain. Claude est allé beaucoup plus loin que ce qu'ont retrouve généralement sur la pêche du saumon. L'an passé, il avait présenté les éléments essentiels de la planification d'un voyage de pêche au saumon. Cette année, il nous a livré ses secrets pour augmenter nos chances d'avoir du succès. Et en supplément, il nous a fait partager le fruit de ses recherches sur la luminosité (dans l'eau) vs la couleur des mouches. Voici un texte qui fut publié dans la revue Saumons Illimités de la FQSA dans le cadre de la publication annuelle du résumé des règlements de pêche au saumon.

Quand la Stratégie Supplante la Chance par: Claude Hamel

     J'ai passé une bonne partie de l'année dernière à réfléchir et à faire des présentations sur l'importance de penser « stratégie » (préparation hors saison ou en dehors des périodes de pêche, reconnaissance des lieux le jour précédent, etc.) dans le but d'obtenir plus de succès à la pêche au saumon. Cependant, toute stratégie demeure théorique et vide en elle-même si elle n'est pas accompagnée d'une prospection efficace des fosses incluses dans le plan de pêche de la journée. Dans cet article, vous trouverez certains éléments essentiels relatifs aux choix stratégiques et à la prospection à l'aide d'une mouche noyée. Ces éléments sont valides en fonction des paramètres de pêche suivants : soie flottante et présence de saumon dans les fosses, elles peuvent toujours être adaptées selon la variation des conditions de pêche (temps, niveau et température de l'eau, achalandage, etc.).

Pour Pêcher une Fosse avec Succès, il faut satisfaire un Certain Nombre de Conditions

Quand La Stratégie Supplante La Chance Par: Claude Hamel

> Premièrement, il faut avoir une pleine confiance en ses moyens. Cette attitude met le pêcheur dans un état d'esprit fécond et augmente son attention. Que l'on pêche une fosse fin seul ou en rotation, il faut le faire en étant sûr que le poisson dans l'eau ne saura résister à notre manière de présenter la mouche.

> En second lieu, il faut se présenter furtivement au poisson, en s'habillant sobrement, en n'entrant pas dans l'eau, sauf si nécessaire, et en évitant dans ce cas de faire des vagues, en se déplaçant lentement et à pas feutrés, en baissant son profil lorsque l'eau est lisse et claire, en ne gesticulant pas abusivement et en ne « strippant » pas l'eau au-dessus de la tête des poissons pour allonger son lancer ou relancer sa mouche.

> Avant de s'élancer, il convient d'analyser la fosse, en la découpant d'abord par segments afin d'identifier les zones mortes, les points chauds (ex. roches immergées) et les dortoirs (endroits plus profonds d'une fosse de rétention où se reposent les gros géniteurs). Ensuite, on passe rapidement de la tête au pied de la fosse, en ralentissant seulement aux points chauds connus ou soupçonnés par la lecture attentive de la surface de l'eau ou les manifestations de saumons (ex. sauts, marsouinages). Un tel souci permet de pêcher plus souvent et plus longtemps sur des saumons et de faire jouer la chance en notre faveur. La surprise est une alliée fidèle du pêcheur (elle mise sur la réaction rapide et instinctive du poisson), alors que la stratégie des petits pas et les lancers répétés inutilement au même endroit ne font qu'endormir les sens du saumon (étant donné la portée de sa vue en mode périphérique et le fonctionnement binaire – on/off – de sa rétine de l'oeil).

> Plus important encore, il faut marquer l'arrivée de la mouche et en suivre inlassablement la parade au-dessus des repaires des saumons. Pour bien accomplir cette tâche, il faut pêcher avec une concentration absolue (comme quand on vient de lever un saumon) et prendre beaucoup de temps à chaque sortie de pêche pour comprendre comment une mouche dérive dans les différents types de courant, ce qui est généralement très différent de la façon décrite dans les livres (arcs concentriques). C'est seulement à cette condition qu'on peut arriver à suivre efficacement la mouche telle qu'elle est vue par le saumon sous la surface de l'eau. Rappelez-vous qu'on lève bien plus de saumons qu'on ne le soupçonne la plupart du temps (surtout dans les rivières à eau foncée) et que les petits détails font souvent la différence (propos d'une amie l'été dernier : « J'ai senti comme un effleurement près de ma mouche. J'ai relancé au même endroit et il l'a prise »). La concentration permet aussi d'accélérer la mouche si elle ralentit ou de poursuivre rondement sa coures en se retrouvant dans l'influence d'un contre-courant.

Il ne Faut pas se Gêner pour Faire les Choses Différemment des Autres

Il Ne Faut Pas Se Gêner Pour Faire Les Choses Différemment Des Autres

> Pêcher près de la rive lors de la première passe ou quand les autres pêcheurs dans la rotation « déchirent leurs shorts » en cherchant à rejoindre la rive opposée.

> Pêcher sur la rive opposée quand les pêcheurs entrent trop dans l'eau, sont trop nombreux ou avancent trop lentement.

> Pêcher avec une mouche différente de celles des autres en fonction des différentes motivations présumées du saumon, du niveau et de la température de l'eau, de la position du soleil (derrière, au-dessus ou dans les yeux du poisson) et de la lumière ambiante (par ex. ciel variable, lumière orangée inondant la fosse au coucher du soleil).

> Ajuster la longueur de son lancer en fonction de la morphologie de la fosse, et des obstacles qu'on y trouve, et de la vitesse de dérive qu'on veut donner à la mouche. Au besoin, rembobiner la soie et recommencer à étirer sa ligne.

> Par-dessus tout, il faut oublier de toujours lancer à 45 degrés et surtout d'amender tout de suite vers l'amont, sauf peut-être quand on pêche sur des gros poissons dans des eaux très froides et hautes de début de saison ou lors de crues majeures (eau de surface très rapide). La plupart du temps, les mouches des pêcheurs dérivent trop lentement pour stimuler le saumon. Je parie que vous obtiendrez beaucoup plus de succès en lançant dans un angle d'au moins 75 degrés, même en tête de fosse, et en amendant continuellement la soie vers l'aval dans le but de présenter la mouche de côté (profil) et de la garder le plus longtemps possible ainsi (au besoin en relâchant de la soie) dans le champ de vision binoculaire de monsieur ou madame Salar. C'est dans cette position que la mouche présente tous les attraits de ses contrastes et de la mobilité de ses matériaux de fabrication. C'est aussi de cette façon que les petits poissons-proies se déplacent dans le courant. Pourquoi ne pas récupérer également la soie avant que la mouche ne termine sa parade, au lieu de simplement laisser faire le courant. En agissant ainsi, vous tenterez plus de saumons et vous en perdrez moins (en permettant à la mouche de se loger dans le « ciseau » de leurs gueules). Récupérez également la soie juste comme la mouche est sur le point d'arriver au-dessus d'un repaire soupçonné ou connu d'un saumon. C'est une belle façon de tenter un saumon qui ne ressent plus la faim, mais qui conserve toujours sa nature de prédateur (pensez au chat qui s'empare de la souris juste comme elle tente de se dérober).

> Si vous êtes en présence de saumons difficiles (arrivés à destination, déjà piqués ou simplement curieux), faites appel à votre ingéniosité en les courtisant à l'aide de présentations ignorées par les autres pêcheurs dans votre entourage (ex. riffling hitch, méthode Patent, lancer en amont suivi d'une récupération par saccades très rapide, nymphe émergente). Vous pouvez aussi opter pour une mouche sèche (présentée au besoin de manière différente, par exemple, en la laissant faire un sillon plutôt que de la pêcher uniquement en dérive libre).

   Claude passe des heures à regarder nager des mouches avec un lookatout. Il note que la présentation est généralement différente au saumon plus en surface et que le hackle (et c'est la même chose pour d'autres matériaux, surtout synthétiques) tend à vouloir remonter en eau moins rapide. J'avais remarqué cela il y a quelques années avec mes Saranac Ghost ou Fanfreluche montées sur des tubes (avec du fluorofibre plutôt que des poils d'animaux) et j'allais les abandonner, jusqu'à ce qu'un très gros saumon capturé à Heppel sur la rivière Matapedia au début juin m'indique que c'est le mouvement qui comptait plus pour lui que ma propre représentation cartésienne de ce qui devait se passer.

    Claude croit fermement aujourd'hui qu'il est de la plus haute importance de montrer le profil de côté de la mouche plutôt que juste l'arrière, car c'est ainsi que le mouvement des matériaux est le plus évident et suggestif.

    C'est la raison, dit-il, que j'aime lancer carré, amender par en bas et même relâcher de la ligne durant la dérive. Cela assure la présentation de la mouche tel qu'indiqué. Certes, ça marche aussi autrement, mais j'aime me faire accroire que ça marche mieux ou plus souvent ainsi. En pêchant une mouche avec bonne vitesse, ça cogne plus fort quand le saumon prend la mouche et c'est ce que je recherche par-dessus tout.

     Bonne Pêche ! Claude Hamel

les Mouches Claude Hamel

Références

» Texte & Photos Claude Hamel (automne 2012)
» FQSA

Page 8 sur 38