Sommaire
  1. Alain Bogdan: Ébéniste, Monteur de Mouche Classique
  2. Alain Charette: Passionné de Pêche à la Mouche
  3. Alain Laprade: Devenir Instructeur Certifié
  4. Alain Le... Traditionaliste...
  5. André A. Bellemare: Chroniqueur, Saumonier...
  6. André Boucher: Saumonier & Sculpteur
  7. Benoit Deslandes: La P’tite Histoire d’un Passionné
  8. Claude Hamel: M. Saumon
  9. Claude H. Bernard; Le Musée de la Pêche du Canada
  10. Daniel Bolduc: Du Grand Art
  11. Dan Després: Un Retraité qui Vie...
  12. Daniel Dufour: Le Premier
  13. Daniel Duval: le Grand Innovateur...
  14. David Bishop: Spey Casting Instructeur
  15. David Quenneville: Le Prof...
  16. Denis D'Amours: Taxidermiste & Naturaliste Unique
  17. Denys Poirier: L'Artiste de Talent
  18. Geneviève & Dave: Un jeune Couple de Mordu
  19. Gilles Aubert: Chroniqueur
  20. Jacques Héroux: Un Vrai Passionné
  21. Jacques Juneau: Le Grand Chef ...
  22. Jocelyn Leblanc: Un Guide Chevronné
  23. Les Frères Lord de Matane; Saumon et Sucre à la Crème
  24. Louis Bazin: Un Guide Aguerri...
  25. Louis Tanguay : Des Mouches Magiques pour la Pêche
  26. Louise Bérubé; Des Mouches, des Cannes à Pêche... & un Musée
  27. Lyne Trudeau: Toute Menue et si Grande
  28. Marc LeBlanc: Un Monteur & un Guide Réputé...
  29. Mario Viboux : La Maison des Jeunes Point de Mire
  30. Matthieu Vanhoutte; Portrait d'un Guide Réputé
  31. Michel Leblanc: Grand Maître Monteur
  32. Michel Paquin; M. Mouches
  33. Paul Leblanc: Monsieur Orvis
  34. Pierre D'Amours: Guide Accompli & Artiste de Talent
  35. Pierre Manseau: l'Homme qui Chéri...
  36. Pierre Ruelland: Mon Mentor
  37. Robert Delisle: l'Intuitif
  38. Yvon-Marie Gauthier; Le «Richard Adams» de la Sainte-Marguerite

Mario Viboux : La Maison des Jeunes Point de Mire

     Mario Viboux est le directeur de la Maison des jeunes Point de mire. Ça fait plus de quinze ans qu’il a fondé un groupe de pêche qui offre des activités de pêche sportive pour les jeunes et, depuis 1996, ses activités sont axées exclusivement sur la pêche à la mouche. C’est son grand-père qui l’a initié et ce sont les Moucheurs du Montréal Métropolitain qui l’ont formé à la pêche à la mouche.

Les Débuts de la Maison des Jeunes Point de Mire

Mario Viboux : La Maison des Jeunes Point de Mire
     À l’emploi de la maison des jeunes depuis 1990, d’abord comme photographe, Mario Viboux en est devenu le directeur en 1992, accumulant peu à peu des expériences de vie avec les jeunes du coin. Mario découvre l’engouement des jeunes d’ici pour la pêche. Par la suite, il a introduit la pêche à la mouche parmi les activités offertes au même titre que le ping-pong et le basketball.

     Petit à petit, Mario explique les rudiments de la pêche sportive aux jeunes…  La pêche fut le début d’une aventure passionnante pour ces jeunes entre 12 et 17 ans, des jeunes de conditions modestes et des enfants d’immigrants établis à Verdun. Les jeunes ne pouvaient compter sur un meilleur pêcheur à la mouche que lui, pour communiquer et enseigner sa passion!

     Pour apprendre « la théorie » du lancer, les jeunes visionnait plusieurs vidéos en s’exerçant avec des mini-cannes montées avec des bouts de laine. Ils apprenaient la base quoi… Mais voici qui est encore mieux : l'hiver, la maison des jeunes loue un gymnase, pas très loin. Ça c'est super, car c'était l'endroit idéal pour mettre en oeuvre tout ce qu'on avait appris dans des conditions atmosphériques parfaites ! Pour commencer, Mario est allé acheter quatre «combos » canne-moulinet, puis il les supervisait pendant qu’ils pratiquaient leurs lancers. À la fin de la soirée, ils avaient les mains pleines d'ampoules, tellement ils serraient fort leur canne ! Mario nous disait alors que l’expérience commençait à entrer…

     Quand les jeunes ne pratiquaient pas les lancers, ils apprenait à fabriquer des mouches. C'est comme ça que ça marche ! « il faut faire nos propres mouches si on veut pêcher ! » Mario emmenait les jeunes dans une boutique de pêche à la mouche pour acheter quatre étaux et du matériel de montage. De retour à la maison des jeunes, ils ont appris à faire leur première mouche, la Wolly Bugger. Pendant tout l'hiver, ils ont monté plusieurs mouches différentes, comme ça, rendu à l'été, ils ont eu des boîtes à mouches pleines.

     « La majorité des jeunes aiment bien monter des mouches entre ami et c’est une activité hivernale très populaire chez-nous. À la Maison des jeunes, quatre étaux sont installés en permanence et quinze immenses tiroirs sont remplis à ras bord de matériel de montage. Certains jeunes arrivent, disent « Allo ! », enlèvent leur manteau et hop !, ils s’assoient à la table de montage pour toute la soirée... Évidemment, ça parle de pêche et tout le monde y va de sa petite histoire ».

     Avec le temps Mario et ses jeunes s’organisent, ils ont monté une bibliothèque sur la pêche à la mouche, des meubles de rangement pour le matériel de montage, de l’éclairage adéquat et une grande table très pratique. Grâce à Roméo Pépin de Snowbee, ils ont ajouté à la liste d’équipement: 15 vestes de pêche, 15 paires de waders, 15 ensembles de cannes et moulinets, des bâtons de marche en rivière…
Évidemment, plus le temps passait, plus ils étaient nombreux dans le groupe, plus il fallait faire de l'auto-financement pour organiser de belles sorties de pêche.

     L’idée, participez à un salon de chasse et pêche. La maison des jeunes avait un petit kiosque pour promouvoir la pêche à la mouche chez les jeunes. Pour amassé des fonds, ils ont organisé  le tirage au sort d'une magnifique boîte à mouches. Ils montaient des mouches « chanceuses », qu'ils vendaient par la suite; les gens les encourageaient tellement qu'ils ne fournissaient plus ! Bref, ils ont vite fait le lien entre efforts et sorties de pêche, car ils ont ramassé suffisamment d'argent pour leur  voyage sur la Salmon River, dans l'État de New York !
Plus les années passes, plus de nouveaux jeunes arrivèrent et plus le groupe de pêche de la maison de jeunes faisait parler d’eux ! Parfois, les gens les reconnaissaient même dans les salons !

     Depuis ces débuts (hiver 1997-98), Ils ont exploré plus de 40 rivières et lacs et découvert plusieurs cultures et même d'autres pays !
Par exemple, à l'été 2000, les jeunes sont allés près de Sept-Îles pour pêcher le saumon de l'Atlantique sur la rivière Aux Rochers. L'automne de la même année, ils ont pêché sur les trois-rivières Pabos, en Gaspésie.

     En 2001, ils ont même été invités par le groupe de pêche à la mouche de Modena, en Italie! Mario et les jeunes ont travaillé très fort pour payer leurs billets d'avion, mais quel voyage inoubliable!

     À l'été 2002, ils ont été invités par monsieur Luc Leblanc, directeur général de la rivière Nouvelle en Gaspésie, pour pêcher la truite de mer et le saumon de l'Atlantique…  Et lors de ce voyage, les jeunes ont eu la chance de rencontrer le légendaire Richard Adams. Et ce n’est pas finit!

Le Bonheur au Bout de la Ligne

     «Déçus de ne plus pouvoir participer aux activités de la maison à 18 ans, des membres ont choisi de travailler comme animateur en été», confie Mario Viboux qui constate un attachement des participants pour cette période de leur vie en groupe. L’achat d’une embarcation à moteur a permis aux membres de prendre le large dans le bassin de Laprairie. C’est la pêche en ville pour des ados de Verdun qui prennent le chemin de la marina de Verdun après l’école avec leurs moniteurs, pour taquiner l’achigan ou la truite dans le Saint-Laurent.

     Pour ces pêcheurs urbains qui apprennent à fabriquer des mouches et à identifier différents types de poissons, la pêche est une activité respectueuse de l’environnement, d’où la remise à l’eau des poissons trop petits ou qu’on ne mangera pas. La pêche est aussi une source de réflexion et un apprentissage qu’on ne peut faire en salle de classe.

Un prix de la Fédération Canadienne de la faune pour Mario Viboux

     Le directeur de la Maison de jeunes Point de Mire, Mario Viboux n'a pas fini d'impressionner les adeptes de la pêche à la mouche d'ici et d'ailleurs. Récipiendaire du prestigieux prix Roderick Haig Brown, Mario Viboux prépare la relève de pêcheurs parmi les jeunes Verdunois.
Des jeunes de 12 et 13 ans qui aiment la pêche, c'est rare! Pourtant, sous l'impulsion de Mario Viboux, un passionné de pêche sportive et de plein air, des dizaines de garçons et de filles s'initient aux techniques de pêche, et apprennent à fabriquer des mouches. La Maison de jeunes de la rue Wellington est devenue une référence dans la transmission du savoir ancestral de la pêche à l'échelle du Canada. Pas étonnant que son directeur Mario Viboux attire l'attention des milieux spécialisés. « C'est un prix qui souligne les efforts du récipiendaire dans le développement de la pêche sportive et sa promotion en tant qu'auteur et chroniqueur », précise Mario Viboux qui se dit honoré de figurer parmi des personnes aussi réputées que Roderick Haig Brown, grand pêcheur à la mouche et auteur, et Bob Izumi, le récipiendaire du titre, l'an dernier.

     En fait, dans ses temps libres le directeur de la Maison de jeunes rédige des textes d’information sur la pêche et des chroniques dans des magazines spécialisés tel que Québec, Sentiers, Chasse et Pêche.

     Le milieu des chroniqueurs de pêche sportive et de plein air ne tarît pas d’éloges pour Mario Viboux, qu’on pense à Louis-Gilles Francoeur du Devoir qui a évoqué l’expérience de cet animateur de maison de jeunes qui inculque les bonnes pratiques de pêche dans le respect de l’environnement et l’amour de la Nature.

Rendez-vous au Yukon

La remise du prix aura lieu le samedi 13 juin à Whitehorse au Yukon. Mario Viboux sera présent à l’événement; il est l’invité de la Fédération canadienne de la faune. Mario compte d’ailleurs rester quelques jours avec sa compagne au Yukon, histoire de taquiner le poisson dans les eaux froides de la Yukon River.

     D’ailleurs, la pêche stimule l’intérêt des jeunes pour les excusions de groupe comme en témoigne ce séjour aux Bahamas de 14 participants et animateurs pendant la semaine de relâche. Et pour les grandes vacances, Mario et son équipe préparent une expédition pour taquiner le saumon dans les rivières de la Gaspésie.

En Résumé

     Mario Viboux, que plusieurs connaissent de par ses articles dans différents magazines spécialisés, est un de ceux qui font en sorte que les jeunes réalisent des rêves. Ils comptent sur les dons et la vente de leurs produits pour financer tous leurs projets. Dans leurs produits, il y a des films ….

     La maison des jeunes possède un beau site internet avec beaucoup d'informations, de vidéos et de photos de leurs voyages. Et oui, ils travaillent fort. Ils sont présents à tous les salons et Mario écrit de très bons textes sur le sujet. Tous leurs efforts sont récompensés, car ils ont traversé l'océan plus d'une fois et fait plusieurs échanges de jeunes. Ils ont pris du bar rayé et même du saumon de 35 livres, wow!

    Et par-dessus le marché, ils fabriquent eux-mêmes leurs mouches, Bravo!

Références

» Mario Viboux.
» FQSA
Page 29 sur 38