Sommaire
  1. Alain Bogdan: Ébéniste, Monteur de Mouche Classique
  2. Alain Charette: Passionné de Pêche à la Mouche
  3. Alain Laprade: Devenir Instructeur Certifié
  4. Alain Le... Traditionaliste...
  5. André A. Bellemare: Chroniqueur, Saumonier...
  6. André Boucher: Saumonier & Sculpteur
  7. Benoit Deslandes: La P’tite Histoire d’un Passionné
  8. Claude Hamel: M. Saumon
  9. Claude H. Bernard; Le Musée de la Pêche du Canada
  10. Daniel Bolduc: Du Grand Art
  11. Dan Després: Un Retraité qui Vie...
  12. Daniel Dufour: Le Premier
  13. Daniel Duval: le Grand Innovateur...
  14. David Bishop: Spey Casting Instructeur
  15. David Quenneville: Le Prof...
  16. Denis D'Amours: Taxidermiste & Naturaliste Unique
  17. Denys Poirier: L'Artiste de Talent
  18. Geneviève & Dave: Un jeune Couple de Mordu
  19. Gilles Aubert: Chroniqueur
  20. Jacques Héroux: Un Vrai Passionné
  21. Jacques Juneau: Le Grand Chef ...
  22. Jocelyn Leblanc: Un Guide Chevronné
  23. Les Frères Lord de Matane; Saumon et Sucre à la Crème
  24. Louis Bazin: Un Guide Aguerri...
  25. Louis Tanguay : Des Mouches Magiques pour la Pêche
  26. Louise Bérubé; Des Mouches, des Cannes à Pêche... & un Musée
  27. Lyne Trudeau: Toute Menue et si Grande
  28. Marc LeBlanc: Un Monteur & un Guide Réputé...
  29. Mario Viboux : La Maison des Jeunes Point de Mire
  30. Matthieu Vanhoutte; Portrait d'un Guide Réputé
  31. Michel Leblanc: Grand Maître Monteur
  32. Michel Paquin; M. Mouches
  33. Paul Leblanc: Monsieur Orvis
  34. Pierre D'Amours: Guide Accompli & Artiste de Talent
  35. Pierre Manseau: l'Homme qui Chéri...
  36. Pierre Ruelland: Mon Mentor
  37. Robert Delisle: l'Intuitif
  38. Yvon-Marie Gauthier; Le «Richard Adams» de la Sainte-Marguerite

Matthieu Vanhoutte: Portrait d'un Guide Réputé

    J'ai souvent entendu parler de Matthieu Vanhoutte par-ci, Matthieu Vanhoutte par là...! Tout le monde ayant pêché avec lui affirme qu'il est « tout un guide » On le décrit comme un passionné de pêche au saumon, un enseignant hors du commun et on souligne par-dessus tout le grand respect qu'il porte envers le saumon. Il ne m'en fallait pas plus pour vouloir le connaître davantage. J'ai eu le grand plaisir de l'interviewer et de découvrir un personnage intense, généreux et passionné.

Matthieu Vanhoutte: Portrait d'un Guide Réputé
La pêche, comment ça a commencé pour toi ?

     J'ai commencé à pêcher à la mouche à l'âge de huit ans, au moment où je résidais dans les Hautes-Laurentides. Je pêchais différentes espèces de poissons, mais particulièrement l'achigan. Je suis devenu tout de suite un passionné de la pêche à la mouche, à un point tel que je me suis également adonné au montage de mouches dès l'âge de huit ans. Par la suite, notre famille a déménagé près de Victoriaville. C'est dans cette région, lors de mon adolescence, que j'ai forgé mon expérience de pêcheur à la mouche en compagnie de mon grand ami Huges Laroche.

Tes débuts à la pêche du saumon ?

    Lorsque j'avais 16 ans, ma copine avait un oncle qui demeurair à Gaspé. Lors d'une visite chez lui,voyant que j'étais passionné par la pêche, ce dernier m'a offert d'aller voir une rivière à saumon. Évidemment, j'ai accepté et c'est aux Falls, sur la Dartmouth que j'ai vu pour la première fois une fosse remplie de saumons dans une rivière aux eaux limpides. Cette visite a tout déclanché!. Ça fait maintenant 16 ou 17 ans que je pêche le saumon et ma passion ne cesse de grandir.

Chasse à la Bécasse, Matthieu Vanhoutte, José Boily et Stéphane Cloutier
Tu as d'autres passions ?

    Oui, je suis passionné également par la chasse aux oiseaux migrateurs. Comme pour le saumon, j'ai beaucoup de respect envers ces oiseaux. Chasser les migrateurs, avec mon chien, pour moi, c'est être un témoin privilégié de la migration, d'en sentir le pouls. Je suis habité d'une passion envahissante pour la chasse, particulièrement pour le canard noir (de mer) qui représente un défi hors du commun. Aussi, j'aime beaucoup chasser la bécasse qui est très précieuse pour moi. Ce type de chasse implique une immense coopération entre mon chien et moi. Les bécasses sont à la chasse aux migrateurs ce que le saumon est à la pêche. Je suis un gars de défi. J'aime observer, étudier, découvrir. La chasse, autant que la pêche, me comble à ce niveau.

De quelle façon as-tu appris le métier de guide ?

    Pour moi, être guide ça ne s'apprend pas. On est guide dans l'âme. J'aime partager ma passion, enseigner, vivre avec les gens, les connaître, les comprendre, répondre a leurs besoins et leurs attentes. Je suis autodidacte. Comme pour la chasse, j'ai appris la pêcheau saumon et le métier de guide en observant et en étudiant. C'est vraiment un plaisir pour moi de faire découvrir mes apprentissages et de faire vivre des moments exaltants à mes clients.

Matthieu Vanhoutte Guide de pêche au saumon
Mis à part la capacité d'enseigner, quelles sont les autres qualités qu'un guide devrait avoir ?

    Le travail du guide est très exigeant. On doit s'investir de douze à quatroze heures par jour, pendant plusieurs jours et même plusieurs semaines d'affilée. Lorsqu'un client a attendu de longs mois avant de concrétiser son voyage de pêche annuel, le guide, malgré parfois la fatigue accumulée, doitlui faire vivre les meilleurs moments possible.

    Au delà de la pêche en tant que elle, le guide doit amener son client à être en communion avec l'environnement, la beauté des paysages et de l'eau qui coule. Chaque personne a un besoin particulier. Au guide de le découvrir et de rendre son client heureux et satisfait. Ce n'est pas au client de s'adapter au guide, mais bien au contraire cela revient au guide de s'ajuster, en fonction de l'expérience de pêche et des besoins du client. Oui, il est important que le guide ait de l'expérience comme pêcheur de saumons, mais il est encore plus important de découvrir et de satisfaire, dans la mesure du possible, les attentes du client. Ce dernier, qu'il ait capturé un saumon ou non, sera heureux s'il a le sentiment d'avoir été pris en charge en fonction de ses besoins.

De ton côté, as-tu des attentes envers les gens que tu guides ?

    Bien entendu, les pêcheurs que j'accompagne souhaitent capturer un saumon. J'aime que les que les gens expérimentés ou non, comprennent que je fais équipe avec eux. Quand on pêche à deux, on a plus de chances de capturer un saumon. Je connais parfaitement les rivières où je guide, la façon d'aborder les fosses, le choix des mouches et même le positionnement des saumons. Un jour, un de mes clients m'a déclaré: « tu as été mes yeux. Je n'aurais pas pris ce saumon sans toi » J'adore que mes clients vivent des expériences formidables. À eux d'écouter mes conseils et de pêcher en équipe avec moi.
Concernant les techniques de pêche, as-tu un ou des secrêts pour nos lecteurs ?

    Il y a une mutitude de techniques en fonction de différentes situations, mais ce qui est important pour moi c'est d'abord et avant tout d'observer la fosse, la température, la nature et la vie qui la compose. La nature est sur le même rythme, il y a une forme de magie qui entre en action. Lorsque les oiseaux et les papillons bougent, c'est le temps de pêcher.

    De plus, il est important de sortir des techniques traditionnelles. Il y a mille et une façons de pêcher le saumon. Pourquoi ne pas diriger une noyée vers l'amont au lieu de vers l'aval ? Ce qui s'avère très important, c'est la vitesse de la mouche dans le courant. C.est le pêcheur qui donne la vitesse idéale. Le courant est faible ? N'ésitez pa à « stripper ».

Bomber green/brun
Quelle est ta mouche fétiche ?

    Comme noyée, les muddlers blancs sont visibles et efficaces dans toute les conditions d'eau. En sèche les bombers bruns et bleus, mais mon préféré est le vert avec ailes blanches et hackle bruns.

Fosse Rivière Sainte-Anne
On m'a dit que tu respectais beaucoup le saumon, qu'en est-il exactement ?

    Pour moi, le saumon a une valeur inestimable. je porte un immense respect à son égard. C'est un poisson qui vit une grande migration en mer, avec toutes les difficultés ou embûche que cela peut comporter, et ce, suivi de son retour dans sa rivière natale pour se reproduire avec encore là d'autres embûches. La population de saumon est faible et je considère qu'il est pathétiquement triste de les tuer. Nous avons un rôle à jouer pour sa conservation. Après avoir capturé un saumon, nous devrions nous faire un cadeau en le remettant a l'eau. Des saumons, j'en ai remis une mutitude à l'eau et ils survivent. La pêche au saumon devrait être strictement pour des fins de plaisir et non pour se nourir. Pensons à nos enfants et à la relève.

Références

» Texte Ghyslain Provençal
» Photos Matthieu Vanhoutte
» FQSA
Page 30 sur 38