Sommaire
  1. Alain Bogdan: Ébéniste, Monteur de Mouche Classique
  2. Alain Charette: Passionné de Pêche à la Mouche
  3. Alain Laprade: Devenir Instructeur Certifié
  4. Alain Le... Traditionaliste...
  5. André A. Bellemare: Chroniqueur, Saumonier...
  6. André Boucher: Saumonier & Sculpteur
  7. Benoit Deslandes: La P’tite Histoire d’un Passionné
  8. Claude Hamel: M. Saumon
  9. Claude H. Bernard; Le Musée de la Pêche du Canada
  10. Daniel Bolduc: Du Grand Art
  11. Dan Després: Un Retraité qui Vie...
  12. Daniel Dufour: Le Premier
  13. Daniel Duval: le Grand Innovateur...
  14. David Bishop: Spey Casting Instructeur
  15. David Quenneville: Le Prof...
  16. Denis D'Amours: Taxidermiste & Naturaliste Unique
  17. Denys Poirier: L'Artiste de Talent
  18. Geneviève & Dave: Un jeune Couple de Mordu
  19. Gilles Aubert: Chroniqueur
  20. Jacques Héroux: Un Vrai Passionné
  21. Jacques Juneau: Le Grand Chef ...
  22. Jocelyn Leblanc: Un Guide Chevronné
  23. Les Frères Lord de Matane; Saumon et Sucre à la Crème
  24. Louis Bazin: Un Guide Aguerri...
  25. Louis Tanguay : Des Mouches Magiques pour la Pêche
  26. Louise Bérubé; Des Mouches, des Cannes à Pêche... & un Musée
  27. Lyne Trudeau: Toute Menue et si Grande
  28. Marc LeBlanc: Un Monteur & un Guide Réputé...
  29. Mario Viboux : La Maison des Jeunes Point de Mire
  30. Matthieu Vanhoutte; Portrait d'un Guide Réputé
  31. Michel Leblanc: Grand Maître Monteur
  32. Michel Paquin; M. Mouches
  33. Paul Leblanc: Monsieur Orvis
  34. Pierre D'Amours: Guide Accompli & Artiste de Talent
  35. Pierre Manseau: l'Homme qui Chéri...
  36. Pierre Ruelland: Mon Mentor
  37. Robert Delisle: l'Intuitif
  38. Yvon-Marie Gauthier; Le «Richard Adams» de la Sainte-Marguerite

Les Frères Lord de Matane; Saumon et Sucre à la Crème

    Malgré ce que certains en pensent, la rivière Matane est une de mes rivières favorites. La liberté du sans tirage, faire son plan de journée et improviser son parcours me charme encore. J’évite les fosses où il y a du monde et on réussit toujours à avoir de l’action. Quand on décide à l’improviste et avec nos horaires de fous de quitter Montréal pour quelques jours de saumons volés à la vie, c’est souvent notre plan A.

     Mais un conseil important, si vous allez pêcher à Matane, cachez votre sucre à la crème. Il y a des voleurs qui se promènent dans la région.

    J’aime Matane à cause des gens que j’ai rencontré là-bas. Des gens qui sont devenus ma famille Saumon. Une famille toujours plaisante à jaser, de tout, de rien mais surtout jaser de notre amour de la torpille argentée. Monsieur Louis Bazin et son ancien Métropole, les cousins St-Laurent à qui on fixe rendez-vous chaque année, mes beaux-frères JR et Pete la mèche que j’ai initié et surtout surtout, laissez-moi vous présenter roulement de tambour : Guillaume et Jean-Philippe Lord.

    Comme les Daltons, ils ont leurs armes favorites toujours prêtes à dégainer dans un tube à portée de main.

     Depuis qu'ils ont 6-7 ans qu’ils parcourent la rivière. On a jamais retrouvé les photos des rois mages venus pour eux, mais la légende dit qu’ils sont nés dans la rivière.

    Tout jeunes, ils accompagnaient leur Saint père Denis, propriétaire des Camps Tamagodi situé à St-René-Matane. Homme très occupé par son travail à temps plein de travailleur social et la location de ses chalets, les jeunes hommes trouvent rapidement des alliés dans la clientèle pouvant les trimballer avec eux. ( Quand je les ai rencontrés, ils n’avaient pas l’âge de conduire.)

    Ils changent de partenaires chaque jour sans le moindre remord. Tantôt avec des pêcheurs émérites, tantôt avec des débutants qu’ils initient. Le métier entre rapidement quand on passe de 40 à 60 jours de pêche par saison. C'est plus que peuvent en faire nos meilleurs retraités.

    Plus ils vieillissent et plus ils comprennent comment ça marche la pêche aux saumons sur la Matane et ils deviennent de bons menteurs. Ces joyeux lurons n'hésiteront pas à mentir pour sauvegarder leur "spot" préféré.
    Je me souviens de mes premières pêches avec eux, on les amenait avec nous, on leur disait que la glacière était pour tous. Servez-vous. Erreur à éviter. Ce sont comme bien des jeunes hommes en croissance, des broyeurs à déchets.

    Un matin très tôt au Grand Tom, ma belle-sœur nous avait fait une boîte de sucre à la crème pour le voyage, une quarantaine de beaux morceaux. Menoum. Et bien pendant que nous pêchions, nos deux « guides » ont vidés la boîte. Leurs yeux baignaient dans le mou. Ça va les gars ? Euh, ouais. On va s’étendre sur la table un peu…

    Soyez vigilants pour le vol je vous disais.

     Aujourd'hui encore, ces jeunes hommes guident plusieurs jours par été sur cette belle rivière. Jean-Philippe aime bien taquiner le saumon lorsque celui- ci est en vue. lI adore strippé une Muddler pour tenter de le faire bouger. Hâte de voir ce qu’il fera dans la vie avec son cerveau bouillant d’intelligence et sa passion de la vie.

Hooké Matane, été 2013
    Guillaume, auxiliaire de la faune à ces heures, aime bien pêcher la sèche. Il a un œil de lynx pour voir les bêtes. Pour nous les Montréalais, c’est notre référence quand on arrive. Pis Guillaume ? On lui pose nos questions, on fait notre plan du lendemain, on le laisse espionner les autres clients des camps et ensuite on décide de quel côté on partira le lendemain.

    Vous désirez passer une belle journée ou simplement découvrir plus rapidement cette rivière, je vous recommande sans hésitation les deux frères Lord. Seule chose, laissez-nous les disponibles quand on viendra.

    Ce sont eux qui vont montrer à mes enfants comment pêcher le saumon et j’espère de tout cœur qu’ils garderont leur grand cœur saumon malgré la vie et ses chemins de gravier.

Références

» Texte Louis Champagne
» Photos Guillaume & Jean-Philippe Lord
» Denis Lord, Les Camps Tamagodi
» FQSA
Page 23 sur 38