Sommaire
  1. Alain Bogdan: Ébéniste, Monteur de Mouche Classique
  2. Alain Charette: Passionné de Pêche à la Mouche
  3. Alain Laprade: Devenir Instructeur Certifié
  4. Alain Le... Traditionaliste...
  5. André A. Bellemare: Chroniqueur, Saumonier...
  6. André Boucher: Saumonier & Sculpteur
  7. Benoit Deslandes: La P’tite Histoire d’un Passionné
  8. Claude Hamel: M. Saumon
  9. Claude H. Bernard; Le Musée de la Pêche du Canada
  10. Daniel Bolduc: Du Grand Art
  11. Dan Després: Un Retraité qui Vie...
  12. Daniel Dufour: Le Premier
  13. Daniel Duval: le Grand Innovateur...
  14. David Bishop: Spey Casting Instructeur
  15. David Quenneville: Le Prof...
  16. Denis D'Amours: Taxidermiste & Naturaliste Unique
  17. Denys Poirier: L'Artiste de Talent
  18. Geneviève & Dave: Un jeune Couple de Mordu
  19. Gilles Aubert: Chroniqueur
  20. Jacques Héroux: Un Vrai Passionné
  21. Jacques Juneau: Le Grand Chef ...
  22. Jocelyn Leblanc: Un Guide Chevronné
  23. Les Frères Lord de Matane; Saumon et Sucre à la Crème
  24. Louis Bazin: Un Guide Aguerri...
  25. Louis Tanguay : Des Mouches Magiques pour la Pêche
  26. Louise Bérubé; Des Mouches, des Cannes à Pêche... & un Musée
  27. Lyne Trudeau: Toute Menue et si Grande
  28. Marc LeBlanc: Un Monteur & un Guide Réputé...
  29. Mario Viboux : La Maison des Jeunes Point de Mire
  30. Matthieu Vanhoutte; Portrait d'un Guide Réputé
  31. Michel Leblanc: Grand Maître Monteur
  32. Michel Paquin; M. Mouches
  33. Paul Leblanc: Monsieur Orvis
  34. Pierre D'Amours: Guide Accompli & Artiste de Talent
  35. Pierre Manseau: l'Homme qui Chéri...
  36. Pierre Ruelland: Mon Mentor
  37. Robert Delisle: l'Intuitif
  38. Yvon-Marie Gauthier; Le «Richard Adams» de la Sainte-Marguerite

Alain Le... Saumonier Traditionaliste

    Je suis né à Cap-St-Ignace, dans la région de Chaudière-Appalaches, au Québec. Dès l'âge de 8 ans, je débute la pêche. À l'époque, ma canne à pêche était rudimentaire; mon grand-père maternel avait coupé, enlevé l'écorce et ensuite sablé une petite branche de frêne souple, à laquelle il avait enroulé une ficelle enroulée au bout, qui servait de ligne. De plus, il avait attaché un boulon après la ficelle pour lui donner du poids, et environ six pouces plus bas, un hameçon était noué et un bon gros ver de terre le garnissait.

Alain Le... Saumonier  Traditionnaliste
     Sur la ferme familiale coule un petit ruisseau (Maxime) et une rivière (Bras St-Nicolas), qui à l'époque fourmillait de truites mouchetées. L'été, je passais la majorité de mon temps dehors. Je travaillais sur la ferme familiale, et dans mes temps libres, j'allais pêcher dans les petites fosses et les pieds de chutes de ces deux cours d'eau.

    J'avais 11 ans lorsque j'ai reçu d'un de mes oncles ma première canne pour pêcher à la mouche. C'était une petite canne en bambou, avec une dizaine de petites mouches; cela me rendit très heureux. Mon oncle m'enseigna à quelques reprises les rudiments du lancer à la mouche. Avec la proximité de ces deux cours d'eau, les occasions étaient nombreuses pour pratiquer mon lancer à la mouche et taquiner la petite truite.

     En 1966, j'ai fait l'acquisition d'un équipement usagé de pêche à la mouche. Mon ami Jean-Claude m'avait dit que sa grand-mère, veuve depuis déjà quelques années, mettrait peut-être en vente l'équipement de son défunt mari. Je me suis donc présenté chez cette vieille dame de Montmagny, accompagné de mon ami. Après avoir jasé un peu avec la charmante dame, cette bonne grand-maman a décidé de me vendre tout l'équipement de pêche à la mouche de son époux pour presque rien, en échange de ma promesse d'y faire bien attention.

     Cet équipement comprenait une canne à moucher en bambou de 8 pieds de marque "Hardy" (1926), ainsi qu'un petit moulinet de marque « Hardy » avec une ligne tressée en crin de cheval ciré. Aussi, un petit coffret à mouches renfermait plusieurs petites mouches à truites (Adams, Black Gnat, Black Ant, des Caddis, des Muddlers...). De plus, dans une boîte de carton, il y avait du matériel de montage de mouches : un petit étau, des petits outils, des fourrures, des fils, des laines et des floss de différentes couleurs, des petites plumes, des hameçons à truite et finalement un livre de montage intitulé « Professional Fly Thying and Spinning Lure Manual » de George Leonard Herter (1941). Au cours de l'hiver 1966, j'ai donc passé tout mon temps libre à pratiquer la fabrication de mouches. Je démontais les petites mouches pour comprendre les étapes de montage, et ensuite les reproduire. J'ai monté plusieurs mouches à truite durant l'hiver, que j'ai donné à mes amis ou vendu. De plus, j'ai fait l'achat de nouveaux matériaux.

     En 1974, j'ai débuté le montage de mouches à saumon. Mon premier livre de référence sur le sujet fut « Flies » de J. Edson Leonard (1950). Cet ouvrage contient plus de deux mille toilettes de mouches, et il est très bien illustré. C'est donc une bonne source de référence pour le monteur débutant.

George Maul
     En juillet 1976, j'ai débuté la pêche du saumon sur la rivière Matane, et j'ai réservé une chambre à l'Hôtel Métropole de St-René-de-Matane. Pendant deux jours, j'ai pêché sans résultat. C'est alors que j'ai été à la boutique de pêche voisine de l'hôtel pour acheter quelques mouches. C'est à ce moment que j'ai fait la connaissance de M. Georges Maul. Cet homme, je crois,  était un américain du New Jersey, et il était un grand saumonier ainsi qu'un bon monteur de mouches. Il pêchait la Matane depuis déjà plusieurs années lorsqu'il décida un jour de s'établir à St-René-de-Matane lors d'un voyage de pêche.

     Je me rappelle qu'à mes débuts, j'allais dans cette petite boutique sombre et je jasais mouches et saumon avec Georges. Il avait toujours une bonne histoire de pêche et de bons conseils à donner au débutant que j'étais... Il aimait jaser des heures. Georges Maul est le créateur de plusieurs mouches à saumon : la « Matane Spécial », la « Tiger Ghost » ainsi que la « Cyclops » ... De plus, la « Pendu » est une mouche qu'il a créée et nommée en l'honneur de son neveu Ovila Lefrançois, qui s'était pendu. De son vivant, c'est Ovila qui montait la majorité des mouches vendues par Georges dans sa boutique.


     Ovila Lefrançois avait aussi été le créateur de quelques mouches, dont la « Lefrançois Spécial », caractérisée par un bomber tout blanc. George Maul et Ovila Lefrançois ont largement contribué à populariser l'utilisation des mouches sèches pour la pêche du saumon Atlantique.

     Durant les longs mois d'hiver, j'aime bien construire mes propres pour la pêche. C’est dans l’hiver de 1978 que je débute le montage des mouches de type « Spey et Dee flies ». Le montage de ces mouches est devenu ma passion principale. J'aime aussi les traditionnelles « mouches avec ailes en plumes ». Ces mouches à saumon en plumes j’ai appris à les montées avec Paul Bean de Sherbrooke, dans les années… 80. Ce dernier m'a appris les principes de base de l’assemblage et la fixation des ailes en plumes. Ces mouches avec ailes de plumes demandent beaucoup de pratique, dextérité et surtout beaucoup de patience, je les utilise toujours ces bonnes vielles traditionnelles, mes préférées son « la Black Dose », « Green Highlander », la « Silver Grey » et la « Jock Scott ». Personnellement, j'ai appris énormément sur la pêche depuis que je fabrique mes propres mouches.

     Même si je ne pêchais plus sur la rivière Matane (en raison du braconnage qui était courant à cette époque sur cette rivière), je passais par St-René pour me rendre sur la rivière Matapedia. Bien sûr, j'allais saluer Georges dans sa petite boutique de pêche, on jasait un brin et j'achetais du matériel pour le montage des mouches. Je pouvais y trouver des hameçons « Blind Eye » ainsi que des matériaux qu'on ne retrouvait pas ailleurs, comme du Florican Bustard, du Speackled Bustard, du Toucan, de l’Indian Crow, du beau Bronze Mallard et du Jungle Cock. J'ai appris beaucoup avec Georges Maul à mes débuts, sur les mouches et la pêche du saumon. Je l'aimais bien, cet homme !
     En juin 1979, je suis rendu sur la rivière Matapedia, une rivière culte pour la pêche au saumon!. À la recommendation d'un ami saumonier, pour mes débuts, je me rend à la fosse Heppel, il est environ 6 h. am, il y a six pêcheurs, après 3 rotations personne ne prend de saumon ce matin-là. 

    Après un copieux déjeuner, je me rend à la fosse les Fourches, une des fosses les plus réputées de la rivière. Cette célèbre fosse est la rencontre de deux rivières, soit la rivière Matapédia et la rivière Causapscal. À chaque saison de pêche au saumon, les pêcheurs s'y retrouvent en grand nombre pour taquiner le roi des rivières.

    Il est environ 11 h. am. lorsque j'arrive à la fosse, cinq pêcheurs y sont déjà! Je fait la rotation avec les autres pêcheurs, et à la deuxième rotation, j’ai compris que j'ai atteint les ligues majeurs! Après un dur combat d'environ 1 h. avec ma canne a deux mains et une descente jusqu'à la passerelle, je réalise ma chance!, la capture d'un beau gros saumon fraîchement arrivé dans la rivière de 31 lbs. Ma mouche; une Spey fly #2/0 « Black Heron ».

     Cette rivière est non seulement reconnue comme étant parmi une des meilleures au Québec, mais aussi à travers le monde pour ses saumons Atlantiques sauvage de grosse taille, c'est une de mes rivières préférées! J'y revient presque à tous les ans depuis ..79. Quelle rivière!

Mon Mentor à la Pêche du Saumon

Pierre Ruelland & Alain Le... avec un Saumon de 42 lbs, rivière Cascapedia
     En 1990, M. Pierre Ruelland m'a invité à l'accompagner sur la rivière Grande-Cascapedia. J'étais comme un enfant à Noël ! Lors du premier voyage, je n'ai presque pas pêché, car j'étais trop impressionné de voir ce grand saumonier pêcher avec des lancers parfaits, et manier son canot de 26 pi. comme un enfant manie son petit bateau jouet dans le bain. Par la suite, j'ai accompagné Pierre dans plusieurs voyages de pêche. Tous ces voyages ont été inoubliables et enrichissants en connaissances. Au cours des années, Pierre et moi avons visité différentes rivières de la Gaspésie, comme la rivière Cascapedia, la rivière Bonaventure, la rivière Matapédia, la rivière Matane, la rivière Mitis, la rivière Madeleine et la rivière Sainte-Anne.

    Il m'a raconté que c'est sur la Matane que son père Léo inventa la fameuse mouche Ruelland Spécial, et qu'il a capturé son premier saumon avec cette mouche à la fosse Ruisseau Gagnon.

    Pierre a nourri ma passion pour ce sport magnifique et il m'a partagé sa grande connaissance du saumon, des rivières à saumons, des techniques de lancer à la mouche, des techniques de pêche aux saumons et de la navigation des canots de 26 pieds en rivière avec moteur et à la pôle...

     Sur la photo: Pierre Ruelland & Alain Le... avec un magnifique saumon de 40 lbs et 48 pouces. J'ai capturé cette merveille sur la rivière Cascapedia, le 19 juin 1994 à 11 heures. La mouche qui a déjoué ce saumon est une "Feathers Wing" de ma création, la "Lady Ruelland". C'était le baptême de cette mouche qui avait été montée l'hiver précédent.

Mouche à saumon Lady Ruelland; Alain Le...
     L'histoire est la suivante ; Pierre et moi pêchions depuis trois jours déjà dans les fosses Tim pool, Moen pool et Horse Island pool, dans les eaux de Horse Island Camp, en aval de la rivière. Il n'y avait pas beaucoup de saumons de montés, l'eau était haute, et on était en début de saison... Pierre se doutait bien qu'il y avait un peu de saumons de montés, mais aucune manifestation de leur part n'était apparente. Après avoir passé de bonnes mouches comme les « Jock Scott », « Lady Amhrest », « La Denise » et « Akroyd », et ce, sans résultat, je montre à Pierre une mouche, en lui demandant ce qu'il pense de celle-ci. Il me répond pourquoi pas !!! Elle est dans les bonnes couleurs. Quel est son nom ? Je lui répond que je l'ai montée l'hiver précédent, et qu'elle n'a pas encore de nom. En souriant, il me dit « après trois captures, on pourra lui en donner un, un nom. » Je souris en lui disant «c 'est parti pour le premier ! »

Mention d’honneur Paul Plante 2017
     J'ai donc attaché ma mouche (Lady Ruelland) au bas de ligne. Ma canne, une Spey Rod de 15 pieds, est sur le travers du canot, car je suis au centre du canot. Après avoir mouillé la mouche, je la lance avec la main. OUPPSSS... Incroyable ! Un saumon monte gober cette mouche qui n'est même pas calée encore. Je saisis la canne et le combat s'engage. Pierre et moi n'en revenons tout simplement pas de voir la manière dont ce saumon a pris la mouche.

     À la fin d'un bon combat, Pierre saisit le saumon avec le serre-queue, et voilà le résultat (la photo). Cette mouche nous permit de capturer deux saumons sur trois en deux jours de pêche. Après le deuxième (qui pesait 33 lb, et qui a été capturé au Tim pool), Pierre me dit que c'est enfin le temps de la baptiser. Je lui dis avoir pensé à un nom. « Que penserais-tu Pierre de la Lady Ruelland ? » Il me fait un sourire qui en dit long. « Pourquoi ce nom ? » «Premièrement, en l'honneur de ta mère et deuxièmement, la Lady Ruelland est une inspiration de deux mouches: la (Hairs Wing) Ruelland Spécial  de ton père et une (Whole Feathers Wing) Lady Amhrest. »

EN RÉSUMÉ

     J'ai eu la chance et le privilège de rencontrer M. Pierre Ruelland. Ce grand saumonier est sans aucun doute dans mon esprit mon mentor à la pêche du saumon Atlantique, ainsi qu'un monteur de mouches émérites. Il a nourri ma passion à l'aide de son savoir... Avec sa grande expérience et sa générosité, il m'a fait évoluer dans ce loisir magnifique qu'est la pêche du saumon Atlantique. Un GROS MERCI Pierre!



Références

» Texte Alain le...
» Photos Pierre Ruelland
» Le Musée de pêche à la mouche du Canada 

Page 4 sur 38