Hommage à Daniel Bradet

UN VISIONNAIRE AU SERVICE DE SA COMMUNAUTÉ

Daniel Bradet Un visionnaire au service de sa communauté
    J’ai un projet pour développer la rivière du Gouffre! C'est ainsi que s'était présenté Daniel Bradet, un enseignant de la polyvalente de Baie-Saint-Paul à la fin de 1978. J'étais alors un jeune biologiste au ministère du Tourisme, de la Chasse et de la Pêche. Les patrons n'étaient pas très chauds à l'idée de mettre des efforts sur une rivière de tenure quasi entièrement privée, la tâche sur les terres publiques étant déjà suffisamment importante pour les moyens disponibles.

     Le projet de la rivière du Gouffre comportait de nombreux défis. Mais convaincu et convaincant qu'il était, Daniel tenait à faire de ce bijou, connu de quelques habitués seulement, un moteur de développement pour sa région de Charlevoix. Il était, vous vous en doutez, un passionné de pêche et apprenait à ses étudiants à monter des mouches sur l'heure du midi. Mais cela ne suffisait pas. Il fallait structurer la démarche et proposer un projet qui fasse la différence, de façon à rendre accessibles au public les fosses de la rivière.
 
     Homme rassembleur, au sourire communicatif, Daniel rallie alors l'enthousiasme d'un groupe de personnes dédiées croyant dans le potentiel de cette rivière, située à un peu plus d'une heure de Québec. Ensemble, ils forment, au début de 1979, l'Association de conservation de la Vallée du Gouffre (l'ACVG) élisent Daniel comme premier président de l'association et tiennent leur première assemblée générale à l'hôtel Belle-Plage de Baie-Saint-Paul.
 
     Daniel sait à ce moment que la seule solution pour développer la rivière et faire en sorte qu'elle puisse bénéficier d'aides techniques et financières, permettant ainsi de créer des emplois, est de conclure des ententes avec les propriétaires riverains, garantissant l'accessibilité des pêcheurs à la rivière. Parmi ces propriétaires se trouve le Séminaire de Québec qui contrôle la majeure partie de la partie supérieure de la rivière. Le Séminaire se range rapidement à l'idée et se laisse gagner par l'enthousiasme contagieux de Daniel, offrant ainsi à l'ACVG un effet d'entrainement incroyable dans la négociation avec les autres propriétaires et le développement du projet, pour le moins inhabituel.
     En échange de l'accès aux terres et à la rivière, l'ACVG s'engage à émettre des droits d'accès aux pêcheurs, à faciliter l'aménagement des fosses (stationnements, clôtures pour sécuriser le bétail, aménagement de sentiers et d'escaliers, signalisation, etc.) et à partager entre l'ensemble des propriétaires les éventuels profits de l'ACVG. L'accessibilité ainsi assurée, l'ACVG a alors le vent dans les voiles pour obtenir les financements nécessaires au projet de mise en valeur de la rivière. Les actions de sensibilisation, de communication et d'information se multiplient pour bien expliquer le projet et rechercher les appuis.
 
     Récipiendaire de la médaille François-de-Beaulieu-Gourdeau de la Fédération québécoise pour le saumon atlantique (FQSA) en 1984, Daniel Bradet était un leader à sa manière. En plus d'être un enseignant à temps plein et d'exercer la présidence de l'ACVG, il a été chroniqueur de chasse et pêche au journal Plein jour sur Charlevoix, instructeur du programme d'enseignement et de sécurité dans le maniement d'armes à feu et directeur de la section régionale de la Fédération québécoise de la faune. Il était de surcroît impliqué dans divers organismes communautaires. Pas surprenant qu'il soit devenu maire de Saint-Urbain en 1981, puis député de Charlevoix de 1985 à 1994. Difficile de trouver mieux comme implication. Les plus vieux lecteurs de la revue Saumon (Salmo salar à l'époque) se souviendront de la mouche qu'il avait créée, appelée La Gouffre, qui lui avait donné d'heureux résultats à la pêche du saumon sur la rivière.»

     Homme simple, dévoué et attentif aux autres, Daniel Bradet était d'une race pour qui les concepts de démocratie et d'accessibilité à tous étaient plus que des mots. Mieux encore, Daniel n'a jamais cherché à s'octroyer quelque privilège que ce soit dans sa démarche, malgré tout le temps et les efforts qu'il a pu y consacrer durant toutes ces belles années.

     Malheureusement, Daniel est décédé trop jeune, à 64 ans à peine, en 2010, non sans avoir laissé une trace indélébile de son implication pour le mieux-être de sa communauté. Mais dans mon esprit et dans celui de celles et ceux qui l'ont côtoyé, il demeure bien présent et chaque fois que l'on s'approche de la rivière du Gouffre, on y sent toujours son empreinte.
 
     Le projet de développer la rivière du Gouffre lui a survécu grâce à l'implication continue de tous ceux qui ont pris la relève et investi les efforts nécessaires. En 2014, l'ACVG célébrera le 35e anniversaire d'un projet jugé un peu fou au départ, mais qui fait qu'encore aujourd'hui la rivière du Gouffre est accessible aux pêcheurs. Plusieurs personnes ont appuyé et pris la relève de Daniel dans l'ACVG. Elles ont continué de porter ce projet qui a tenu ses promesses de devenir un moteur de développement régional, de favoriser la création d'emplois et les retombées économiques.
Mouche La Gouffre
Hook: Salmon hook.
Thread: 6/0 Black.
Body: Silver Mylar tubing.
Wing: Small bunches of white, red and white calftail.
Cheeks: Jungle cock.
Head: Black ostrich herl.

Références

» Texte Pierre Dulude (2014).
» FQSA
Page 5 sur 25